Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

6 mai 2012 7 06 /05 /mai /2012 16:00

    Sortie

6 mai - Copie

 

 

Correspondance : aristogènes@aliceadsl.fr

 

Repost 0
Dominikos
29 avril 2012 7 29 /04 /avril /2012 16:00

    Les experts amis-amis.

 

Il était une fois dans un temps très ancien (c'était vers l'époque de Clovis et de Ramsès II, pour satisfaire les pinailleurs qui ne vont pas manquer de me demander des précisions), un royaume lointain (je veux dire vraiment loin, après la Principauté d'Andorre, et bien plus loin que la Belgique) qui vivait dans la prospérité la plus grande.

En réalité, le roi Loïc Atorz et sa cour vivaient dans la prospérité, car le peuple crevait la dalle dans la plus grande des misères, mais il était tellement abruti par le travail qu'il n'avait même pas la force de se plaindre.

Les tas c'est moi

Le roi et sa noblesse tiraient bien entendu leurs revenus de la richesse produite par le travail des xylarchides ( = "couilles en bois" du grec "XYLOS"BOIS et "ARCHIDI"= COUILLE, ce nom désignait les pauvres travailleurs du peuple)  qui devaient en outre subvenir aux besoins d'un clergé dont le rôle de guide spirituel et sauveur de l'âme méritait bien une rétribution à la hauteur des enjeux de sa fonction.

Le clergé enseignait que les dieux ayant crée le monde tel qu'il était, ce monde ne pouvait être que parfait (les dieux ne sont quand même pas des bricoleurs du dimanche, même si le dimanche est le jour...de dieu !), que le roi "lieutenant des dieux sur terre" était le meilleur des rois, que désobéir au roi revenait donc à désobéir aux dieux, que le monde se divisait naturellement entre riches et pauvres...etc...et donc que tout était pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles. (1)

 

Et puis, au fil du temps la société évolue. Quelques dégourdis issus du peuple arrivent à faire fortune dans le commerce, la banque [(déjà ?),(mais oui)] les fonctions de la justice, ou quelques activités administratives. Ils forment alors la classe sociale des chrysarchides ( "couilles en or" du grec CHRYSOS =OR et ARCHIDI=COUILLE) Ces gens instruits trouvent que se faire plumer par les taxes, impôts et redevances diverses pour entretenir une noblesse oisive et hautaine,  sans avoir le moindre droit de contrôle sur l'utilisation du pognon récolté par le roi, ça commence à bien faire !

 

Ils s'allièrent donc aux braves xylarchides (juste histoire de faire un peu plus de poids face au roi et à ses CRS -Compagnies Royales de Sécurité-) et dirent au souverain qu'il fallait  arrêter de se payer leur tête ! Le monarque ayant du mal à piger c'est eux qui se payèrent la sienne.

 

Le roi étant zigouillé il était urgent :

 

1 - de trouver une autre justification que la volonté divine pour expliquer l'origine du pouvoir tout en s'assurant que ces nouvelles lois profitent à la nouvelle catégorie de la population qui avait mené la révolution (en un mot, les chrysarchides). Le problème était complexe:

2 - de faire accepter ces lois par les xylarchides qui avaient été leurs alliés pour virer le roi.

 

A force de chercher la solution on finit par la trouver ("Quand on cherche on trouve!" disait ma grand-mère qui était philosophe)

Il suffisait de proclamer deux choses en même temps :

1 - Le pouvoir vient du peuple. (notion de souveraineté populaire). Toute loi qui n'a pas été ratifiée par le peuple est nulle.

2 - Le peuple exerce son pouvoir par l'intermédiaire de représentants élus. Et ça c'est une idée géniale !

 

Quelques temps plus tard le Royaume était devenu une République. "L'Athée Laid" avait replacé la religion dans son rôle de directeur des inconsciences, et dans les écoles on expliquait aux enfants que la République était une "démocratie" qui donnait à tous les mêmes chances de réussite, ce qu'ils avaient parfois un peu de mal à admettre, mais vous savez ce que c'est, les ados sont chiants et contestataires quelle que soit l'époque. On leur précisait même que la démocratie avait été inventée par les grecs (pas par ces brutes de guerriers Spartiates mais par les doux Athéniens) il y a bien longtemps en leur expliquant que ce mot signifie  "pouvoir du peuple", ce que bien entendu personne n'avait pris la peine de vérifier vu qu'on admettait la parole du professeur comme autrefois celle du prêtre. On ne leur disait pas non plus que dans la démocratie athénienne  le "peuple" ne représentait que 35 ou 40 000 personnes  sur les 250 ou 300 000 habitants de l'Attique, et que l'essentiel des fonctions politique était attribué par tirage au sort et non à la suite d'élections !

