Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

9 mars 2011 3 09 /03 /mars /2011 15:05

Une question de langue. 

 

 

"Le langage est la maison de l'être"  écrit Martin Heidegger ( 1889 - 1976 ).

Cet aphorisme ( mais je pourrais dire aussi apophtegme, maxime ou sentence) m'est revenu à l'esprit suite à la lecture du roman de Philippe Couillaud " Une pluie grise et fine" dont je vous ai parlé il y a quelques jours.

 

Langue 4

N'étant sûrement pas qualifié pour juger de la qualité littéraire de cet ouvrage, ( de plus écrit par un ami, alors vous allez penser que mes remarques ne sont pas objectives si je me permets d'en faire ! )  je me contenterai de dire que j'y ai enrichi mon vocabulaire de mots tels que l'adjectif "hyaline" ( hyalin au masculin ) ou les noms "empyreume," "nitescence" ou encore "scansion". J'ai dit aussi à mon ami auteur de ce texte que j'y avais appris l'adjectif "clitoridien" mais là je crois que j'exagérais un peu !

  Le problème avec un vocabulaire trop riche, c'est qu'on risque aboutir à des confusions. Il faut faire attention à qui on s'adresse. Exemple:

   Kadhafi-entelechie-2.jpg

  Et puis on peut penser que les mots cités ci-dessus ne sont pas d'un emploi très aisé.

Alors là, je vous prouve immédiatement le contraire. Je les place tous dans une seule phrase:

"Une nitescence hyaline régnait dans la cave où le vieux Peyot avait rangé son alambic et malgré les empyreumes  stagnantes rien n' altéra  la dégustation de vieil armagnac d' Aristogènes, qui  par petites lampées dont la scansion  était calquée sur le rythme rocailleux du parler gascon de son hôte, assurait la lente dégringolade du vénérable liquide doré dans le gosier de l'ampélosophiste, provoquant sur sa luette délicate, un plaisir quasiment clitoridien."

 

Et voilà l'travail ! Maintenant pour le décodage, si comme moi vous avez des lacunes dans votre vocabulaire...prenez un dico ! Je ne vais quand même pas vous mâcher le boulot !  

 

Il avait raison Heidegger, la langue qui nous permet de penser est bien notre maison et même notre "intérieur" le plus intime.

  Chaque langue ayant sa structure, la pensée de ses locuteurs est forcément différente. D'où souvent la difficulté de la traduction. Par exemple, et nous l'avons souvent évoqué ici, le sens du mot "démos" en grec ancien, n'a rien à voir avec l'idée du mot "peuple" en français actuel.

Mais il y a des langues encore plus étranges pour nous comme par exemple le "sango" parlé en Centrafrique. Cette langue n'a pas de verbe "avoir". Dans notre société de consommation où l'avoir est la composante essentielle de l'être, cela semble totalement incompréhensible !

  Langue 2

  Mais il faut se méfier de la langue. D'abord de la langue de bois, et sur ce sujet je vous recommande une visite sur le site "Défense et illustration de la langue xyloglotte"  http://www.cledut.net/xylo.htm , qui m'a été indiqué par lecteur lui même maître dans l'art de manier les mots. Puis se méfier du corps qui parfois peut contredire les mots comme l'a fait remarquer entre autres Roland Barthes

Langue 3

 Cela dit, si la langue est parfois la pire des choses, elle peut aussi être la meilleure n'est-ce pas Esope ?

Langue 1

Quoi qu'il en soit je remercie encore Philippos d'avoir enrichi ma langue, donc par là même ma capacité à penser, car plus la langue est pauvre plus la pensée est rabougrie !

Imaginez ce que serait une démocratie dans laquelle les citoyens possédant pour leur majorité un vocabulaire de méduse, seraient en mesure de voter pour désigner ceux ou celles qui seront en charge de gouverner. Ils se laisseraient convaincre par le seul discours qu'ils comprendraient à savoir le plus médiocre, le plus simpliste, le plus démagogique ! Et tout homme ou femme politique devrait pour avoir une chance d'être choisi ( élu ), afficher sa médiocrité avec ostentation afin que les électeurs puissent s'identifier à lui ( ou à elle ) .

