Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

8 décembre 2012 6 08 /12 /décembre /2012 09:00

Je suis con, mais j'aurais pu ne pas l'être.

  Gottfried Wilhelm von Leibniz

Si l'on suit (de loin) la pensée de Gottfried Wilhelm Leibniz (1646 - 1713) on découvre que le philosophe et mathématicien Allemand que Voltaire ridiculise dans "Candide" était quand même un peu moins crétin que ce brave docteur Pangloss,précepteur de Cunégonde ...et de Candide, qui enseignait à ses élèves "la métaphysico-théologo-cosmolonigologie".  Sachant que le sous-titre est "l'optimisme"  ça vous fait une bonne raison de le relire ou de le lire si vous voulez un peu "cultiver votre jardin"  en cette période critique où il ne serait pas anormal que  l'optimisme vous manque peut-être un peu.

 

Dans sa réflexion sur la vérité, Leibniz fait la différence entre une "vérité contingente" c'est à dire qui exprime quelque chose qui est vrai, mais qui pourrait aussi ne pas l'être (par exemple, si je dis "je suis né un 28 septembre",c'est vrai mais j'aurais pu aussi bien naître le 27 ou le 30 ou ...) et une "vérité nécessaire" (par exemple "tous les hommes sont mortels" c'est à dire une affirmation pour laquelle l'affirmation contraire, "certains hommes ne sont pas mortels", serait obligatoirement une connerie).  

 

Si vous avez du mal à suivre je laisse Aristogènes vous expliquer. C'est un bon pédagogue.

  Vérité 1  Vérité contingente 2

Cette réflexion sur la vérité manque à beaucoup de nos contemporains qui confondent leurs opinions, leurs sentiments, la vague idée qu'ils se font des choses, avec la réalité.

Il est vrai cependant que définir la réalité est parfois très complexe. Je pense là à mon vieux copain Athanase dont je vais vous résumer l'aventure en quelques mots.

Voici quelques jours Athanase descend de son toit en chute libre et atterrit sur le caillebotis de la terrasse. Je le retrouve à l'hôpital fracturé un peu partout mais vivant (c'est pour cela que je l'appelle  "Athanase" qui en grec veut dire "immortel"). Les antalgiques introduits dans la perfusion qui lui irrigue la tuyauterie intime étant peut-être légèrement sur dosés, il s'ensuit un effet secondaire qui conduit notre bon Athanase à voir des petits chats qui gambadent sur son lit.

Michel - Copie

 Alors une question se pose:

Les chats sont ils

a) une connerie ?

b) une vérité contingente ?

c) une vérité nécessaire ? 

Si la première tentation est de choisir la réponse "a", la réflexion nous oblige à reconnaître que si Athanase dit qu'il y a des chats sur son lit c'est qu'il voit des chats !  Donc les chats sont pour lui en cet instant une manifestation de la réalité. Et c'est là que la vision des chats d'Athanase nous ramène à la problématique développée par Platon dans  "l'allégorie de la caverne" ! (La République - Livre VII)

    INCROYABLE NON ?

 

Conclusion ( Provisoire)

Ce petit article avait pour but:

1 - De rigoler sur le malheur des copains car si on ne rigole plus du malheur des potes que va t-il nous rester comme sujet qui ne nous expose pas à un dépot de plainte, à une menace terroriste, à l'excommunication ?

2 - D'essayer d'éclairer joyeusement les esprits éclairables face à la puissance anesthésique des médias, des politiques, et d'autres ... qui nous font prendre les vérités contingentes pour des vérités nécessaires.   

3 - De se foutre de la tronche de tous les cons qui ont réponse à tout, qui croient connaître tout sur tout, qui ont un avis sur tout, mais qui ont une capacité de réflexion juste un peu inférieure à celle d'une méduse cacochyme et que j'ai de plus en plus de mal à supporter.

(mais je me soigne)

 

Allez, juste une petite dernière en ce jour d'élections. 

Quoi ? Vous avez oublié ? Mais c'est l'élection de Miss France !  

Miss France

 

  Correspondance: aristogenes@aliceadsl.fr

Partager cet article

Repost 0
Dominikos

Articles Récents

Liens