 

Les activité de production de richesse se développèrent, le commerce prospéra, les banques se multiplièrent et les banquiers s'enrichirent. On appela celà "la croissance économique". Les chrysarchides se firent des couilles en or. ( Qui a dit: "C'est un pléonasme" ? )

 

L' étude des modes de production distribution, consommation des richesses (l'économie) devint une science si on en croit les experts dont le nombre grandit et l'influence médiatique se développa. Une classe d'experts en politique  (les élus représentants du peuple) et d'experts en économie apparut ainsi, composée essentiellement de gens issus des chrysarchides, et qui entretenait de bonnes relations (parfois même des relation carrément amicales) avec les grands dirigeants de la finance et les grand journalistes chargés "d'informer" le peuple de "ce qu'il faut penser", chrysarchides eux aussi. En bref, tous ces experts étaient amis-amis.

 

Tous les cinq ans le peuple était convié à élire le "Chef de l'Etat". Même quand la situation du pays était catastrophique les électeurs pensaient qu'avec le nouveau chef ça irait beaucoup mieux, ou bien que si l'on reconduisait l'ancien qui avait foiré son premier mandat, il serait bien meilleur dans le second.

Inégalités 2

Inégalités 3

 

Et puis pour se consoler le bon peuple se disait que dans la vie il n'y avait pas que le fric il y avait aussi le jeu de ballon au pied très populaire dans ce pays qui procurait des joies immenses.

  Enfin, l'Etat contrôlait même un organisme qui gérait des jeux de hasard et donnait à chacun l'espoir qu'un jour lui aussi serait un chrysarchide !

Donc, tout était toujours pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles. (1)

 

Mais heureusement cette histoire n'est qu'un conte et toute ressemblance avec une situation existante ne pourrait être que le fruit du hasard.

 

Correspondance: aristogenes@aliceadsl.fr

 

(1) Je me demande si Voltaire ne m'aurait pas piqué cette phrase pour la fourrer dans un de ses contes ? Je me suis sûrement fait avoir. Je suis un peu trop candide.

 

Ce conte a été en partie inspiré par l'article du philosophe Jacques Rancière sur le "Nouvel Observateur" du 19 avril 2012,  N° 2476

 

  Rancière

Repost 0
Dominikos
26 avril 2012 4 26 /04 /avril /2012 11:41

Le clown.

Clown

 

Clown 2

Mais ça va revenir...

 

Correspondance: aristogenes@aliceadsl.fr

 

Repost 0
Dominikos
16 avril 2012 1 16 /04 /avril /2012 12:10

De Buchenwald au Titanic.

 

  BONUS HORS SUJETGrand père vert 2

(C'est juste un petit cadeau pour Danièle et Gérard)                  

 

 Préambule.     Retour sur la dernière image de l'article précédent. Moi 2aCette image méritait sans doute un petit complément d'information. Le voici donc:Egoïste 1Egoïste 2Retour au sujet: "De Buchenwald au Titanic" Depuis la fin de la tragique affaire Mohammed Merah, les médias toujours prêts à nous divertir ont trouvé un sujet en or: le centenaire du naufrage du Titanic. Il n'y a pas un quotidien, un hebdo, une émission d'infos télé, qui ne revienne pas sur l'évènement avec force détails, interwiews des petits enfants des naufragés, dernières découvertes sur l'épave, histoire de la construction du navire "insubmersible" aux chantiers navals de Belfast...etc...Cet engouement pour le Titanic m'a d'abord semblé être le dernier gadget journalistique pour détourner l'attention des citoyens d'une campagne électorale tristounette ou chaque candidat dénigre ses concurrents, plutôt que d'insister sur son programme pour sortir de la crise. Et puis je me suis demandé si inconsciemment cette affaire du Titanic ne serait pas une métaphore de la situation actuelle ? Le naufrage du Titanic ne préfigurerait-il pas le naufrage d'un modèle politique économique et social, une sorte d' "OCCIDENTAL WAY OF LIFE" qui serait en train de sombrer ?     Titanic

