Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

23 novembre 2015 1 23 /11 /novembre /2015 19:49

A ma connaissance le mot symphorophilisme n'existe pas en français mais c'est avec joie que je l'offre à notre belle langue. (du grec symphoros = malheur et du préfixe philo voulant dire "qui aime"

Par contre le terme "symphorophilie" existe , mais le sens est un peu ... différent.

Faites vous-même votre malheur.

"Il était une fois au coeur de l'Europe un vaste empire. Il se composait d'une telle multitude de cultures si différentes les unes des autres que nulle solution de bon sens n'était jamais envisageable à un quelconque problème; de telle sorte que l'absurde devint le seul mode de vie possible. Ses habitants - les Austro-Hongrois, comme le lecteur l'aura sans doute deviné - acquirent donc une réputation proverbiale pour leur incapacité à affronter raisonnablement les problèmes les plus simples, mais aussi pour la faculté qui semblait la leur d'accomplir l'impossible comme par défaut. Ainsi un bel esprit a-t-il pu soutenir que l'Angleterre perdait toutes les batailles à l'exception des batailles décisives, tandis que l'Autriche perdait toutes les siennes à l'exception des plus désespérées. (Comment s'en étonner quand on sait que la plus haute distinction militaire était destinée à récompenser les officiers qui auraient su transformer une défaite en victoire de dernière minute par une quelconque action en opposition complète avec le plan de la bataille ?)"

Eudémonisme ou symphorophilisme ? (1)

Paul Watzlawick (1921 - 2007) est né en Autriche. Psychologue, psychanaliste, sociologue... , il est un des fondateurs de "l'Ecole de Palo Alto" en Californie. Théoricien de la communication, jusque là je n'avais lu de lui que  "La réalité de la réalité"(1978) "... la réalité est une illusion que nous passons notre vie à étayer fut-ce au risque considérable de plier les faits à notre propre définition du réel, au lieu d'adopter la démarche inverse." 

En ces temps de grandes mutations, (climatiques, économiques, sociales), (mais peut-être n'est-ce qu'une impression que j'ai de la réalité contemporaine ? ) la lecture de Watzlawick ne me semble pas superflue.

"De toutes les illusions, la plus périlleuse consiste à penser qu'il n'existe qu'une seule réalité. En fait, ce qui existe, ce sont différentes versions de la réalité, dont certaines peuvent être contradictoires et qui sont toutes l'effet de la communication et non le reflet de vérités objectives et éternelles."

Mais il est vrai que nous préférons parfois trouver des réponses que nous poser des questions. Dans ce cas une bonne piste à suivre est celle proposée par Mamie Fermarin.

 

Eudémonisme ou symphorophilisme ? (1)
Eudémonisme ou symphorophilisme ? (1)
Eudémonisme ou symphorophilisme ? (1)
Eudémonisme ou symphorophilisme ? (1)
Eudémonisme ou symphorophilisme ? (1)

Christophe André et Fréderic Lenoir vont vous donner des recettes, simples en apparence, mais peut-être pas toujours aussi simples qu'elles en ont l'air, pour vivre heureux, ou du moins le plus heureux possible.

Première recette, s'aimer soi même.

Ce n'est parfois pas aussi facile qu'on pourrait le penser à priori. Tous les psychologues psychiatres et psychanalystes nous expliquent par exemple que les terroristes sont d'abord des gens qui ne s'aiment pas !

Ils n'aiment pas les autres non plus ?

Oui, c'est sûrement vrai !

Eudémonisme ou symphorophilisme ? (1)
Eudémonisme ou symphorophilisme ? (1)
Eudémonisme ou symphorophilisme ? (1)

Aristogènes a donc peu de chances de devenir un terroriste !

 

Mais la question fondamentale à se poser est "Qu'est-ce que le bonheur ?"

Saint Augustin avait trouvé 289 opinions sur le bonheur. Et ce pauvre évèque d'Hippone ne connaissait ni le bonheur d'un pique-nique sur le "Pa Ni Pwoblem" dans un estey de l'île aux Oiseaux, ni la délicatesse des casserons de Myriam, ni la suavité des "Dunes Blanches" de chez Pascal le tout accompagné d'un verre (ou deux ?) de Château Ségur 2010. (et je ne vous parle pas du Ti punch avec Yannick). Si nous y ajoutons ... ( non, je n'ajoute plus rien ça serait trop long... et trop intime) nous arrivons facilement à plus de 300 définitions de bonheur.

Alors le bonheur ... ?

Eudémonisme ou symphorophilisme ? (1)

Et si le bonheur consistait d'abord à ne pas faire son propre malheur soi même par exemple en commençant à chasser les hyènes que nous avons parfois dans le coeur ? (voir article précédent du 27 octobre 2015)

 

Correspondance: aristogenes@aliceadsl.fr

Eudémonisme ou symphorophilisme ? (1)

Partager cet article

Repost 0
Dominikos

Articles Récents

Liens