Mais heureusement, les Français sont des gens intruits et responsables et cela ne risque pas de se produire chez nous....non ?

Quoi qu'il en soit prenons bien soin "d'entretenir notre maison".  

Ah, juste une petite chose avant de nous quitter. Ce n'est pas parce que je cite Heidegger en début de texte que je suis un fan absolu de ce brillant philosophe.

Heidegger

 

Correspondance: aristogenes@aliceadsl.fr

Repost 0
Dominikos
27 février 2011 7 27 /02 /février /2011 15:19

... pour coller à l'actalité.

 

Vite fait, l'actu toute chaude.

 

1 - Libye:   Kadhafi s'accroche.

 

Kadhafi 3

 2 - France: Remaniement ministériel. 

Le Président explique ses choix.

 

Diplomatie

 

3 - Chronique "people" :

 Scandale ! Le fils de Michel Polnareff ne serait pas de lui !

 

Polnareff

 

J'ai le droit de me reposer un peu maintenant non ?

 

Correspondance: aristogenes@aliceadsl.fr 

Repost 0
Dominikos
25 février 2011 5 25 /02 /février /2011 14:05

Entrevue Sarkozy - Strauss Kahn.

 

 

Après les scandales qui éclaboussent le gouvernement depuis plusieurs mois, la vérité sur l'entrevue Sarkozy - Strauss Kahn  est enfin dévoilée.

img552

 

Correspondance: aristogenes@aliceadsl.fr

Repost 0
Dominikos
23 février 2011 3 23 /02 /février /2011 17:00

Dieu n'est pas mort....

...il a muté.

 

Voilà une révélation qui vaut son pesant d'hosties non ?

Nietzsche.jpg

  Dieu a muté. Ce n'est pas une révélation, mais une simple constatation. Je vais vous le faire court, bien que le raisonnement nous demande de partir de l'histoire des religions depuis la préhistoire. 

 

En suivant les spécialistes de ces questions, nous observons:

1 - Au paléolithique, tous les peuples de la terre vivent au contact direct de la nature. Ils ramassent, pêchent, chassent pour subvenir à leurs besoins. Ils s'identifient à la nature elle même et développent des formes de religions animistes, c'est à dire qu'ils considèrent que des esprits logent dans les plantes, les animaux, les rochers, les rivières ...

2 - Au néolithique, avec l'apparition de l'agriculture apparaissent les premiers dieux qui sont en fait des déesses ! Déesses de la fécondité, de la terre , des moissons. Un début de polythéisme prend naissance. Il se développe vers le IIIe millénaire av JC avec la création des premiers empires, des grandes cités et ...des divinités masculines. Le polythéisme ne disparaît d' Occident que vers le Ve siècle.

3 - Au moyen-âge et aux temps modernes, on assiste au triomphe du monothéisme sous la forme du christianisme ou de l'islam. Le judaïsme, source de ces deux religions apparu plus tôt dans l'antiquité, se maintient en Europe, au Moyen-Orient et en Afrique du nord.  

Si je résume par un petit dessin ça donne à peu près cela:

Homo 1

  Et c'est ainsi que Friedrich Nietzsche ( 1844 - 1900 ) peut écrire dans "Le gai savoir":  "Dieu est mort ! Dieu reste mort ! Et c'est nous qui l'avons tué ! Comment nous consolerons-nous, nous, meurtriers entre les meurtriers ! Ce que le monde a possédé de plus sacré et de plus puissant jusqu'à ce jour a saigné sous notre couteau; qui nous nettoiera de ce sang ? Quelle eau pourrait nous en laver ? Quelles expiations, quel jeu sacré serons nous forcés d'inventer ?