En fait, si la campagne est tristounette c'est que personne n'a vraiment la 00144, Rudolf Hilferdingsolution pour sortir de de la crise. Dans un monde dominé par la finance inernationale ( phénomène dénoncé par l'économiste Allemand Rudolf Hilferding dès 1910 dans "Le capital financier" donc deux ans avant le naufrage du Titanic et on ne nous a rien dit en 2010 sur le centenaire de cette publication !!!) dont l'économie est mondialisée et les décisions politiques en grande partie prises par les instances européennes,  de quelle marge de manoeuvre dispose un gouvernement quel qu'il soit ?

 

Donc cette campagne électorale me fait penser assez souvent à des pubs pour le Coca Cola.

Moi je suis le vrai Coca, le seul l'unique celui qui a de l'expérience ! imagesCA59TJQXNe vous laissez pas encore entraîner par le Coca qui vous a rendu malade pendant 5 ans. Choisissez le changement, choisissez Coca Light. imagesCA7O1GPS

Depuis 30 ans Coca et Coca Light sont la cause des mêmes troubles qui nous ont conduits au fond du gouffre. Il vous faut du nouveau. Le renouveau c'est Coca Zéro ! 

images

 

    Gros rouge 2

 C'est pour cela que maintenant même certaines pharmacies diversifient leur offre à la clientèle.

Pharmacie bretonne

( Merci à Jean-Marc et Dany pour cette magnifique photo)

Alors pour sortir de la morosité ambiante, certains de mes amis partent quelques jours en vacances hors de l'Hexagone et principalement au soleil des Antilles, de la Martinique, du Brésil ou de la République Dominicaine par exemple. 

    10207981

 

Mais ils ont tout faux !   Quand ils reviennent ils retrouvent la grisaille du quotidien, la morosité générale, l'insipidité de la campagne électorale. Bref, l'effet positif des vacances est anéanti en quelques heures. Alors, si au contraire vous voulez retrouver le moral en rentrant à la maison faites comme mon vieil ami Philippos Leonidas, (je me permets de te nommer, tu ne m'en veux pas ?) allez en vacances à Buchenwald !  buchenwald5

      Et là, à votre retour vous allez voir comme vous allez trouver qu'on est vachement bien chez nous !

 

Correspondance: aristogenes@aliceadsl.fr 

 

 

Repost 0
Dominikos
1 avril 2012 7 01 /04 /avril /2012 16:00

...ou cretinus simplex

 

Crêpes 1aCrêpes 2a Je viens de retrouver cette remarque de Platon. "Les seules supériorités féminines résident dans le tissage et l'art de faire les crêpes."  Aussitôt une question me vient à l'esprit: Qu'est-ce qui différencie fondamentalement le grand philosophe du crétin ordinaire ?

Le grand philosophe n'est pas à l'abri de dire des conneries. Sont-elles moins visibles parce qu'elles sont enveloppées de pensées profondes et intelligentes ? 

Le grand philosophe n'est il pas aussi un produit de l'histoire de la pensée dominante dans telle ou telle culture ? Sinon comment expliquer que Platon soit bien plus connu que Démocrite ? Platon était spiritualiste alors que Démocrite était matérialiste; dans une culture judéo-chrétienne le matérialisme passe mal. 

Le grand philosophe a-t-il vraiment l'esprit plus agile que le crétin ordinaire ? A priori on serait tenté de répondre oui.  

Chez les anciens grecs, le pied agile symbolisait l'agilité de l'esprit (d'où la présence de petites ailes sur les talons d'Hermès)     Hermès 1          Hermès 2Mais l'agilité de l'esprit et la culture historique ne protègent pas toujours de la connerie basique !

 

1789 A

     Bon, ne revenons pas sur la campagne présidentielle. Pour être candidat , il ne semble pas que le fait d'être philosophe soit la première vertu requise. ( Pauvre Platon qui dans son gouvernement idéal, confiait la direction de l'Etat aux philosophes !!!).

