Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

7 janvier 2009 3 07 /01 /janvier /2009 19:00

      Le mythe de l'éternel retour



En 2009 vous allez voir, ça va changer !
Qu'est-ce qui va changer ?
Mais tout ! La crise mondiale va avoir l'effet d'un électrochoc sur l'humanité et ses dirigeants, et le monde va glisser lentement sur les chemins de la sagesse qui vont nous mener enfin au paradis sur terre.
D'ailleurs le brave peuple ne s'y est pas trompé lui qui a fêté au champagne des Champs Elysée à Los Angeles, De Sydney à Montréal, de Pékin à Gaza, ... ( non, pas à Gaza, mais c'est une exception), de Pékin à Rio, l'arrivée de la nouvelle année.  

           2009 sera l'année de la sagesse.

Fini le capitalisme sauvage qui ruine les travailleurs et les petits épargnants.
Fini tous les fanatismes religieux ou autres, et place aux Lumières de la Raison.
Fini les blagues stupides sur les dirigeants du monde, pour essayer de cacher notre incapacité à pouvoir faire de vraies propositions politiques, économiques ou sociales.
Fini ....

                     ...ou pas ?

Car enfin, comment se fait-il que chaque année le monde entier ( ou presque ) fête le passage à la nouvelle année en se réjouissant de voir se terminer une année de merde et de voir naître une nouvelle année qui enfin apportera à tous prospérité, joie, bonheur et volupté ?

En réalité la réponse est plus subtile que celle du cochon d'Aristogènes.

Il semble bien que l'homme qui vit sa vie dans le temps réel, ou temps historique, qui est linéaire, c'est à dire que l'on ne peut le parcourir que dans un sens, sans revenir sur le passé, ait tendance à se réfugier à certains moments de son existence dans un temps religieux ou un temps mythique qui lui, est circulaire et qui se renouvelle sans cesse. 
 
Mais là je vous renvoie au livre de Mircéa Eliade: "Le mythe de l'éternel retour" .
Voici un extrait d'un commentaire de cet ouvrage.

"Au sujet du passage du temps, on peut voir que le moment le plus significatif de l'année est certainement la célébration du Nouvel An.
En tant que période de transition, le passage au Nouvel An reprend un modèle cosmogonique, celui du passage du Chaos au Cosmos : la Création. Tout ce qui a eu lieu avant cette nouvelle Création est détruit (p.ex. les péchés sont annulés grâce à l'expulsion d'un bouc émissaire). Mircéa Eliade nous donne l'exemple de l'akitû (Nouvel An babylonien) lors duquel le Chaos était symboliquement recréé afin d'être mieux aboli par la répétition de la Création. Cette reconstitution permet à l'homme de participer activement à la cosmogonie puisque, comme lors des autres rites archétypaux, il quitte le temps profane et est transporté jusqu'aux temps de la Création."

En quelque sorte, en célébrant le rite du passage à la nouvelle année nous participons symboliquement à une nouvelle création du monde. Le passé est effacé, tout reprend à zéro, tous les espoirs nous sont permis, et nous nous souhaitons plein de bonnes choses sauf aux gens que nous n'aimons pas à qui nous souhaitons d'avoir le cul qui pèle et de ne pas pouvoir se gratter !

Bon, alors nous ne sommes donc pas sortis de la pensée archaïque et religieuse de nos lointains ancêtres préhistoriques ?
( Juste après la période Bonobo - voir article précédent -)
Ben, il faut croire que non. Il y a bien quelques individus dont la raison en acier inoxydable ne laisse pas de prise aux manifestations rituelles archaïques, ( à ce qu'ils en pensent eux mêmes ) ...mais ils sont rares.
Remarquez que la religion si souvent critiquée, elle a aussi ses bons côtés. Comme le faisait remarquer un philosophe néo platonicien du IIIème siècle ( je crois que c'était Porphyre de Tyr mais vous pouvez vérifier si ça vous intéresse ) la religion c'est la philosophie mise au niveau du grand public.  Moi, je vous traduit l'idée comme ça de mémoire.

