Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

15 janvier 2010 5 15 /01 /janvier /2010 09:10

                                         Sérafin Poïse


- Et pourquoi tu n'écrirais pas un livre toi aussi ?

C'est Aristogènes qui voici quelques jours me posa cette question, alors que nous terminions sur une tomme de Chalosse qui fleurait bon la bergère aturine (1) un peu négligée notre deuxième flacon de Château Côte de Baleau, un Saint Emilion 2005 propre à stimuler les neurones, 
- Un roman par exemple. Je te vois bien écrire un roman. Regarde un peu autour de toi les nombreux amis qui publient des livres, et toi tu te contentes de petits articles ampélosophistes sur ton blog ! Tu manques d'ambition Dominikos.
 
L'idée fit son chemin. Je me mis à imaginer un héros dans la lignée d'Ulysse,
de Don Quichotte,
de Gargantua, de Jean Valjean, de Gilgamesh, un personnage magnifique, un guide puissant et solitaire, un phare éclairant l'humanité souffrante, bref une sorte d'ampélosophiste inspiré par un souffle divin, enfin, une oeuvre littéraire qui ramènerait "La Divine Comédie" de Dante au niveau de "Pif Gadget".

Mais en même temps je tombe sur un article évoquant le plagiat dont est accusée Marie Darrieussecq par Marie N'Diaye et par Camille Laurens. Marie Darrieussecq a-t-elle pillé les écrits de ses consoeurs ou bien sont-elles simplement un peu paranoïaques ? 

marie darrieussecqlaurensmarie n diaye
 Marie Darrieussecq        Camille Laurens                  Marie N'Diaye

Et puis j'assiste à une conférence de J.P. Méric
Donnet 4                                Le Cardinal Donnet
( l'auteur de "La rumeur de l'océan" je vous en ai déjà parlé, 
et j'espère que vous l'avez lu, le deuxième tome sort en février
)
sur les discours du cardinal Donnet ( 1795 - 1882 )
où le brillant historien montre à quel point le prélat a pillé
 les écrits de Chateaubriand ou de Vigny ! 

Alors vous comprenez, moi je cherche à entrer dans la postérité par la grande porte et pas par le scandale, et comme je ne tiens pas à passer pour un vil copieur je vous soumet le projet de mon ouvrage dans ses grandes lignes. Si vous y trouvez quelque chose qui vous rappelle un texte déjà lu ou une histoire déjà entendue, soyez sympas, dites le moi vite avant que la calomnie ne s'abatte sur moi. 
 
Voici donc le résumé de l'épopée.

                            Le titre provisoire est: SERAFIN POÏSE

Souvent au crépuscule, l'été, Georgette Senduc la femme du notaire de Lézinhiac le Haut se promène sur les bords du Lot à Lezinhiac le Bas. Les rives arborées étant un lieu propice aux rencontres discrètes, elle s'y fait régulièrement fourrer dans les fourrés ce qui est une excellente activité physique pour cette bonne bourgeoise par ailleurs fort sédentaire. Le soir du 19 juillet 1870,  elle entend des cris de bébé qui proviennent le la rivière. Elle interrompt la troussée avec Antonin dit le Pieu (pas uniquement à cause de son assiduité à la messe dominicale),  et trouve échoué dans les joncs de la rive un douilh (2) dans lequel repose un nouveau né braillard.

Poïse 1

Elle porte l'enfant chez le curé de Lézinhiac le Haut, ( en bas ce sont des ploucs ) qui était en réunion paroissiale avec Madame la mairesse. Le prêtre s'écrie :
 "C'est bien la poisse, juste le soir où je recevais les offrandes de Madame !"
 " Poisse, voilà qui fera un joli nom pour ce petit être de Dieu" dit la mairesse qui ne manquait pas d'esprit
" Alors, comme c'est le jour de la saint Séraphin, nous l'appellerons Séraphin Poisse !" ajouta le curé.
Malheureusement quand le lendemain le curé alla déclarer le nourrisson à la mairie, le secrétaire étant parti à la guerre, c'est Ferdinand le Garde Champêtre quasiment illettré qui enregistra l'enfant sous un nom qu'il orthographia: Sérafin Poïse.

C'est ainsi de Poïse sauvé des eaux entra dans la vie.

Après j'aurais bien vu Sérafin ( dorénavant avec un F ) élevé dans une riche famille de Decazeville, mais ému par la misère des mineurs exploités par les grands bourgeois capitalistes il décide de les détourner de leur travail harassant ( il est ainsi à l'origine du plus grand détournement de mineurs du XIXè siècle ) et de les conduire vers une terre paisible dont il sent l'appel au fond de lui. Habillés de pauvres vêtements de laine blancs écrus rayés de noir par le charbon ces pauvres gens sont affublés du sobriquet de "Zèbres" nom que les gens du pays au parler languedocien prononcent "Zèbreu"

La troupe arrive ainsi après moultes périgrinations sur la presqu'île du Cap Ferret, longue langue de sable forestière. Poïse y rencontre à Jane de Boy la belle Edwijany fille d'un résinier. Il lui dit "Je t'aime" en roulant les R ( il avait un fort accent du Rouergue ) et il l'épouse sur-le-champ et sous les pins. Poussés par les troupes de la maréchaussée envoyées à leurs trousses, les Zèbres sont acculés à la pointe du Cap. Mais biens décidés à ne pas se laisser acculer par les gendarmes, Poïse s'élance dans les passes du Bassin qui miraculeusement s'ouvrent devant lui. La mer se retire et les mineurs atteignent le banc du Toulinguet, puis le banc d'Arguin et enfin la dune du Pilat.

Les passes se referment  après le passage de Poïse et des Zèbres, engloutissant les poursuivants. Pendant que la troupe se repose notre héros gravit seul la dune du Pilat. Il y passe la nuit et en descend le lendemain matin portant deux planches en pin des Landes où sont gravées sur l'une la formule du Coca Cola et sur l'autre la recette du Cheese Burger de Mc Do.

Poïse 2
Acclamé par ses troupes qui n'avaient à bouffer que quelques coutoyes (3) trouvées dans le sable, et guidé par une formidable puissance céleste, il conduit son peuple vers Marne-la-Vallée où les descendants fonderont le pays merveilleux d'Euro Disney.

Disneyland

C'est pas grandiose comme histoire ça ? Et original en plus !
Le souffle d'Homère je vous annonce !
Et puis c'est comme le foot, ou les séries télé, ça nous distrait un peu des misères du monde.

En 650 pages chez Gallimard, ça va faire mal pour le Goncourt 2010 les amis !
Mais chaque chose en son temps ...

 (1) Aturine = habitante d'Aire sur l'Adour.
.(2) Douilh ou douil = bassin en bois qui sert à transporter la vendange.
 (3) Coutoye = nom local de la palourde.

aristogenes@aliceadsl.fr

Partager cet article

Repost 0
Dominikos

Articles Récents

Liens