Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

7 janvier 2009 3 07 /01 /janvier /2009 19:00

      Le mythe de l'éternel retour



En 2009 vous allez voir, ça va changer !
Qu'est-ce qui va changer ?
Mais tout ! La crise mondiale va avoir l'effet d'un électrochoc sur l'humanité et ses dirigeants, et le monde va glisser lentement sur les chemins de la sagesse qui vont nous mener enfin au paradis sur terre.
D'ailleurs le brave peuple ne s'y est pas trompé lui qui a fêté au champagne des Champs Elysée à Los Angeles, De Sydney à Montréal, de Pékin à Gaza, ... ( non, pas à Gaza, mais c'est une exception), de Pékin à Rio, l'arrivée de la nouvelle année.  

           2009 sera l'année de la sagesse.

Fini le capitalisme sauvage qui ruine les travailleurs et les petits épargnants.
Fini tous les fanatismes religieux ou autres, et place aux Lumières de la Raison.
Fini les blagues stupides sur les dirigeants du monde, pour essayer de cacher notre incapacité à pouvoir faire de vraies propositions politiques, économiques ou sociales.
Fini ....

                     ...ou pas ?

Car enfin, comment se fait-il que chaque année le monde entier ( ou presque ) fête le passage à la nouvelle année en se réjouissant de voir se terminer une année de merde et de voir naître une nouvelle année qui enfin apportera à tous prospérité, joie, bonheur et volupté ?

En réalité la réponse est plus subtile que celle du cochon d'Aristogènes.

Il semble bien que l'homme qui vit sa vie dans le temps réel, ou temps historique, qui est linéaire, c'est à dire que l'on ne peut le parcourir que dans un sens, sans revenir sur le passé, ait tendance à se réfugier à certains moments de son existence dans un temps religieux ou un temps mythique qui lui, est circulaire et qui se renouvelle sans cesse. 
 
Mais là je vous renvoie au livre de Mircéa Eliade: "Le mythe de l'éternel retour" .
Voici un extrait d'un commentaire de cet ouvrage.

"Au sujet du passage du temps, on peut voir que le moment le plus significatif de l'année est certainement la célébration du Nouvel An.
En tant que période de transition, le passage au Nouvel An reprend un modèle cosmogonique, celui du passage du Chaos au Cosmos : la Création. Tout ce qui a eu lieu avant cette nouvelle Création est détruit (p.ex. les péchés sont annulés grâce à l'expulsion d'un bouc émissaire). Mircéa Eliade nous donne l'exemple de l'akitû (Nouvel An babylonien) lors duquel le Chaos était symboliquement recréé afin d'être mieux aboli par la répétition de la Création. Cette reconstitution permet à l'homme de participer activement à la cosmogonie puisque, comme lors des autres rites archétypaux, il quitte le temps profane et est transporté jusqu'aux temps de la Création."

En quelque sorte, en célébrant le rite du passage à la nouvelle année nous participons symboliquement à une nouvelle création du monde. Le passé est effacé, tout reprend à zéro, tous les espoirs nous sont permis, et nous nous souhaitons plein de bonnes choses sauf aux gens que nous n'aimons pas à qui nous souhaitons d'avoir le cul qui pèle et de ne pas pouvoir se gratter !

Bon, alors nous ne sommes donc pas sortis de la pensée archaïque et religieuse de nos lointains ancêtres préhistoriques ?
( Juste après la période Bonobo - voir article précédent -)
Ben, il faut croire que non. Il y a bien quelques individus dont la raison en acier inoxydable ne laisse pas de prise aux manifestations rituelles archaïques, ( à ce qu'ils en pensent eux mêmes ) ...mais ils sont rares.
Remarquez que la religion si souvent critiquée, elle a aussi ses bons côtés. Comme le faisait remarquer un philosophe néo platonicien du IIIème siècle ( je crois que c'était Porphyre de Tyr mais vous pouvez vérifier si ça vous intéresse ) la religion c'est la philosophie mise au niveau du grand public.  Moi, je vous traduit l'idée comme ça de mémoire.

En clair:
La philosophie c'est pour les gens intelligents et cultivés comme vous et moi.

La religion c'est pour les autres beaucoup plus cons que nous, qui ne peuvent pas comprendre les subtilités de la pensée philosophique et qui sont, il faut bien le dire, la grande majorité de la population.
C'est pour ça que toutes les sociétés ont eu des religions !

Ah! Là je vois que vous suivez bien la pensée de Porphyre !

Alors les religions elles racontent avec de jolies histoires d'où on vient et où on va donc elles donnent du sens à l'existence humaine, et c'est quand même chouette de se dire quand on a un boulot chiant, un petit chef pervers, des gosses trop gâtés qui ne foutent rien à l'école, une femme ( ou un mari c'est selon...) qui ne s'intéresse qu'à "Desperate housewives" ( ou au foot c'est selon aussi... ), un chat qui perd ses poils, des voisins à qui tout réussit et qui viennent encore de changer de voiture ( les cons ! ) ( mais leurs fils aîné serait pédé que ça m'étonnerait pas ! ), le percepteur qui vient de vous envoyer un redressement fiscal complètement imaginaire, votre grande fille qui est tombée amoureuse d'un arabe, juif, goy, noir, blanc, ( au choix ) , bref heureusement que votre religion vous dit que Dieu vous aime et que dans l'au delà il vous accueillera auprès de lui, sinon il faut avoir la sagesse et le stoïcisme de Marc Aurèle pour tenir le coup sans tomber dans la dépression.

Et puis les religions ça donne le sens du sacré.


Le sacré, c'est ce qu'il faut absolument respecter, sinon le malheur "vous tombe dessus avec la soudaineté d'une épidémie de vérole sur le bas clergé espagnol" comme disait ma grand mère qui était philosophe ( et qui connaissait bien le bas clergé espagnol )  


Donc on peut sans doute dire que sans les religions qui ont donné aux peuples  les règles de bases qui ont permis aux sociétés de se structurer, aucune société, donc aucune civilisation n'aurait pu se développer sur la terre. Ensuite une religion, c'est comme un outil, c'est comme l'histoire du marteau dans l'article
" Diable" du 11/02/2008. 






Le marteau, comme la religion, est un bon outil dont l'utilisation semble à priori à la portée de la grande majorité de la population.








Le problème c'est l'utilisation plus ou moins judicieuse que l'on fait de l'outil.

Et quand ça foire, ce n'est pas forcement  la faute du marteau...


...et mes amitiés aux nouveaux ampélosophistes d'Alsace et d'ailleurs...

Partager cet article

Repost 0
Dominikos

Articles Récents

Liens