En clair:
La philosophie c'est pour les gens intelligents et cultivés comme vous et moi.

La religion c'est pour les autres beaucoup plus cons que nous, qui ne peuvent pas comprendre les subtilités de la pensée philosophique et qui sont, il faut bien le dire, la grande majorité de la population.
C'est pour ça que toutes les sociétés ont eu des religions !

Ah! Là je vois que vous suivez bien la pensée de Porphyre !

Alors les religions elles racontent avec de jolies histoires d'où on vient et où on va donc elles donnent du sens à l'existence humaine, et c'est quand même chouette de se dire quand on a un boulot chiant, un petit chef pervers, des gosses trop gâtés qui ne foutent rien à l'école, une femme ( ou un mari c'est selon...) qui ne s'intéresse qu'à "Desperate housewives" ( ou au foot c'est selon aussi... ), un chat qui perd ses poils, des voisins à qui tout réussit et qui viennent encore de changer de voiture ( les cons ! ) ( mais leurs fils aîné serait pédé que ça m'étonnerait pas ! ), le percepteur qui vient de vous envoyer un redressement fiscal complètement imaginaire, votre grande fille qui est tombée amoureuse d'un arabe, juif, goy, noir, blanc, ( au choix ) , bref heureusement que votre religion vous dit que Dieu vous aime et que dans l'au delà il vous accueillera auprès de lui, sinon il faut avoir la sagesse et le stoïcisme de Marc Aurèle pour tenir le coup sans tomber dans la dépression.

Et puis les religions ça donne le sens du sacré.


Le sacré, c'est ce qu'il faut absolument respecter, sinon le malheur "vous tombe dessus avec la soudaineté d'une épidémie de vérole sur le bas clergé espagnol" comme disait ma grand mère qui était philosophe ( et qui connaissait bien le bas clergé espagnol )  


Donc on peut sans doute dire que sans les religions qui ont donné aux peuples  les règles de bases qui ont permis aux sociétés de se structurer, aucune société, donc aucune civilisation n'aurait pu se développer sur la terre. Ensuite une religion, c'est comme un outil, c'est comme l'histoire du marteau dans l'article
" Diable" du 11/02/2008. 






Le marteau, comme la religion, est un bon outil dont l'utilisation semble à priori à la portée de la grande majorité de la population.








Le problème c'est l'utilisation plus ou moins judicieuse que l'on fait de l'outil.

Et quand ça foire, ce n'est pas forcement  la faute du marteau...


...et mes amitiés aux nouveaux ampélosophistes d'Alsace et d'ailleurs...

Repost 0
Dominikos
16 décembre 2008 2 16 /12 /décembre /2008 16:10

   Le singe est-il devenu con ?

Préambule:  Dialogue relatant une rencontre entre Aristogènes et Socrate dans une rue d'Athènes ou une ruelle du village ostréicole de l'Herbe ( Lège - Cap-Ferret ), le lieu ayant en fait peu d'importance.


Socrate.
Bonjour à toi Aristogènes, ami de mes amis donc ami de moi même.

Aristogènes.
Salut à toi accoucheur des idées, obstétricien des âmes, personnification du génie humain, sage parmi les sages, et seul philosophe dont la lecture des oeuvres ne m'a pas donné de migraines.

Socrate.
A ce que l'on dit, le but de ta philosophie, l'ampélosophisme, est identique au but que je recherche moi même, à savoir la recherche et la mise à nu de la Vérité.
Quel bonheur pour moi de pouvoir échanger quelques idées avec toi.

Aristogènes.
Attention Socrate. Je dois te mettre en garde. Les ampélosophistes mentent systématiquement, et je suis ampélosophiste...

Socrate.
Très drôle ! Mais j'ai bien compris ! Si les ampélosophistes mentent systématiquement, tu viens donc de me mentir, et la vérité est par conséquent le contraire de ce que tu as dit, c'est à dire : "les ampélosophistes disent systématiquement la vérité !"

