Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

30 mars 2007 5 30 /03 /mars /2007 13:42

Au chapitre XXVII du livre I des Essais de Montaigne dont le titre est , "De l'institution des enfants", on peut lire: " On a grand tord de la peindre [ la philosophie ] inaccessible aux enfants, et d'un visage renfrogné, sourcilleux et terrible. Qui me l'a masquée de ce faux visage, pâle et hideux ? Il n'est rien plus gai, plus gaillard, plus enjoué, et à peu que je ne dise folâtre. Elle ne prêche que fête et bon temps." Et  quelques lignes plus loin, il prète au philosophe grec Héracléon le Mégarien, la phrase: "[les discours de la philosophie...]... sont accoutumés d'égayer et de réjouir ceux qui les traitent, et non les renfrogner et contrister."

L'ampélosophiste n'aurait dans ces extraits du texte de Montaigne, pas un mot à changer. Mais pour pouvoir élaborer une pensée " gaie, gaillarde, enjouée et folâtre" encore faut-il se mettre dans les conditions intellectuelles et physiques favorables.

Etudions la technique de préparation psycho-physique d'Aristogènes.

Pour certains philosophes, c'est par l'ascèse que l'on met son corps et son esprit en condition. Aristogènes, fondamentalement hédoniste, ne partage pas vraiment leur point de vue.

Bien sûr parfois le recours à certains "remontants" ou "stimulants " peut s'avérer utile. Mais chez Aristogènes, jamais d'anxiolitiques, d'antidépresseurs et autres médicaments chimiques. Que du naturel et du "Bio".

Partager cet article

Repost 0
Dominikos - dans ampelosophisme

Articles Récents

Liens