Mais laissons tomber Platon et regardons un peu Aristote. ("L'Ethique à Nicomaque") 

"Le bonheur est une activité de l'âme en accord avec la vertu".

L'homme vertueux a gagné son indépendance donc à priori il n'a pas besoin d'amis.  Mais plus loin il affirme que "l'amitié est ce qu'il y a de plus nécéssaire pour vivre".

     Si vous êtes philosophe vous allez qualifier cette contradiction d'aporie.

   Si vous n'êtes pas philosophe vous allez la qualifier de connerie.

    Alors, allons voir chez les contemporains. Par exemple Michel Henry (1922-2002)

Henry philosophe 1

Henry philosophe 2

  Pas très médiatisé ce Michel Henry, mais il gagne à être connu.

Ce qui est surprenant aussi c'est que dans notre société "démocratique" on nous demande en permanence notre avis sur tout y compris bien évidement sur des sujets sur lesquels nous n'avons aucune compétence. Mais cela n'a aucune importance, NOUS AVONS UN AVIS !  

Un exemple: Un terroriste réfugié dans un appartement, résiste aux forces de police. Au bout de plus de 24 heures les super-flics investissent l'appartement, coups de feu, le terroriste est tué.

Le soir au cours d'un journal télévisé le présentateur déclare: "Pensez-vous que les policiers ont bien agi ou qu'ils auraient pu prendre le terroriste vivant ?" Téléphonez au (... N° de la chaîne...). Sur le coup ça me fait rire. je me dis: "comment peut-on avoir une opinion sur le travail des policiers, sur le danger représenté par le malfaiteur ..."  Et plus tard la chaîne donne le résultat du sondage: "Vous êtes 65 % (chiffre approximatif donné de mémoire) à penser que les policiers ont raté leur mission"... Je rêve ? Il y a donc des gens qui ont vraiment répondu ?

 

  l'avis 1a

 

 l'avis 2

     Moi 1

     Moi 2a

 Allez, on en reste là ?  Voici mon coup de coeur littéraire de la semaine,

 

Du malheur d'être Grec 1

 

 

     et voici la dernière page du livre.Du malheur d'être Grec 2

 

 Correspondance:  aristogenes@aliceadsl.fr

Repost 0
Dominikos
18 mars 2012 7 18 /03 /mars /2012 15:30

29 - 12 = ?

Contexte:  Petite dégradation à la maison. J'appelle l'entreprise qui doit procéder à la réparation. On m'envoie le "technicien" qui va prendre les mesures. Homme 45 ans environ, bien habillé, attaché case, souliers en cuir soigneusement cirés. Il note diverses côtes, puis tout à coup prend une mesure (29 cm), puis une autre (12 cm) et dit à haute voix :

"Alors, 29 -12 ...  Euh, 29 -12...."

Comme je suis à côté de lui je dis en souriant:

 "Avec un peu de chance ça devrait faire 17."

Le type me regarde,...ne dit rien , fouille dans son attaché case, puis dans ses poches, en sort enfin un téléphone extra plat à écran digital, le manipule quelques instants, trouve la fonction "calculette", pose l'opération, fait une fausse manip, dit doucement "merde !", recommence, et enfin m'annonce radieux:

 "29 - 12 ça fait 17 !"

Et moi, j'ajoute:

" je vous avais dit que j'avais de la chance!"

 

Oui, je sais, tout cela n'est pas bien grave. Ce technicien est sans doute quelqu'un de très sympathique, employé sérieux, bon père, et époux pas plus infidèle que la moyenne.

Ce qui m'interroge c'est le lien qui m'apparaît immédiatement entre l'impossibilité de ce type à faire mentalement la soustraction 29 - 12 et le contexte politique.

 

"Y a-t-il un lien entre les deux ?"  me direz vous !