Aristogènes.
Tu as raison Socrate, comme toujours....mais si comme tu viens de le remarquer, "les ampélosophistes disent systématiquement la vérité", en te disant " les ampélosophistes mentent systématiquement" je t'ai menti ! ....ou pas ...?

Socrate.
Oh, Aristogènes tu m'embrouilles ! Entrons dans cette taverne pour nous éclaircir l'esprit autour d'une bouteille d'ouzo.


Ce petit préambule avait juste pour but d'introduire la réflexion du jour dont le titre est un hommage à Cavanna

  Le singe est-il devenu con ?

                     ou

  La véritable histoire ampélosophiste
       des origines de l'humanité



"L'homme est né libre, et partout il est dans les fers."
C'est par cette constatation que Jean-Jacques Rousseau commence son ouvrage politique "Du Contrat Social". En d'autres termes, pour Rousseau l'homme préhistorique était "un bon sauvage" qui vivait librement en harmonie avec la nature, et la civilisation l'a aliéné...borné, lié, subordonné, assujetti à la chose générale, par le développement de l'Etat, ( adaptation libre d'une pensée de Stirner) et Proudhon comme en écho, ajoute: " Le gouvernement de l'homme par l'homme c'est la servitude". " Quiconque met la main sur moi est un usurpateur et un tyran. Je le déclare mon ennemi".

Alors, l'homme était-il vraiment plus libre avant "la civilisation", le gouvernement, l'Etat ? La vision de Rousseau n'est-elle pas un peu simpliste ? Comment vivaient donc les premiers hommes ?
Les anthropologues préhistoriens répondent de manière très prudente à cette question, mais nous les ampélosophistes ne sommes pas soumis au regard inquisiteur de l'université ou de l'académie ! Nous pouvons donc donner libre cours à notre pensée.

Observons donc les Bonobos. 

      Mais pourquoi les Bonobos ?

Les Bonobos sont des singes de la famille des Hominidés et de l'ordre des primates.
98% des gènes contenus dans leurs chromosomes sont identiques à ceux de l'homme ! (Ce qui suggère un lointain ancêtre commun )
Donc même si on sait que l'homme ne descend pas du singe, mais que l'homme et le singe ont un ancêtre commun, il ne semble pas trop abusif de comparer le mode de vie des bonobos à celui des tout premiers hommes.

Observons le comportement des Bonobos.
La société des Bonobos est égalitaire et paisible, et plutôt matriarcale.
Les femmes commandent,
c'est déjà une preuve de bon sens aurait dit Aristophane ( mais pas Démocrite !!! )
D'autre part le point fondamental de leur organisation est que le comportement social des Bonobos est entièrement ordonné par la sexualité.

Les Bonobos ont, en moyenne, des contacts sexuels toutes les 90 minutes !

Ils sont les seuls animaux, à part l’homme, qui font l’amour face à face. Ils expérimentent toutes les positions possibles et imaginables, s’adonnent couramment à la masturbation, se roulent des patins invraisemblables et, bien qu’ils ne pratiquent pas l’inceste, tous les bonobos mâles et femelles s’intéressent indifféremment aux individus des deux sexes.



Les Bonobos ne sont pas homosexuels mais pansexuels.

Quand des chimpanzés se trouvent devant de la nourriture, ou devant un objet qui les attire, ils se le disputent et se battent, puis ils font la paix en se posant un baiser sur la bouche. Mais les Bonobo, eux, se disputent exceptionnellement. Lorsqu’ils sont devant de la nourriture, ils s’invitent mutuellement à une activité sexuelle puis, une fois les tensions apaisées, ils partagent la nourriture. Bref, ils préfèrent toujours l’amour à la guerre.
Ils pratiquent "le sexe convivial"
http://martinwinckler.com/article.php3?id_article=792

Alors, peut-être pas si naïf que ça Rousseau avec ses "bons sauvages" ?

