Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

7 avril 2009 2 07 /04 /avril /2009 17:20

       Le nouveau capitalisme


Parmi les sujets de conversation tendance, il y en a un  qui me semble bien être rentré depuis quelques temps dans le " Top 10 ", c'est l'économie.

Ne vous inquiétez pas, le foot reste toujours en tête des sujets préférés des Français, mais quand même, si le cul est encore en bonne place,  le 4X4 décline, la Star'Ac se plante, et les dernières tendances de la mode ainsi que les malheurs de Britney Spears ne font plus recette que chez quelques apprenties coiffeuses, et encore uniquement celles qui ne se sont pas orientées vers ce métier d'art après trois ou quatre ans passés sur les bancs d'une université sans décrocher le moindre diplôme.

Mais le problème avec l'économie, c'est que ça demande un minimum de culture pour tenir des propos sensés sur le sujet.

"Pas du tout !" me fit remarquer mon voisin et ami Pascalou à qui je faisais part de ma réflexion. Le but de la conversation de bistrot n'est pas de tenir des propos sensés mais de créer par une conversation animée, du lien social. Ce qui compte c'est les affirmations péremptoires, les intonations, les éclats de voix biens placés.
On peut donc aborder l'économie comme le foot.

" T'as vu ce con de Domenech ! Quelle pipe ce mec ! Il a fait jouer Abdel Michelet en milieu défensif et il a laissé Christophe Ben Zaoui sur le banc ! Non mais je rêve ! "

"Putain, t'as raison, et  Mamadou Zylberski, il est pas bon Mamadou Zylberski ? Alors ? Alors ?  Alors ?   Hein ?  Ben oui !  Et voila ! "

Bien sûr j'en sais quelques-uns parmi vous qui vont trouver qu'on est un peu loin du style oratoire et de l'éloquence d'un Démosthène lançant ses "philippiques" devant les citoyens d'Athènes médusés, mais ça a quand même une certaine allure...surtout après le quatrième pastis.

D'ailleurs, si on ne devait débattre que de ce que l'on connaît on aurait dans les bistrots de France et de Navarre une ambiance aussi déchainée que dans une boum chez les carmélites. Et si on cherchait à comprendre ce que l'on ne connaît pas alors là, ça voudrait dire que nous, les adultes, nous avons gardé une curiosité d'enfant. Car il n'y a que les enfants ( les petits, je veux dire ceux de la "maternelle" ) qui posent les bonnes questions.

 















Remarquez que quelque chose me dit que même ceux qui ont l'air d'être informés ne le sont peut-être que partiellement. Je lis dans le "Nouvel Obs" du 2 avril " Le capitalisme a ainsi cessé d'être économique pour devenir financier et il a donc perdu sa fameuse capacité d'autorégulation."
Et puis je lis ( ou plutôt je relis ) ailleurs: " Ce qui caractérisait l'ancien capitalisme, où régnait la libre concurrence, c'était l'exportation des marchandises. Ce qui caractérise le capitalisme actuel, où règnent les monopoles, c'est l'exportation des capitaux."

Tout le monde insiste là dessus, "Ce qui caractérise le capitalisme actuel, c'est l'exportation des capitaux, c'est les échanges financiers."
Le capitalisme n'est plus uniquement un système d'organisation de la production de richesses fondé sur la libre entreprise, la propriété privée des moyens de production, la libre concurrence, ... ( tous ces principes qui sont en fait ceux du libéralisme économique ) mais il est devenu un moyen de gagner de l'argent en faisant des opérations financières qui consistent à faire circuler très rapidement des capitaux autour de la planète et le plus souvent à ne faire circuler que des "écritures".
Donc, on est bien d'accord, le capitalisme est devenu financier.

Moi, il y a juste un petit truc qui me chiffonne. On a l'impression de découvrir que le capitalisme est devenu financier avec cette crise partie des Etats-Unis.
Alors là je me dis qu'on nous prend pour des cons.
Vous savez de qui est le deuxième texte:
" Ce qui caractérisait l'ancien capitalisme, où régnait la libre concurrence, c'était l'exportation des marchandises. Ce qui caractérise le capitalisme actuel, où régnent les monopoles, c'est l'exportation des capitaux."

C'est de Lénine et ça a été écrit à Zurich en 1916 il y a donc 93 ans.

C'est la première phrase du chapitre IV du petit livre intitulé "L'impérialisme, stade suprême du capitalisme" .

Alors il y a quand même un moment qu'on nous avait mis en garde !

Oui, je sais, Lénine c'est pas très tendance depuis quelques années. Je dois bien dire qu'il n'est pas pour moi non plus un modèle, une référence absolue. Mais quand même c'est comme dans la pensée de Marx, il faudrait peut-être filtrer l'eau du bain pour ne pas jeter le bébé avec !!!

Bon, enfin, moi ce que j'en dis, je ne suis pas économiste, au mieux juste un modeste ampélosophiste.

Tiens à propos d'ampélosophisme. J'ai trouvé la pub ci-dessous dans ma boite à lettres ce matin. Sur le coup, en voyant l'image je me suis dit qu'un nouveau groupe ampélosophiste nous faisait de la concurrence. Et puis non, après avoir retourné le prospectus, ( maintenant en français on dit un "flyer" ) je me suis aperçu que ça provenait des "Témoins de Jéhovah". Alors j'ai juste un peu bidouillé la pub.
Ainsi le soir du 9 avril, veille du Vendredi Saint, on se fait une petite libation ampélosophiste à tout ce qui nous tient à coeur. Et puis le 10, le 11, le 12, le 13,... on recommence...

A la votre !




Partager cet article

Repost 0
Dominikos

Articles Récents

Liens