Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

11 juin 2008 3 11 /06 /juin /2008 22:00

 Un peu de fraîcheur
dans ce monde cruel.

Après le dernier article sur les questions pétrolières, je me suis dit que si je voulais garder mes lecteurs il fallait que je fasse un peu dans le léger, le dôle, l'humour  basique. Alors j'emprunte à Aristogènes quelques fables inédites qui j'espère vous exciteront un peu les zygomatiques, tout en vous entraînant dans sur les chemins de l'esprit guidés par la musique céleste des lyres ( délires ? )  d'Apollon et d'Orphée.


Fragrances Ossaloises 

Tout au nord de la Grèce, dans le pays d’Epire
Territoire sauvage  ou vivent les vampires
Un mage régnait seul au fond d’une vallée,
Sur une terre aride, violente et désolée.

 Mais au fil  des années le mage vieillissait,
Espérant chaque jour avoir un héritier.
Pour cela il courrait de landes en garrigues,
Cherchant une fidèle pour lui vider les figues,
En songeant que bientôt, après une troussée,
L’une d’elles une nuit, lui ferait un bébé.

 C’est ainsi qu’un matin, une femme étrangère
Cria :« je suis enceinte, et le mage est le père ! »
Mais lorsqu’elle accoucha d’un garçon bien formé,
On sut que ce n’était pas le mage annoncé,
Car les jolis petons de ce petit minot
Sentaient encore plus fort qu’un fromage d’Ossau.

                                                                                   Moralité :

                                                  Le faux mage d’Epire est né !


Oui, je sais, c'est puissant, presque violent, alors je vous laisse quelques secondes pour vous en remettre.





Vous y êtes ? 
Bon,  une autre et c'est fini.
 Même si on est un adepte  de l'hédonisme, il nous faut suivre les principes du grand Epicure et ne pas  abuser des bonnes choses.












Allez, la seconde, en l'honneur de Jean de La Fontaine, et on s'en va.

Le lapin, la tortue ...et le lièvre

Comme un nuage solitaire*
Il se trémoussait du derrière
Au beau milieu d’une garrigue
Parfumée de thym et de figues.
Du pelage de l’entrecuisse,
Lui poussait  comme une canisse,
Un bambou, un pieux, une gaule,
Enfin un truc qui affriole,
Généralement les lapines
Attirées par les belles pines.

Alors notre gentil  rongeur,
Se dit  dans l’herbe tout songeur.
« Nom de Zeus, et bordel de crotte !
Je vais me peler la carotte,
Ici même en un tournemain,
Comme quand j’étais collégien ! »

Mais c’est là qu’arrive essoufflée,
Une tortue emmitouflée
Dans la carapace rigide
Qui lui couvre le dos, le bide,
Et qui l’empêche d’avancer,
A un rythme plus cadencé.

« Arrête-toi jolie mignonne !
Je vois bien que tu t’époumones ! 
Si tu te hâtes avec lenteur,
Est-ce pour fuir un prédateur ? »

« Pas du tout, je fais une course,
Avec le lièvre aux belles bourses,
L’enjeu du pari, je t’avise :
Celui qui gagne sodomise,
Le perdant, à sec, sur-le-champ.
C’est pourquoi je me presse tant ! »

« Oh là ! Tortue pas de panique !
Je te transporte et je le nique !
Et par cette supercherie
Tu gagnes et c’est moi qui jouis ! »

L’accord étant ainsi trouvé,
Vous savez tous qui a gagné.
Pour ne pas conter des fredaines,
Le brave Monsieur La Fontaine,
A changé la fin de la fable,
Afin qu’elle soit  plus racontable.

Maintenant qu’elle est rectifiée,
Je donne la moralité.
"Si tu veux garder ta vertu,
Ne mets pas comme enjeu ton cul".

 

*Σαν σύννεφο απ' τον καιρό
μονάχο μες τον ουρανό…. ( Paroles du « Métèque » en grec )

Afin de ne pas rompre le charme poétique , je vous offre
comme illustration une oeuvre du dessinateur Grec ARKAS,
convenant tout à fait à cette délicieuse fable et dont
uniquement les albums de "Perpette" sont traduits en français.

Traduction des bulles:

- Tu es sûr que tu portes le   préservatif ?
- Naturellement !











  A noter sur votre agenda

                  14 juin - 14 sept. 2008
Bordeaux. Capc-Musée d'art contemporain de Bordeaux
Parallèlement à l’exposition Présence Panchounette dans la ville de Bordeaux, le Capc présente plusieurs générations d’artistes qui partagent avec ce collectif la remise en cause de la notion d’auteur et de style, le mal-fait, le kitsch et l'idée de devenir décoratif de l'art.
http://www.paris-art.com/agenda/expos/d_annonce/John-Armleder-Presence-Panchounette-Less-is-less-more-is-more-that-s-all-11447.html 

Partager cet article

Repost 0
Dominikos

Articles Récents

Liens