Mais alors, comment  le singe est-il devenu con ?



C'est en cherchant à devenir intelligent que le singe et devenu con !
Et le responsable c'est lui, là, à gauche, le mec avec sa gueule de rocker scandinave des années 70 !

SALAUD RAHAN !

  En effet c'est au cours du paléolithique que l'homme commence à fabriquer des outils en pierre taillée, il y a environ 1,5 millions d'années. Et à partir de là ça ne s'arrête pas.
Fini les galipettes, tout le monde au boulot !
Non seulement le paléolithique voit l'invention des outils mais peu à peu des techniques de chasses collectives apparaissent. Elles nécessitent des organisations sociales plus complexes, un renforcement de la hiérarchisation dans les groupes humains. Pendant que le groupe des chasseurs se les gêle  toute la nuit dans le froid en guettant le passage des troupeaux de mammouths ( ou d'escargots, il en faut plus pour faire un casse croûte, mais c'est quand même bien moins dangereux à capturer), le chef, reste bien au chaud dans la caverne sous prétexte qu'il est le seul à savoir bien prier pour la réussite de la chasse, mais en réalité c'est pour se taper Jocelyne la femme de ce con de Jeannot, le plus acharné des chasseurs !
A mesure que la civilisation se développe, l'âge d'or s'éloigne.


... mais il ne l'a pas attrapé...

Alors de la hache en pierre taillée au couteau à huîtres en passant la pelle à tartes, la lunette astronomique, la lunette des WC, la pendule à balancier, le pendule de Foucault, le four à micro-ondes, l'ordinateur portable, ... l'homme a inventé tout un tas de trucs sensés lui simplifier la vie, et qui en réalité l'ont rendu esclave du travail. Dans les sociétés antiques ça pouvait encore aller, seule une partie de la population était esclave et donc travaillait. Mais on arrête pas le progrès, et bientôt c'est toute la population de la terre qui fut soumise au travail donc à l'esclavage. D'ailleurs en grec moderne le mot "TRAVAIL"  doulia  (doulia) vient directement du mot "ESCLAVE" douloV (doulos).

Et puis pour faire fonctionner ces sociétés de plus en plus complexes on a inventé des lois, des règlements, des codes civils, des codes de la route, des tribunaux, des systèmes politiques, des gouvernements... et des écoles pour formater les futurs adultes de ces "sociétés supérieures" où il n'est plus question de passer son enfance à s'amuser et à glander comme chez "les sauvages", et surtout l'homme a crée des religions.

Mais l'étude des religions  ça mérite bien un nouveau chapitre.


...et caché dans la mémoire collective des peuples de la terre il y a enfoui au fond de l'inconscient, le vague souvenir de l'âge d'or où nous étions tous des Bonobos.

Repost 0
Dominikos
4 décembre 2008 4 04 /12 /décembre /2008 13:58
           L'information


A l' Assemblée nationale le débat fait rage.
On s'y lance aussi ?

Chiche !




A bientôt.
Repost 0
Dominikos
3 décembre 2008 3 03 /12 /décembre /2008 20:21
     Le syndrome de Shariar

Sous prétexte d’une action pédagogique de prévention des ados contre la drogue la police envahit les classes d’un collège de province avec les chiens , terrorise les élèves, pratique des fouilles au corps…Les enfants d’abord, leurs parents ensuite s’indignent de ces pratiques policières en milieu scolaire.

Une info circule sur Internet d’abord et je la reçois.

 

Putains de flics, tous des fachos ! La France sarkosienne sombre lentement dans le fascisme et le peuple ne réagit pas !

 

Oui, je suis d’accord, … enfin à priori je me dis que je suis d’accord et que ces pratiques policières sont indignes d’un pays démocratique, du pays des Droits de l’Homme …

Et puis mon petit lutin ( vous savez celui qui campe tel un SDF au bord du canal Saint Martin, dans les circonvolutions de mon encéphale ), mon petit lutin me rappelle cette remarque de Montaigne :

 

« Ce qui fait qu’on ne doute guère des communes impressions, c’est qu’on ne les essaye jamais »  En d’autres termes, « Si nous doutons rarement de ce qui nous semble vrai à priori ( les communes impressions ) c’est que nous ne cherchons jamais à le vérifier ».