Ver à soie 1

Ver à soie 2

Explication:

En période de campagne électorale on nous rebat les oreilles (je précise encore une fois pour les mal comprenants chroniques qu'on ne dit pas "rabattre les oreilles" mais "rebattre les oreilles") de discours politiques qui n'ont le plus souvent pas grand chose de politique (au sens étymologique = art d'organiser, de gouverner la cité, par extension l'Etat) mais qui ne sont que des échanges de petites phrases visant à discréditer l'adversaire, chacun se plaignant bien entendu du niveau très faible du débat et en rejetant la faute sur l'autre ! Ou alors il s'agit pour les candidats de répéter inlassablement la même chose sachant que "un mensonge répété 10 fois reste un mensonge, mais répété 10 000 fois devient une vérité" (Attribué à Hitler mais d'autres l'avaient dit bien avant lui.)

  Vérité

  Le plus souvent j'ai l'impression que la campagne électorale donne à peu près ça:

course en tête

Remarquez que si on réfléchit un peu, on s'aperçoit que ça ne peut pas se passer autrement.

Pourquoi ? Parce que le but de la campagne est essentiellement en démocratie représentative, de convaincre les électeurs indécis. La plupart des électeurs savent pour qui ils vont voter ou s'ils ont décidé de s'abstenir. Ils ont des idées politiques assez claires et la campagne a peu de chances de faire varier leur opinion. Donc il s'agit de s'adresser à la frange des indécis qui peuvent faire basculer le scrutin dans un sens ou dans l'autre. Et il semble qu'une forte proportion de ces indécis soit composée de citoyens globalement assez peu spécialistes des questions politiques.

Conclusion: Plus l'argumentaire est simple (et même simpliste), plus on a des chances de les convaincre.

Clair 1

 

Clair 2

 

Et alors ?

 

- et alors quoi ?

- Ben alors, que faudrait-il faire pour que le niveau des campagnes électorales soit un peu plus élevé ?

- C'est simple, il faudrait dès le plus jeune âge inciter davantage les futurs citoyens à faire fonctionner leurs neurones, par exemple en...

... en développant la pratique du calcul mental à l'école ?

 

Correspondance: aristogenes@aliceadsl.fr

Repost 0
Dominikos
28 février 2012 2 28 /02 /février /2012 14:00

"La parole est l'ombre de l'action" (Démocrite)

 

Muet 1

 

Muet 2

 

Muet 3

 

Muet 4

 

Muet 5

 

Muet 6

 

Correspondance  aristogenes@aliceadsl.fr

Repost 0
Dominikos
25 février 2012 6 25 /02 /février /2012 18:00

Tout va bien.

 

"Amis lecteurs qui lisez ce "blog"

 Dépouillez vous de toute affection,

Et le lisant, ne vous scandalisez.

Il ne contient ni mal ni corruption

Il est vrai qu'ici, vous ne trouverez

Guère de perfection, sauf si on se met à rire;

Autre sujet mon coeur ne peut choisir

A la vue du chagrin qui vous mine et consume,

Il vaut mieux traiter du rire que des larmes,

Parce que rire est le propre de l'homme."

 

Comme texte de présentation du blog ampélosophiste ça a de la gueule non ? Bon, OK, vous avez reconnu l'auteur ? (François Rabelais"Aux lecteurs" en ouverture de "GARGANTUA" (restauré en français contemporain)  . J'ai juste remplacé le mot "livre" par "blog" à la première ligne.

 

"A quelque chose malheur est bon" aurait dit... mais je n'insiste pas vous connaissez ma grand-mère.

Une hospitalisation n'a rien à priori de bien agréable. Mais au moins cette situation présente l'avantage de pouvoir disposer de temps pendant lequel rien ni personne ne vous dérange (sauf quelques visites d'infirmières ou le passage de médecins et du chirurgien, qui coupent la monotonie du séjour)

J'ai donc profité de ce temps de vacances pour lire le texte intégral du "Gargantua" de Rabelais ce que je n'avais jamais fait jusque là, et qui est une chose impardonnable pour un ampélosophiste.

A la lecture de Gargantua je me dis que je ferais mieux de ne plus rien écrire et de me contenter de faires des petits dessins plus ou moins rigolos. 

 

Gargantua

  Je me pose une question: Pourquoi écrire mes conneries alors que depuis Aristophane en passant par Rabelais, Montaigne, Diderot ... tout ce que je peux écrire a déjà été pensé, cogité, expliqué, rabâché, écrit, dessiné, et publié depuis longtemps par des gens de grand talent. 