 

Mais t'en fais pas Fredo, ça y est, on a inventé depuis longtemps un dieu de substitution. Si t'avais été un peu plus attentif tu l'aurais vu apparaître alors que se déroulait la "Révolution industrielle" Un dieu plus sacré encore que toutes les divinités que l'homme a trouvé de Cro-Magon à nos jours!

Homo 2

  Mais oui, bien sûr ! LE POGNON ! , le fric, l'oseille, l'argent...

Et le pognon est devenu le dieu planétaire.

Juste une petite remarque. Au cours du paléolithique tous les peuples de la terre étaient animistes.

Pourquoi ?

Parce qu'ayant les mêmes informations, la même relation au monde, ils avaient développé les mêmes formes de spiritualité. Aujourd'hui avec la télé, Internet...tous les peuples de la terre ont une information mondialisée, donc finissent par avoir les mêmes aspirations. Une meilleure vie matérielle et pas uniquement la promesse d'un avenir meilleur dans l'au delà. Les revendications des peuples arabes ne semblent pas actuellement très spirituelles mais bien matérielles, non ?  

Mais ne vous inquiétez pas rien d'humain n'est éternel, alors dans quelques siècles, un petit millénaire au plus, on aura trouvé encore une nouvelle divinité.

 

On ne peut pas terminer sans dire un mot sur les évènements d'actualité.

Ce Kadhafi quand même, quel homme ! Que dis-je "quel homme" , je devrais dire "quel personnage !"  

Wagnérien ?

Non ?

Hugolien ?

Alfred de vignien ? (ça ne se dit pas ? ) Je pensais au loup de "La mort du loup.

 

 

 

Kadhafi Fin

 

 Correspondance: aristogenes@aliceadsl.fr

Repost 0
Dominikos
19 février 2011 6 19 /02 /février /2011 16:15

            Modèles identificatoires  

img531

  L'enfant et l'adolescent construisent leur personnalité en grande partie en s'identifiant plus ou moins inconsciemment à des personnages réels ou imaginaires qu'ils prennent pour modèle. On appelle ces personnages des "modèles identificatoires"

L'adulte peut aussi avoir des modèles identificatoires qui inspirent ses actions; c'est le cas par exemple d'Héraclès pour Aristogènes.

Mal à la tête 

 

 N'en déplaise à mes amis Philippos Léonidas et Dimitri Bouzoukiakis je ne calque pas ma conduite uniquement sur les grands héros Hellènes. 

Préceptes

  Mais le choix d'un modèle identificatoire est parfois difficile, d'autant que ce choix est souvent, comme nous l'avons vu en grande partie inconscient.

Modèle

 

  Voilà, je voulais juste aborder un sujet de culture générale pour ne pas toujours coller à l'actualité qui se démode si rapidement.

Bien qu'un sujet d'actualité ait retenu mon attention. Vous vous souvenez de l'expression de José Bové quand il s'attaquait aux restos rapides:

Il faut lutter contre  "LA MAL BOUFFE"

Couic ! Oui, je sais, c'est minable, je n'en suis pas très fier..., mais pour ma défense je dirai que quand on a été élevé à l'humour bête et méchant d'Hara Kiri on ne peut pas faire que des blagues de bon goût ! Alors pour élever un peu le niveau ( ce n'est pas bien difficile) je vais vous livrer le texte d'Elisée Reclus dont j'ai parlé dans l'article précédent.

Note pour les paresseux

Si vous avez la flemme de le lire vous pouvez arrêter votre lecture ici, après il n'y a plus d'images.

 

Lettre d'Elisée Reclus à Jean Grave publiée dans "Le révolté" ( Octobre 1885 )

  Elisee-Reclus

  " Vous demandez à un homme de bonne volonté, qui n'est ni votant, ni candidat, de vous exposer quelles sont ses idées sur l'exercice du droit au suffrage. 

  Le délai que vous m'accordez est bien court, mais ayant au sujet du vote électoral, des convictions bien nettes, ce que j'ai à vous dire peut se formuler en quelques mots.