 

Je dis merci à mon lutin et je me mets à réfléchir.

 

Voyons , les flics ont eu semble-t-il un comportement indigne de fonctionnaires au service des citoyens, ça c’est clair, mais s’ils sont intervenus à l’intérieur même du collège c’est nécessairement avec l’accord ou mieux à la demande du chef d’établissement !

Je ne le sens pas bien moi ce principal !!!  Continuons la recherche.

 

Où a eu lieu l’incident ?

Au collège de Marciac dans le Gers.

Marciac ? Le patelin du fameux festival de Jazz ?

Vérification : Oui c’est bien ça.

Mais il me semblait que ce collège était très impliqué dans l’activité du festival ? Il y a même eu des reportages à la télé sur des classes de Jazz au collège si je me souviens bien.

Vérification :  Je trouve sur le site du festival :

En 1993, le collège de Marciac a ouvert un atelier d'initiation à la Musique de Jazz qui couvre le cursus complet de la 6ème à la 3ème. Expression essentielle de la musique du 20ème siècle, le jazz, est un exceptionnel instrument pédagogique et culturel.

Intervention de mon lutin :

Quelque chose me dit que tout le monde à Marciac n’est pas favorable au festival de jazz. Je soupçonne quelques personnes peu sensibles à la culture afro-américaine et à la musique syncopée de ne pas apprécier les parfums d’herbes pas toujours provençales qui se propagent autour des concerts . Ces braves gens doivent se dire que ce  festival n'est que le prétexte au rassemblement de drogués qui viennent écouter une musique de nègres en fumant du hashish et que même au collège, leurs  enfants ne sont pas à l'abri, c'est pourquoi ils sont obligés de les inscrire au collège de l’Oratoire de Sainte Marie à Auch ou au collège Saint Joseph à Lectoure où ils peuvent s'épanouir dans les parfums d’encens,  loin des miasmes pestilentiels qui envahissent les corps et les âmes dans les ruelles de leur bonne vieille bastide.

Je remercie à nouveau mon lutin pour son intervention et je lui réplique :

"Crois-tu donc que sous la pression de quelques habitants du lieu le principal du collège puisse être plus ou moins l’initiateur de cette malheureuse opération commando ? Là tu pousses le bouchon un peu loin non ?"
Continuons notre enquête. 

Alors  je trouve également sur le site du festival de Jazz :

Créé en 1978 à l’initiative d’une poignée d’amateurs, le festival, d’abord axé sur le jazz traditionnel, accueille autour de Claude Luter des formations de style Nouvelle-Orléans avant d’étendre sa durée et de diversifier sa formule sous l’impulsion d’un infatigable animateur, Jean-Louis Guilhaumon, principal du collège local et stratège avisé d’une équipe de bénévoles de plus en plus nombreuse.

Tonnerre de Zeus ! Mais si l’hypothèse du lutin est juste il ne me semble pas possible que ce soit le principal, fondateur du festival de jazz qui ait introduit la police avec ses chiens dans son  établissement ! …à moins que….

A moins que ce ne soit plus le même principal ?

Retournons à Internet.

Miracle !

Publié le 25/10/2008 11:09 | LaDepeche.fr

Marciac. Jean-Louis Guilhaumon retraité de l'enseignement

Il a créé le festival de jazz.
http://www.ladepeche.fr/article/2008/10/25/484188-Marciac-Jean-Louis-Guilhaumon-retraite-de-l-enseignement.html

Et depuis quand est il parti à la retraite le principal Guilhaumon ?
Depuis les vacances de la Toussaint il y a à peine plus d’un mois. Et que fait-il maintenant ? Oh, il doit avoir encore quelques occupations puisqu’il est maire de Marciac et conseiller régional PS.