Et de mon lit d'hôpital, je me dis que je peux très bien abandonner mes chroniques sans que ça perturbe en aucune façon le cours du monde ! 

Et puis une pensée me vient. Si j'écris c'est d'abord pour moi, ça m'amuse. Et si l'idée d'abandonner me traverse l'esprit c'est parce que d'une chambre d'hôpital on ne voit pas le monde comme depuis les pistes de Courchevel,... ou depuis une chambre de bonne insalubre d'un quartier populaire de Paris.

Mais si le lieu où l'on se trouve peut influencer notre vision du monde et de la "réalité" on ne peut pas en faire une généralité. Il est possible depuis le même lieu de percevoir plusieurs "réalités" différentes. 

Exemple:  

 Cocotiers 1

 

Cocotiers-2.jpg

Donc, il n'y a pas que le lieu où l'on se trouve qui nous fait percevoir ce que nous appelons "la réalité" de telle ou telle façon. Les paramètres qui influent sur notre jugement sont nombreux.

le lieu,

l'âge,

l'éducation,

la culture,

la religion, ...ou l'absence de religion,

la richesse ou la pauvreté,

la situation sociale,  

le sexe,

l'état de santé (physique et mentale),

l'environnement familial,

... et sûrement beaucoup d'autres encore.

 

D'où la vieille question platonicienne toujours d'actualité: "Qu'est-ce que le réel ?"

  Je m'explique:

Copie de Vision du monde

Mais j'en vois là au fond qui ont du mal à suivre. Je reprends plus clairement (j'espère).  

Nosokomio 1

 

Nosokomio 2  Nosokomio 3a

  

  Nosokomio 4

Mais ne vous inquiétez pas, tout va bien, c'est juste les effets de l'anesthésie qui ont du mal à se dissiper.

 

Correspondance: aristogenes@aliceadsl.fr

 

Repost 0
Dominikos
17 février 2012 5 17 /02 /février /2012 07:00

"Du côté de la barbe est la toute puissance" *

 

Musique pope 3

 4aout03

 Vous vous souvenez de cette image qui figure dans à peu près tous les livres d'histoire à la leçon sur la Révolution de 1789 ? Elle représente le tiers-état qui porte sur son dos le clergé et la noblesse.    

 

 

Quand on voit la crise dans laquelle s'enfonce la Grèce, et en même temps la richesse du clergé, on ne peut pas ne pas penser à cette gravure de la fin du XVIIIe siècle.

 

Il faut savoir que "l'Église de Grèce est une Église nationale et qu'il y a donc une connexion politique entre l'Église et l'Etat qui lui a donné ses privilèges"(P. Karamouzis, professeur de sociologie)

 

 Popes et évêques sont payés par l'Etat. Leur salaire représente 220 millions d'Euros par an.

La Constitution est écrite "au nom de la trinité sainte consubstantielle et indivisible". L'Église, deuxième propriétaire foncier après l'Etat, actionnaire de la Banque nationale de Grèce, possède également des hôtels, des parkings ...etc... et paye très peu d'impôts. Sa fortune est très difficile à évaluer.

Mais comme en France sous l'Ancien Régime, l'Église grecque organise les oeuvres de charité ce qui lui permet de justifier ses privilèges.

Copie Pope âne 1  

  Copie Pope âne 3

Remarquez que vu de l'extérieur cette situation a l'air scandaleuse, mais si on l'observe sur place on constate que beaucoup de Grecs restent attachés aux priviléges de leur Église même si de plus en plus de voix s'élèvent pour les dénoncer.

Quand un comportement me semble absurde, je ne peux pas m'empêcher d'en  chercher la cause, car j'ai bien du mal à admettre que l'homme est foncièrement crétin.

Dans ce cas précis, il me semble que l'étude rapide de l'histoire grecque depuis deux siècles peut nous éclairer.

A partir de là les lecturophobes peuvent sauter le paragraphe écrit en noir.