Voter, c'est abdiquer; nommer un ou plusieurs maîtres pour une période courte ou longue, c'est renoncer à sa propre souveraineté. Qu'il devienne monarque absolu, prince constitutionnel, ou simplement mandataire muni d'une petite part de royauté, le candidat que vous portez au trône ou au fauteuil, sera votre supérieur. Vous nommez des hommes qui sont au dessus des lois puisqu'ils se chargent de les rédiger et que leur mission est de vous faire obéir.

Voter c'est être dupe; c'est croire que des hommes comme vous acquerront soudain au tintement d'une sonnette la vertu de tout savoir et de tout comprendre. Vos mandataires ayant légiféré sur toutes choses, des allumettes aux vaisseaux de guerre, de l'échenillage des arbres, à l'extermination des peuplades rouges ou noires, il vous semble que leur intelligence grandisse en raison même de l'immensité de la tâche. L'histoire vous enseigne que le contraire a lieu. Le pouvoir a toujours affolé, le parlotage a toujours abêti. Dans les assemblées souveraines la médiocrité prévaut fatalement.

Voter, c'est évoquer la trahison. Sans doute les votants croient à l'honnêteté de ceux auxquels ils accordent leurs suffrages - et peut-être ont-ils raison le premier jour quand les candidats sont encore dans la ferveur du premier amour. Mais chaque jour a son lendemain. Dès que le milieu change, l'homme change avec lui. Aujourd'hui, le candidat s'incline devant vous, et peut-être trop bas; demain il se redressera et peut-être trop haut. Il mendiait les votes, il vous donnera des ordres. L'ouvrier, devenu contremaître, peut-il rester ce qu'il était avant d'avoir obtenu la faveur du patron ? Le fougueux démocrate n'apprend-il pas à courber l'échine quand le banquier daigne l'inviter à son bureau, quand les valets des rois lui font l'honneur de l'entretenir dans les antichambres? L'atmosphère de ces corps législatifs est malsaine à respirer, vous envoyez vos mandataires dans un milieu de corruption; ne vous étonnez pas s'ils ont été corrompus.

N'abdiquez donc pas, ne remettez pas vos destinées à des hommes forcément incapables et à des traîtres futurs. Ne votez pas ! Au lieu de confier vos intérêts à d'autres, défendez-les vous-mêmes; au lieu de prendre des avocats pour proposer un mode d'action futur, agissez ! Les occasions ne manquent pas aux hommes de bon vouloir. Rejeter sur les autres la responsabilité de sa conduite, c'est manquer de vaillance."

 

Ah, il ne faisait pas dans la dentelle le géographe de Sainte Foy la Grande !

Merci à JPM pour ce texte.

 

Correspondance : aristogenes@aliceadsl.fr

 

Repost 0
Dominikos
14 février 2011 1 14 /02 /février /2011 09:01

                  On pédale.

 

Fou qui pédale

  Le citoyen lambda dans notre démocratie ne serait-il pas devenu une sorte de cycliste forcené ?

Je m'explique, il s'agit d'une métaphore, d'autant plus pertinente

- 1: Qu'elle est de moi.

- 2: Que métaphora ( metajora ) signifie "transport", et que le vélo est moyen de transport !

Oui, je sais ça démarre très fort, mais prenez ma roue et accrochez-vous.

En fait, on nous fait croire que dans ce merveilleux système politique qu'on appelle démocratie ( mot venant du grec ... sauf que le sens de "démos" en grec ancien n'a rien à voir avec le sens actuel en français du mot "peuple" , mais on en a déjà parlé ici... ) les citoyens font vivre la démocratie par leur participation active à la vie politique ( pédalez ! pédalez ! sinon vous allez tomber ! )  qui se traduit essentiellement par la participation aux élections. Ainsi ils  assurent la pérennité du système, qui sauvegarde leur liberté.

Magnifique !

