Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

7 octobre 2009 3 07 /10 /octobre /2009 18:10

                    Les suppositoires explosifs 


Vous avez eu cette info ? Un attentat au suppositoire explosif le 28 août dernier contre le prince saoudien Mohammed bin Nayef !!!

Je dois avouer que j' ai un peu hésité à aborder cette question sur les nouvelles techniques utilisées par les  terroristes. Je ne savais pas comment l'introduire. Enfin, je veux dire que je ne savais pas comment introduire la question .
Vous allez dire: "Tiens, ça fait longtemps qu'il ne nous avait pas fait du sous Aristophane !"

Non mais là avouez que je ne peux quand même pas, ne pas me pencher sur le sujet afin d'essayer d'aider un peu, dans la modeste mesure de mes moyens, mes contemporains à  endiguer la montée de la violence aveugle. A quoi sert la philosophie si elle n'est pas au service de l'homme ?
 

Bref rappel des faits:
Le 28 août dernier, Abul Khair, un islamiste recherché, se présente au palais du prince Mohammed bin Nayef, responsable de la lutte antiterroriste en Arabie saoudite et, par ailleurs, fils du ministre de l'Intérieur du royaume. C'est l'heure de la traditionnelle réception organisée pour la rupture du jeûne. L'homme vient se rendre et implorer la clémence du prince, dit-il. Mais à peine le maître des lieux s'approche-t-il que le terroriste manipule un téléphone mobile. Une explosion retentit. Par miracle, Mohammed bin Nayef s'en sort avec quelques égratignures. Son visiteur, quant à lui, est éparpillé dans la pièce en soixante-dix morceaux. Il s'est fait sauter avec sa bombe. [...]
Abul Khair n'a pas utilisé un explosif attaché à sa ceinture pour atteindre sa cible, technique classique chez les kamikazes. Il portait sa bombe - et c'est une première, soulignent les analystes du renseignement - à l'intérieur du corps. «Un explosif ingéré en somme, ou plutôt introduit comme un suppositoire. Autant dire indétectable. Le kamikaze n'avait plus qu'à le déclencher grâce à son téléphone mobile que les cerbères du palais n'ont pas eu la présence d'esprit de lui retirer». ( Extrait "Le Figaro" 05/09/2009 )

Entrons dans le fond du problème
1 - Observation de la méthode:
La technique consiste pour le terroriste à s'introduire dans le fondement une bombe non pas lubrifiée comme un suppositoire à la glycérine, mais à la nitro-glycérine. L'engin une fois en place semble à priori indétectable et il peut être mis à feu au moyen d'un simple téléphone portable. ( cf. article ci-dessus )

2 - Le choix du kamikaze.

Le malheureux, on peut le dire ne doit pas avoir le cul bordé de nouilles ! Sinon il n'aurait pas été choisi pour une opération suicide. Ceci dit une bonne capacité de dilatation sphinctérienne et une certaine souplesse du muscle anal est recommandée. Le test de capacités le plus souvent employé pour sélectionner les futurs porteurs de bombe est le test dit "du piment" . Il consiste à faire consommer à l'impétrant ( mot qui se décompose en im= qui impose et pétrant = sa façon de péter )  un plat de riz fortement pimenté et d'attendre le résultat de la digestion du repas. Si le lendemain le candidat pousse des cris  d'orfraie ( « Pousser des cris d'orfraie » = Hurler, pousser des cris stridents ) il est immédiatement éliminé pour cause d'hémorroïdes notoires susceptibles de faire échouer l'attentat.




3 - Un assassin indétectable ?
 
Il semble donc que cette technique mise au point avec beaucoup de doigté par les experts d'Al-Qaïda soit indétectable. On peut cependant avec un minimum de réflexion montrer que ce système est particulièrement foireux. En effet l'introduction de la bombe nécessite que celle-ci soit préalablement enduite d'une couche de lubrifiant, vaseline, glycérine, huile d'olive première pression à froid ...
Sans cette précaution le kamikaze risquerait une irritation culière fort préjudiciable à la mise en oeuvre de son plan d'action qui lui demande d'abord de passer inaperçu dans la foule. Essayez donc de marcher l'air détendu avec une inflammation du trou du cul vous !   
Or comme chacun sait, l'ingestion de produits oléagineux par le croupion entraîne immanquablement des suintements anaux visqueux facilement repérables à moins que l'on se soit muni avant l'introduction d'un calbute en néoprène étanche.

4 - Les moyens de détection et de prévention: 
   
    a) La création de brigades oléophiles aidées de chiens détecteurs de suce pets.
    b) Dans les aéroports, obligation aux passager de porter une tenue permettant d'observer les coulures oléagineuses. ( image ci-contre )
     c) En plus des portiques de détection usuels ajouter un appareil lanceur de poivre dans les narines des passagers à l'embarquement dans la tenue réglementaire ci-contre. Le poivre provoquera immédiatement un éternuement violent. Je pense qu'il est inutile de poursuivre la démonstration de l'utilité de ce dispositif, car je suis certain que ça  vous est déjà arrivé d'éternuer après avoir mis un suppositoire !
Le terroriste est démasqué !







5 - Conclusion ( intestinale ).

 Vous voyez qu'avec un peu de bon sens il est facile de se prémunir contre ce qui semblait jusqu'à ce jour une  terrible menace et mettait en émoi les services de police, de renseignement, de sécurité des grands États. Encore une fois, l'ampélosophisme s'est mis au service du bien commun pour le plus grand bénéfice de l'humanité.



Correspondance:   aristogenes@aliceadsl.fr



Partager cet article

Repost 0
Dominikos

Articles Récents

Liens