Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

30 novembre 2007 5 30 /11 /novembre /2007 14:11

Putains de flics !

Et voilà c'est reparti ! Les bagnoles qui flambent dans les banlieues. Bon, à vrai dire ça ne s'est jamais arrêté. Chaque nuit quelques dizaines de voitures flambent en France mais ça c'est normal, c'est "quand tout va bien" .

Mais la question que beaucoup de gens se posent ( je veux dire ceux qui se posent des question, car il y en a qui ont la réponse au problème, c'est le développement dans les balnlieues de "la voyoucratie" ) ( Tiens, "voyoucratie" c'est un mot grec ça non? Ben, c'est du grec de pauvre car il y a bien la racine grecque "cratos" = la force, la puissance, la domination, mais associée au mot français "voyou", ça fait un peu minable, ça fait j'me la pète en donnant une consonnance grecque mais j'suis trop inculte pour connaître le mot "voyou" en grec. Allez, venez chercher chez Aristogènes vous aurez la solution gratos et vous pourrez briller en société. En grec moderne "voyou" c'est "alitis' et comme, coup de bol, en grec ancien le sens est à peu près le même avec la notion de vagabond, mendiant, alors on pourait dire "alitocratie". Vous trouvez pas que ça a une autre gueule ? ).

Je disais donc avant ces longues parenthèses, "la question que beaucoup de gens se posent ..." c'est : Pourquoi brûlent-ils les voitures des gens de leur propre quartier, leurs propres écoles, leurs commerces ...pourquoi s'en prennent-ils à leur propre environnement qui n'est déjà pas si reluisant que ça ?

 Qu’est ce que c’est que cette histoire de frustration ?
Bon, je vous explique. Reprenons L’histoire de la mort des deux jeunes à Villiers-le-Bel.
André Rouillé, philosophe et maître de conférence à l’université de Paris VIII écrit :
« Aux portes de Paris, dans un endroit de cette zone d’invisibilité et de souffrance que sont les banlieues, deux adolescents, qui circulaient en moto, sont morts dimanche après avoir percuté une voiture de police. Et aussitôt un nouvel épisode de la guerre sociale a éclaté. Une guerre de corps, d’images et de mots, que le chef de l’État s’obstine à réduire à une expression de la «voyoucratie» liée à la drogue.
Comme lors des derniers embrasements de la banlieue, tout a commencé par un drame impliquant directement la police dans la mort accidentelle de deux jeunes garçons — d’origines marocaine et sénégalaise ».
Moi j’ai l’impression que tant qu’on opposera « un endroit de cette zone d’invisibilité et de souffrance que sont les banlieues » à « une expression de la «voyoucratie» liée à la drogue » on ne comprendra rien au problème des banlieues car dans les deux cas on le présente avec plus d’émotion que de raison me semble-t-il.
Prenons les faits au départ :
Deux ados circulent dans la cité sur une moto sans casque. Ils se fraisent la gueule sur un voiture qui se trouve être une voiture de police.
A partir de là toute une affaire se déclenche . Motif : des policiers ont assassiné deux ados de la cité !
Voyons essayons de réfléchir en laissant l’émotion et les intérêts politiques des uns et des autres de côté.
Si les deux ados s'étaient emplâtrés une voiture banale on aurait fait un constat et on aurait cherché les différents manques au respect du code de la route de part et d'autre.

De plus, cette hypothèse d’un accident provoquant la mort d’un ou plusieurs adolescents dans une cité se produit malheureusement, inévitablement plusieurs fois par an et on n’en parle pas sinon peut être dans la presse locale car la police n’est pas impliquée dans l’accident.
Restons sur les faits. La cause essentielle de la mort des deux jeunes c’est qu’ils roulaient sans casque et ça personne ne veut le dire ! Je vous fait remarquer que je ne dirai rien de la vitesse des jeunes à moto dans les rues de la cité , je n’ai entendu ou lu aucun témoignage sur ce sujet, la seule chose dite par des témoins le jour même étant que la voiture de police roulait à vitesse « normale ».

Donc la réaction a priori absurde des jeunes des cités à un tragique fait divers a bien entendu des causes sociales, ( sentiment tout à fait justifié de vivre dans un milieu dans lequel les perspectives d'avenir sont nettement moins favorables que celles offertes aux jeunes des quartiers bourgeois ) mais ces causes sociales entraînent une réaction psychologique bien connue et longuement analysée, la frustration, qui seule me semble-t-il peut expliquer l'extrême violence déployée contre les policiers ( jusque là, rien d'anormal à priori !!! ) mais aussi contre leur propre quartier, contre les propres biens de leurs voisins pas plus favorisés qu'eux. Il s'agit là d'un comportement pathologique que je ne vais pas approfondir ici ( vous en avez déjà marre de mon texte un peu trop sérieux ), mais dont vous pouvez trouver la description par vous même sur Internet si vous cherchez un peu.

"Devant tant d’injustice et de violence symbolique, faute d’autres moyens, ces jeunes des banlieues n’ont que la violence physique et brutale à opposer aux médias, qui les trahissent; aux policiers, qui les harcèlent sans cesse et parfois jusqu’au pire; à l’école et à la bibliothèque, qui sont malgré elles l’expression paradoxale de vains espoirs d’avenir." André Rouillé

Freud avait émis le constat que la frustration a une utilité. Elle est à la racine de la plupart des plaisirs. Car ce manque que vous pouvez ressentir, c'est bien lui qui vous permet de faire monter le désir et percevoir la valeur de certaines choses et de ressentir du plaisir lorsque vous les obtenez.
Mais pour que la frustration se traduise par un comportement positif ( Je suis défavorisé par rapport aux autres, je n'ai pas ce que je mérite, mais je vais m'en sortir quand même ) encore faut-il que l'individu ait une image de lui même assez positive ( image donnée par l'environnement, le milieu familial, l'école..; )  et qu'il ai intégré dès sa petite enfance que la  frustration faisait partie intégrante de la vie. (" Je ne peux pas avoir tout , tout de suite" ). Dans le cas d'un jeune pour qui ni le milieu familial, ni l'école n'ont donné ces règles de base de la vie en société, ( je mange quand je veux en fouillant dans le frigo, je regarde la télé toute la nuit , je sors la nuit dans la cité avec les copains et je rentre quand je veux,
je ne rends pas les devoirs  demandés à l'école et  les profs et l'administration l'acceptent ...) la seule chose qu'il peut faire de sa frustration, c'est ce qu'il en fait : 

                                Il casse tout !

Oh! ne partez pas ! juste une petite remarque.

Je ne vous ai pas dit que les comportements pathologiques liés à la frustration étaient deux fois plus nombreux chez les garçons que chez les filles !

                                   ...ça vous étonne ? ( si oui, relisez les dix dernières lignes  )

Hep !  Une dernière remarque: le comportement pathologique lié au sentiment de frustration existe bien entendu également chez les flics, et en particulier chez les jeunes nommés dans les "banlieues difficiles" pour leur premeir poste.

Ah! c'est sûr, il vaut mieux dire que tout cela n'est qu'une affaire de "voyoucratie" c'est plus facile à faire comprendre au grand public !

Partager cet article

Repost 0
Dominikos - dans ampelosophisme

Articles Récents

Liens