Sauf que quand on observe ...Descente

Explication: Imaginons un système démocratique dans lequel le peuple bien mal inspiré, ou victime d'une propagande bien faite, ou peu instruit en matière politique, ou légèrement abruti par ... bla bla bla... voterait pour des représentants qui ne tiendraient pas leurs promesses, qui profiteraient du  pouvoir qui leur a été confié par les citoyens pour s'attribuer de nombreux avantages, ( financiers, voyages, logements, cigares,...enfin je dis n'importe quoi, j'imagine, ce n'est qu'une hypothèse ) ce peuple aurait effectivement la liberté de s'exprimer, d'écrire, de penser, mais cette liberté serait rendue inopérante face à la puissance de propagande des catégories sociales ( par exemple les plus riches ) au pouvoir. C'est ainsi que la démocratie donnerait naissance en réalité à une ploutocratie,( = pouvoir des riches, système de gouvernement dans lequel l'argent constitue la base principale du pouvoir )  qui en plus pourrait justifier son existence par la volonté du peuple !

Génial non ?

Bien sûr vous allez encore me dire que mon pessimisme chronique m'entraîne toujours vers des scénarios catastrophe. Je sais bien que mon hypothèse a bien peu de chance de se réaliser,...mais sait-on jamais ?

Alors en conclusion, si cela se réalisait on pourrait dire que  le peuple croit qu'il fait avancer et vivre la démocratie parce qu'il pédale ( qu'il vote ) , alors qu'il ne s'aperçoit pas qu'ils est en descente et que le système avance tout seul, malgré lui !

Ce bon Jean-Jacques Rousseau dans "Du contrat social" publié en 1762 écrivait au chapitre XV du livre III:

"Le peuple anglais pense être libre, il se trompe fort; il ne l'est que durant l'élection des membres du parlement: sitôt qu'ils sont élus, il est esclave, il n'est rien. Dans les courts moments de sa liberté, l'usage qu'il en fait mérite bien qu'il la perde." (1)

...et un peu plus loin...

"[...] je dis seulement les raisons pourquoi les peuples modernes qui se croient libres ont des représentants, et pourquoi les peuples anciens n'en avaient pas. Quoi qu'il en soit à l'instant qu'un peuple se donne des représentants, il n'est plus libre, il n'est plus."

Si Jean-Pierre Méric, historien et romancier ( "La rumeur de l'océan" " Des chemins dans les vignes" Editions Sud-Ouest collection "Terres d'histoires" ) avait écrit cet article il n'aurait pas manqué de citer Elisée Reclus qui est encore plus radical ( anarchiste ? ) dans sa pensée que Rousseau, mais restons en là et que tous les dieux de l'Olympe nous protègent de faire en France un si mauvais usage de la démocratie !

Si les hommes ( et femmes ) politiques employaient  autant d'énergie à essayer de résoudre les problèmes des citoyens   qu'à se faire élire, notre société présenterait sans doute moins d'inégalités, connaîtrait moins de misère, moins d'injustice ...etc ...

Riz et démocratie

 

Cette réflexion de politique fiction m'a été évidement inspirée par les évènements récents de Tunisie et d'Egypte qui ont suscité chez nous, sympathie et admiration pour ces peuples arabes qui avaient réussi ( semble-t-il ) à se libérer des dictatures qui les gouvernaient depuis si longtemps.

Alors attendons de voir la suite.

DV 18

 Mais il n'y a pas que dans le peuple que l'espoir renaît.

DV 17

 

Tiens, juste avant de vous quitter, une dernière petite info.  Savez vous, ce qu'en "français moderne" on appelle "COMIC STRIP" ?

C'est une petite histoire en bande dessinée de trois ou quatre cases, comme la plupart des histoires d'Aristogènes.

Comic strip

 

Vous voyez, heureusement que j'avais emporté mon carnet de croquis en week-end !

 

(1) Vous connaissez le seul mot de la langue française qui rime avec "perde" ?

 

Correspondance: aristogenes@aliceadsl.fr

Repost 0
Dominikos
6 février 2011 7 06 /02 /février /2011 20:21

      Ils on dit "dégage !"

 

On a beau être un dictateur on a sa fierté. Alors comment partir en douce ? Voilà une question qu'il doit se poser Hosni, d'autant que ses amis Américains le poussent un peu vers la sortie.