  Le territoire de la Grèce actuelle fait au début du XIXe siècle partie deIndépendance grecque l'Empire Ottoman. La Grèce moderne se forme suite à une guerre d'indépendance (1821 - 1830)  ou "Révolution grecque" (Ellhnikh Epanastash). Les Grecs de l'empire turc se définissent d'abord comme "chrétiens orthodoxes" face aux musulmans. Dans la tradition on fait commencer la guerre le 25 mars 1821 au monastère d'Aghia Lavra dans le Péloponnèse. Là, le métropolite (évèque) de Patras, Germanos, aurait fait miraculeusement fuir une soixantaine de cavaliers turcs venus l'arrêter, grâce à 1500 paysans grecs qui auraient poussé le cri de guerre des "Macchabées" "La Victoire de Dieu !" (cf. Bible orthodoxe - Les 4 livres des Machabbées-)

Puis il célébra un "Te Deum" pour 5000 paysans rassemblés.

  Il donna alors une absolution préventive ( ! ) (image ci-contre), à la foule dans laquelle se serait trouvé le chef de guerre Théodoros Kolokotronis (en grec: kolos= le cul et Kotroni=grosse pierre, alors je compte sur mes amis grecs pour m'éclairer sur l'étymologie du nom de ce héros Hellène !!!)

Bref, c'est l'Eglise qui dès le début sert de ciment à la nation grecque et c'est autour d'elle que se structure la lutte contre les turcs. Si l'on ne sait pas cela on ne peut pas me semble-t-il comprendre l'attachement des  Grecs actuels à leur Eglise. Bon et puis si je me goure je compte sur les lecteurs pour m'éclairer.

 

A partir de quand la nécessité vient-elle à bout de la tradition ? Belle question.

 

Alors ? 

Alors la caricature est fondamentalement ... de la caricature.   

 

caricature

  Enfin quoi qu'il en soit, en Grèce comme dans d'autres pays du sud ou de l'est de la Méditerranée, "du côté de la barbe est la toute puissance".

Mais soyons optimistes pour une fois. Il n'y a peut-être pas que du négatif dans cette situation ?

Amitié

 Correspondance: aristogenes@aliceadsl.fr

 

 

*"Votre sexe n'est là que pour la dépendance

Du côté de la barbe est la toute puissance."

Molière - "L'École des femmes"  

(Arnolphe s'adresse à Agnès.)

Repost 0
Dominikos
13 février 2012 1 13 /02 /février /2012 19:00

Jument blonde

 Juste avant d'aborder le sujet du jour, une petite info sur DSK, qui n'a rien à voir. 

Whitney Houston 

C'est nul ! Pardon, elle m'a échappé.

 

Tiens à propos d'hôtel de luxe, j'ai eu l'occasion de faire la semaine dernière une expérience suite à une invitation (Merci Clément). Je vous raconte en images.

 1 - La chambre.

 Photo 029

 2 - L'attente de la femme de ménage qui va me faire une gâterie. 

Photo 056

 3 - Elle n'est pas venue et je me suis retrouvé comme un gland.

Photo 063

Cela dit, le cadre, le service, tout est parfait surtout quand on est invité et qu'on ne se préoccupe pas du prix.

Et pendant ce temps, pas loin de là il y a des gens qui ont faim et qui crèvent de froid. Et à Paris on chauffe même la pelouse du Stade de France (en vain d'ailleurs) mais on manque de fonds pour réchauffer les plus déshérités. A croire "qu'ils le font exprès !"   

Mais qui sont "ils" ?

"Ils", c'est sans doute ceux qui gouvernent ?

Mais "ceux qui nous gouvernent" d'une part nous les avons élus et d'autre part nous devrions savoir (si nous ne savons pas ça veut dire que nous votons sans comprendre ce que nous faisons) que ces gens sont des adeptes d'une théorie socio-économique qui s'appelle le libéralisme.

Le libéralisme c'est chouette car dans ce mot il y a "liberté". Un des grands penseurs du libéralisme fut Charles Dunoyer (1786-1862). Mais peut-être a-t-on oublié de vous en parler à l'école. Dunoyer expliquait le plus sérieusement du monde que la misère était un mal nécessaire, et qu'il était opposé à l'assistance sociale car "elle perpétue les vices des pauvres et les encourage à proliférer".

