Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

16 mars 2009 1 16 /03 /mars /2009 08:46

     Une histoire de trou du cul

Depuis quelques temps je n'ai plus très envie d'écrire, mais là devant un tel évènement, je ne pouvais pas rester sans réagir.

De quoi s'agit-il ?

De la fusion de la Caisse d'Epargne et de la Banque Populaire ?
Mais non.
De la nomination de François Pérol un pote du Président à la tête du nouveau groupe financier ?
Sûrement pas. Dans tout système politique ou toute organisation sociale, depuis la nuit des temps, ceux qui ont du pouvoir choisissent leurs potes pour occuper des postes à responsabilité. Et ne me dites pas que la "cooptation" ( certains appellent ça "le piston" ) est une pratique du secteur privé et n'existe pas également dans l'administration. Pourquoi voulez vous que ça change ?

Du nouveau maillot des cyclistes de l'équipe "Caisse d'Épargne" soulignant un peu trop la philosophie ultra-libérale et le désir de vaincre à tout prix qui préside désormais le groupe ? 

 Vous n'y êtes pas du tout !

Je veux parler du scandale provoqué par l'humiliante défaite du XV de France 34 à 10 face aux Anglais.

Quelle honte !

Je pensais à la fin du match: "Comment peut-on se laisser écrabouiller comme ça par ces trous du cul de rosebeefs ! " 

C'est l'expression "trous du cul de rosebeefs" qui tout à coup m'a inspiré une petite réflexion propre à sauver l'honneur...enfin ... ce qu'il en reste.

Vous souvenez-vous de la triste histoire survenue au royal trou du cul du solaire souverain Français, Louis XIV en 1686 ?

Non ? Alors c'est que vous n'avez pas eu un prof d'histoire à la hauteur ( du trou du cul royal ).

Petit rappel.

On découvrit en 1686 que le roi Louis XIV souffrait d'une fistule anale, dont l'état était aggravé par les nombreux laxatifs qu'il prenait. 
On chercha tout d'abord à le guérir par un remède classique.
On procéda comme pour une expérience scientifique: plusieurs patients souffrant du même mal furent envoyés dans diverses stations thermales. Pendant un an, quatre hommes ont dû boire des eaux sulfureuses à la station thermale de Barèges pendant que quatre autres buvaient des eaux salines à la station de Bourbonne-les-Bains. L'expérience s'avéra peu concluante
Le médecin du roi essaya ensuite un onguent contre les fistules, onguent inventé par un moine qui n'était même pas membre de la corporation. Le mécontentement du médecin fut tempéré par le fait que cet onguent se montra aussi sans effet.
La seule solution était une opération. Charles- François-Félix, le chirurgien royal, n'avait jamais opéré une fistule de sa vie. Tout d'abord, il s'exerça sur des malades des hospices de Paris. Entre temps, on inventa un bistouri d'argent (nommé depuis"bistouri à la royale").
Le 18 novembre 1686, à sept heures du matin, l'opération eut lieu dans la chambre du roi à Versailles. Les seuls spectateurs étaient Madame de Maintenon, Louvois, ministre de la Guerre, Le père La Chaise, les médecins Daquin, Fagon et Besnières, ainsi que quatre apothicaires dont le rôle était de maîtriser le patient.
Tout les faits et gestes du chirurgien furent consignés par écrit: Félix fit deux incisions au bistouri et huit incisions avec une paire de ciseaux. Le roi ne tressaillit jamais, ni ne proféra un seul mot. Son rythme respiratoire même ne changea pas - ( selon le compte rendu écrit ).
 Le soir même, Louis insista de tenir un conseil. Le jour suivant, il recevait des ambassadeurs, alors que visiblement il souffrait. Et ses souffrances n'étaient pas près de se terminer. Félix ne voulait pas que les plaies guérissent trop rapidement. Il procéda encore à d'autres opérations les 8, 9 et 10 décembre. Ce n'est que le 11 janvier que roi put effectuer sa première promenade dans le parc de l'Orangerie.

Et alors, me direz-vous, quel rapport entre la fistule anale de Louis XIV et le fait que les anglais soient des "trous du cul" ?

Ne soyez pas impatients, nous y voilà .

Pendant sa convalescence, le roi visita le cloître de Saint Cyr. En l'honneur de la visite du prestigieux monarque, les religieuses firent composer une cantate intitulée "Dieu sauve le roi".
Dans l'assistance, ce trouvait un spectateur anglais. Il aima tant la musique et les paroles de ce cantique qu'il les prit en note.
De retour en Angleterre il traduisit le texte qui devint l'hymne national "God save the King" .

Si vous ne me croyez pas vous pouvez toujours vérifier, mais je vous assure que cette histoire est authentique.

http://www.uqtr.ca/~bougaief/Elderhostel/Poeme/louis-xiv-fr2.html

Alors quand je vous disais que ce Rosebeefs étaient des trous du cul !

Petite pub qui n'a rien à voir avec ce qui précède.

Je n'ai jamais fait de pub sur ce blog, mais là j'avais vraiment envie de dire tout le bien que je pense d'un petit resto sympa à Bordeaux.
Il s'appelle "TENDANCE GUYANE" . C'est 22 rue des Augustin (près de la Place de la Victoire derrière le Lycée Montaigne ) Tel 05 56 92 85 28 . 

Cuisine excellente ( Cuisine créole, délicieuse sauce au piment servie à part  pour ceux qui ont les papilles trop sensibles ) acceuil chaleureux, sourire garanti, et naturel. ( Je veux dire que ce n'est pas un sourire professionnel appris dans un lycée hôtelier, les patrons et Elodie le week-end, sont vraiment des gens sympas. )
Alors allez-y, moi c'est vraiment mon coup de coeur.

Et en plus ils ne savent même pas que je parle d'eux sur mon blog !


Partager cet article

Repost 0
Dominikos

Articles Récents

Liens