Mais il a eu une idée :

 

Moubarak

 

Enfin, tout ça ne reste qu'une supposition car il n'est pas encore parti. Pourtant d'après nos informations le peuple reste confiant.

 

Egypte manif 1

 

Egypte manif 2

 

Bon, d'accord, admettons qu'il parte. Et après ? Les grandes questions seront-elles règlées ?

- Les inégalités sociales.

- L'instauration d'un régime démocratique ou islamiste ?

- Le coût de la vie.

- La situation des femmes.

- La santé des momies du musée du Caire.

- ...Et la question des relations avec Israël !

Et ça c'en est une question, non seulement pour les Palestiniens  les Israëliens et les Egyptiens, mais pour tout l'équilibre du Moyen-Orient et peut être même du monde !

Je ne voudrais pas être pessimiste mais ...

 

Egypte 5

 Alors je pense que pour ces peuples si religieux qui vivent sur la terre qui a vu naître le monothéisme, la seule solution au problème ne peut venir ... que du Ciel !

  Egypte 4

 

Correspondance: aristogenes@aliceadsl.fr

Repost 0
Dominikos
3 février 2011 4 03 /02 /février /2011 10:27

                                    En urgence

 

C'est vrai que ce dessin a été fait dans l'urgence, car quand l'idée m'en est venue ce matin je me suis étonné que personne ( à ma connaissance ) n'y ait pensé avant moi !

 

3 février 2011: Le Président Afghan Hamid Karzai téléphone à son homologue Égyptien Hosni Moubarak.

Pire Hamid

 

Bon, excusez-moi mais ça m'a fait sourire...

Et puis c'est mon blog non ?

 

Correspondance: aristogenes@aliceadsl.fr

Repost 0
Dominikos
29 janvier 2011 6 29 /01 /janvier /2011 17:05

              Retrouver les fondamentaux

 

Comme on dit dans le milieu du rugby, quand ça déconne dans l'équipe, inutile de chercher trop loin d'où vient le problème, il faut souvent simplement "retourner aux fondamentaux"

Dans les derniers articles nous nous sommes attachés à décrire l'actualité et les petites affaires personnelles, mais pour garder la haute valeur culturelle, morale, et pourquoi pas spirituelle  de ce blog il nous faut revenir aux fondamentaux c'est à dire à la philosophie.

  Alors attention, si vous lisez la suite, vous risquez de vous faire fumer les neurones !

 

Questionnons d'abord cette partie de la métaphysique (= ce qui se trouve après la physique, c'est à dire au delà de la nature, fusikh, désignant la nature ) qui étudie l'être en tant qu'être, c'est à dire l'ontologie.

 

Etre , devenir

 

Etre étant Et la morale ? De nos jours ça fait ringard de parler de morale. Pourtant la morale est une des préoccupations fondamentales de la philosophie. Vous vous rendez compte que depuis environ 3000 ans on fait plein de progrès dans les techniques, on a inventé le fer à cheval, la pince à cornichons, l'ordinateur, ...mais en morale on a inventé quoi ?

Et puis s'il n'y avait pas la morale, vous imaginez ce que serait la vie politique dans une démocratie ? 

Oui ?  Ah bon . Bien et mal

  Au Ve siècle AV J.C. Hérodote invente l'histoire. Jusque là quand les hommes évoquaient le passé ils se racontaient "des histoires" c'est à dire des fables ou des mythes. Et puis Hérodote se met à faire des "enquêtes".

 Histoire

 

Et la logique ? C'est pas du pipeau ça la logique ! Merci aux penseurs d'Ionie du VIe siècle Av J.C. Thalès, Anaximandre, Héraclite ... d'avoir introduit la raison ( le logos ) comme outil de compréhension du monde. Sans la logique nous raisonnerions comme des tambours crevés et nous accepterions n'importe quelle idée démagogique pourvu qu'elle soit affirmée avec force comme par exemple "Travailler plus pour gagner plus". Imaginez un peu la démocratie sans la logique. On serait capables de voter pour n'importe quel beau parleur et de lui confier le pouvoir !