 «Vous trouvez qu'elle est un mal hideux (la misère). Ajoutez qu'elle est un mal nécessaire (...) Il est bon qu'il y ait dans la société des lieux inférieurs où sont exposées à tomber les familles qui se conduisent mal. (...) Elle offre un salutaire spectacle à toute la partie demeurée saine des classes les moins heureuses; elle est faite pour les remplir d'un salutaire effroi; elle les exhorte aux vertus difficiles dont elles ont besoin pour arriver à une condition meilleure.» (Barthélemy Charles Pierre Joseph Dunoyer, économiste français du XIXe siècle, cité par Robert Castel dans Les métamorphoses de la question sociale, Fayard, 1995, p. 244)

 Bon, je vous cite juste ça au cas où vous seriez en manque de sujet de réfexion en attendant de voir enfin France/Irlande au Stade de France dégelé.  

Bien sûr tout le monde voit la richesse, la misère, constate les effets de la crise, écoute (ou entend) les discours politiques, mais tout ce que nous percevons est souvent confus, plié, froissé, et donc bien plus complexe que ce que peuvent en dire les discours "populistes". Donc le philosophe doit faire du repassage, essayer de défroisser, de déplier pour rendre plus lisible.

 

Pliage 1

 Pliage 2

Pliage 3

Pliage Ampélo-philosophe

Ah oui, le titre était "Jument blonde", j'allais oublier !

C'est à cause d'un dialogue qui aurait pu être de Platon que j'ai reçu il y a peu. En voici la copie.

Dans la Grèce antique, Socrate était loué pour sa sagesse.
 
Un jour, une de ses connaissances vint le voir tout excitée et lui
dit: "Socrate, sais-tu ce que je viens d'apprendre à propos de Diogène?"
  
 
"Un instant," répondit Socrate, "avant de me raconter ça, tu dois
passer un petit test. Je l'appelle le test à trois filtres".
  
"Voyons ce que tu as à me dire. Le premier test est celui de
la vérité.
Es-tu absolument sûr que ce que tu vas me dire est la vérité?"
 "Non; en fait j'en ai entendu parler".
 
  "Bien" dit Socrate "tu ne sais donc pas si c'est vrai ou faux. Passons
au second filtre. le filtre de
la bonté. Est-ce que ce que tu vas me dire au sujet de Diogène est quelque chose de bon?"
 "Non; au contraire".
 
  "Ainsi" continua Socrate,"tu t'apprêtes à me dire au sujet de Diogène
quelque chose qui pourrait être mauvais alors que tu ne sais même pas
si c'est vrai".
 L'homme se sentit un peu embarrassé.
 
Socrate continua. "Tu peux quand même passer le test car il y a un
troisième filtre, celui de
l'utilité. Est-ce que ce que tu vas me dire au
sujet de Diogène peut m'être utile?"
 "Utile ? non, pas vraiment".
  
"Bien" conclut Socrate, "si ce que tu veux me dire n'est ni vrai, ni
bon, ni même vraiment utile, pourquoi me le dire?"
 
 
  L'homme se trouva honteux et resta sans voix.
  
Voila qui illustre bien pourquoi Socrate  fut un grand philosophe et
tenu en telle estime.

(Mais il ne sut jamais que Diogène le trompait avec sa femme).

Le dialogue est superbe et la chute subtile...  

La femme de Socrate était une emmerdeuse. Socrate disait (nous rapporte-t-on) qu'il l'avait épousée pour s'entraîner à la patience ! Elle s'appelait Xanthippe ce qui veut dire "Jument blonde" (Xanthos = blond et Hippos = Cheval)... mais...

...mais ... Socrate est mort en 399 av JC et Diogène est né à Sinope vers 413 av JC. Il avait donc environ 14 ans à la mort de Socrate. Etait-il déjà à Athènes?   Si oui, avait-il envie de se faire "déniaiser" par la "jument blonde" ?

Donc il n'est pas inutile de "déplier" toute information.

Diogène Xanthippe

 Commentaire:  Diogène disciple d'Antisthène était un philosophe "cynique", mot qui vient du grec Kuon - Kuwn - (  kyon  avec la prononciation grecque) qui veut dire "chien". Les cyniques vivent comme des chiens.

Même les dessins de cul ont un côté pédagogique ! Mais là c'est juste pour enlever quelques plis ... sur la peau ridée de Xanthippe.

 

  Correspondance:  aristogenes@aliceadsl.fr

 

Repost 0
Dominikos

Articles Récents

Liens