Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

20 novembre 2008 4 20 /11 /novembre /2008 15:00

           Philippos

 

 

 Il y a quelques jours, alors que  mon inspiration était à marée basse, je reçois  le message suivant.

 

"L'indemnité est ce qui est accordé au nom d'un dommage subi. Je ne vais pas mettre en cause le rôle de l'argent dans notre bonne vieille société, rassures-toi !
    Je relève seulement une information que je souhaite te répercuter. Le génial Bernard Tapie vient de percevoir 46 millions d'euros d'indemnités pour préjudice moral. Je comprends fort bien que la bonne image laborieusement acquise et si injustement écornée suite à ses petits soucis justifie une telle réparation.
         Mais, au cas où tu l'aurais oublié, je tiens à préciser que l'indemnité perçue par les victimes de l'amiante s'élève , elle, à 30 mille euros.
    Inutile de chercher l'erreur, il n'y en a pas.
         Ou plutôt, si. Il faudrait peut-être corriger les manuels scolaires qui annoncent à propos de la Révolution française, la fin des privilèges. Il faudrait peut-être penser à gommer Fraternité et Egalité de la devise bien connue."

Ce message émanait de Philippos.

Vous connaissez tous Philippos, le vieux complice avec qui des années durant nous avons refait le monde au cours de discussions dominicales et péripatéticiennes ( au sens d'Aristote bien sûr, puisque nous philosophions en faisant notre jogging hebdomadaire ). Philippos c'est un humaniste hédoniste, un rien idéaliste, très philogyne ( le contraire de misogyne, le mot n'est pas de moi, il existe, vérifiez sur Internet si vous avez des doutes) et bien entendu ampélosophiste. Et c'est par dessus tout un formidable coureur de fond. Il a même en commun avec l'Himantolophus groenlandicus ou "poisson lanterne" d'être un adepte des "grands fonds" ayant participé à de nombreuses courses de 100 km !

Philippos apparaît même dans certaines BD aux côtés d'Aristogènes.


J'ai donc décidé pour répondre au message de mon ami, de rédiger un petit dialogue entre Aristogènes et Philippos que je vous livre immédiatement.

 

Aristogènes
- Philippos,  malheureux, il ne faut surtout pas gommer "Fraternité" ni "Égalité" de la devise de la République française.
Voyons, réfléchis un peu.
- D'où proviennent les idées de la Révolution française ?
Philippos
- Essentiellement des idées des philosophes des Lumières qui sont des admirateurs de la monarchie parlementaire anglaise.
Aristogènes
- Bien. Et qui a lu les philosophes des Lumières dans les années 1780 ?
Philippos
 - La noblesse parfois ( La Fayette, Mirabeau ),  quelques ecclésiastiques comme l'archevêque de Bordeaux Champion de Cicé et la bourgeoisie.
Aristogènes
- Excellent. Mais ces personnages éclairés peuvent-ils renverser la monarchie absolue par leurs propres forces ?
Philippos
 - Sûrement pas.
Aristogènes
- Alors sur qui peuvent-il s'appuyer ? Les cosaques du Don, les tirailleurs Sénégalais, les mameluks Ottomans ?
Philippos
- Arrête de déconner, ils ne peuvent que s'appuyer sur le "peuple" ( les prolos ) français et en particulier sur le peuple des villes.
Aristogènes
- Absolument d'accord. Mais comment convaincre le peuple de soutenir ce mouvement bourgeois ?
Philippos
 - Voila une bonne question. Il ne s'agit pas d'expliquer au peuple les idées des Lumières, ça serait trop compliqué faute de moyens d'information de masse et peut-être aussi du niveau intellectuel des prolos de l'époque.  De plus s'il parvenait à comprendre, le peuple verrait bien que ce mouvement a pour but de transférer une partie du pouvoir politique aux catégories aisées ( on ne parle  pas encore de "classes sociales" ) et donc se dirait qu'il va l'avoir dans le cul !
Aristogènes
- Bravo Phillipos ! Tu viens de toucher ( si j'ose dire  ) le point sensible et crucial ! Le peuple risque de sentir qu'il l'a dans le cul ! Donc dans ce cas là, pour faire glisser et atténuer la douleur, il faut ....de la vaseline !
Et qu'est-ce qui sert de vaseline ?
Philippos
- Ca va, j'ai compris, le discours révolutionnaire bourgeois va se développer sur un fond de décor "populaire" pour ne pas dire populiste. On va leur coller des Liberté, Egalité, Fraternité, Démocratie ( en assimilant le "démos" des anciens athéniens au "peuple" ) ...etc... Ce fond de scène populaire est la condition "sine qua non " de la réussite de la mise en oeuvre des idées nouvelles qui affirmeront le triomphe de la bourgeoisie. Et en fait plus de deux siècles après la Révolution, nous fonctionnons toujours sur les mêmes symboles.
Aristogènes
- Philippos, mon ami, quel talent, quel sens aigu de la déduction ! Non seulement tu es un homme de persévérance qui réussit à faire un marathon en moins de six heures, mais la finesse de ton esprit est plus élégante que le vol de la libellule un soir d'été, sur le miroir immobile formé par la surface d'un étang Solognot.


 

Franchement les amis, vous ne trouvez pas que c'est aussi beau et puissant qu'un dialogue de Platon?

Non ?

Ah bon.

Partager cet article

Repost 0
Dominikos

Articles Récents

Liens