Euh...Bon passons à la BD

Logique

Je pourrais aborder encore les questions de  "la vérité" , "le droit",  "la conscience",  "la liberté" , "le travail", "la connaissance", "l'art" , "le langage", "l'idée de dieu"... mais je risque de recevoir encore une avalanche de protestations de lecteurs qui ont attrapé à cause de moi des ampoules aux méninges. Alors ... Silence A bientôt

 

Correspondance:   aristogenes@aliceadsl.fr

 

Petit supplément strictement réservé à un public averti.

 

Etant 1a 

Etant 2

 

Repost 0
Dominikos
25 janvier 2011 2 25 /01 /janvier /2011 17:25

...non, hommage unanime !

 

 

C'est vrai que dans la morosité ambiante de ces temps de crise on a souvent ( j'ai souvent ? ) tendance à douter de l'humanité, de son avenir, et même des promesses politiques ! C'est vous dire ! D'ici à douter des dieux il n'y a pas loin !!!

Et puis il suffit d'une seule journée, comme ce jour froid de janvier où à l'initiative de ses proches, nous sommes conviés à fêter l' anniversaire de "Pépé Schultz". Un grand moment d'émotion, d'amitié retrouvée, de convivialité, de liberté , égalité , fraternité ... ( je veux dire les vraies valeurs, pas celles qui servent d'alibi à une République qui semble bien peu égalitaire et fraternelle ).

Alors merci à ceux qui ont organisé cette fête et surtout merci au "Pelut" pour avoir été ce qu'il a été et ce qu'il est encore pour nous tous.

  

 Escoutats lou Pelut...

Lou qu'apperats « saouburt »...  

 

 ( = Ecoutez le poilu, celui que vous appelez "sauveur" ) Sauveur est peut-êre excessif ?  Qui sait ?  

Tiré d'un poème de l'Abbé Bergey de Saint Emilion.

m 127

Retrouver à cette occasion les vieux potes, quel bonheur !

Oui, je sais, "retrouver les vieux potes" c'est un plaisir nostalgique de "vieux cons" !!!

Et alors ?

Jeunes vieux cons

Bon,  on a pris quelques rides, le poil a blanchi ou s'est fait plus rare, question course à pied on est un peu moins performants, mais ça pourrait être pire , non ?

Si j'osais je dirais qu'on a pris de la bouteille !

Schueller 22-01-2011 16-32-09

 

 

 Anonymes

Et puis Coco, cette idée de fonder un club dont le logo est un point d'interrogation ! Le seul club sportif socratique.  Car comme disait Socrate:

 "La seule chose que je sais, c'est que je ne sais rien".

 

Je me mets à rêver: le point d'interrogation comme emblème religieux !  Plus d'étoile de David, de croix ou de croissant, mais simplement un point d'interrogation, symbole du doute et par voie de conséquence, de la tolérance !

 

Putain Coco t'es génial ! Dans quelques siècles grâce à toi la connerie aura été définitivement éradiquée de la terre, et les peuples enfin unis et fraternels se recueilleront devant le point d'interrogation ! Tu seras devenu une sorte de Messie, et nous, qui aurons diffusé tes valeurs à travers le monde, nous serons sans nul doute honorés comme tes envoyés ( en grec on dit apostoloV = qui a donné "apôtre" en français ).

 

Et puis même si tout cela n'est qu'utopie, si tu ne restes pas dans l'Histoire, au moins tu resteras dans le coeur et dans l' histoire de tous ceux qui t'on approché et ce n'est déjà pas si mal, non ?

  Pépé Scultz

 

Euh, juste un petit bémol à mettre avant de clôturer cet article. Hier matin je fais un petit footing solitaire ...

 

Pépé Schultz 

Correspondance: aristogenes@aliceadsl.fr

Repost 0
Dominikos

Articles Récents

Liens