PS ???

Alors on lui  a nommé  un successeur. On, c’est le ministère de l’Education Nationale. De là à dire qu’on a choisi quelqu’un d’un peu moins PS et d’un peu plus « darcosien » pour remettre un peu d’ordre au pays des mousquetaires il y a un pas que je ne saurais franchir ! Mais quand même…à un moment où le gouvernement essaye de faire voter une loi permettant de fixer la responsabilité pénale et l’incarcération des jeunes dès  12 ans, je me demande …

Retour sur Internet:

Monsieur Fréderic David, parent d’élève, à l’origine d’une manifestation d’opposition à cette intervention policière répond à un journaliste :

Etait-il ( le principal ) au courant de la teneur de l’opération des gendarmes, en amont? Je le pense. C’est lui qui a invité les gendarmes au départ après avoir demandé l'autorisation de la procureure du Gers.  ( La procureure est une faute de français mais je n’y suis pour rien c’est écrit comme ça sur Internet )

Donc  au bout d’un mois de fonction arriver à ce point à créer l’évènement dans ce petit village du Gers, là je dis  « Bravo Monsieur le nouveau principal ! Vous aussi vous avez du talent pour faire parler de vous. »  


CONCLUSION

1 – Quand j’ai reçu le message m’informant de l’intervention policière sur le ton  « t’as vu ces putains de flics , tous des fachos »  (enfin c’est comme ça que je l’ai ressenti), j’ai été choqué de voir que des amis puissent réagir aussi vite sans réfléchir. Je m’explique :

Que les policiers ( ou les gendarmes peu importe ) aient eu un comportement condamnable, cela semble évident, mais si ils ont eu la possibilité d’avoir ce comportement à l’intérieur d’un établissement scolaire montre qu’ils ont eu l’accord du chef d’établissement même s’il n’avait pas prévu les débordements des « forces de l’ordre ».

Donc le message qui n’exposait que la responsabilité de la police et pas celle du principal était partiel et donc partial.

 Je ne peux pas ne pas penser qu'il y avait là dessous une volonté politique de "reprise en mains"  du collège. Mais je peux me tromper .

2 – Mais ce qui me semble le plus grave est ce côté « Flics, tous des salauds ! ». Oui, je sais ça fait partie du folklore. Mais quand même. Quand on défend l’humanisme, les droits de l’Homme, le démocratie, quand on se présente comme un opposant au fascisme rampant, peut-on utiliser les mêmes armes, le même type d’argument  que les adversaires ?

-  les gitans sont des voleurs

-  les musulmans sont des terroristes.

-  les juifs sont des usuriers.

-  les femmes sont infidèles…. Tiens celui là ça me rappelle un certain sultan Shariar qui avait été trompé par sa femme et qui avait donc décidé d’épouser une jeune fille chaque soir et de la faire mettre à mort le lendemain matin… jusqu’à ce qu’il épouse Shéhérazade

 

Il y a sans doute des cons et des salauds chez les flics, mais aussi chez les enseignants, chez les magistrats, chez les plombiers, chez les juifs, chez les gitans, chez les agriculteurs, chez les banquiers, …et peut-être même chez les ostréiculteurs ?

Y en a-t-il en plus grande proportion dans un groupe plutôt qu’un autre ?

Cela reste à démontrer.  

Alors voilà, moi, je pense qu’il ne faut pas utiliser les mêmes armes que les adversaires sinon on devient comme eux. C’est une idée qui m’est chère et que j’ai essayé ( en vain  ) d’expliquer longuement à un vieil ami il y a quelques mois. Et puis j’ai renoncé. Je dis que les gens qui utilisent l’argument «  tous des …. »,  souffrent du  
« syndrome de Shariar »

 

                      C’est joli non ?

 

 

 

Repost 0
Dominikos
27 novembre 2008 4 27 /11 /novembre /2008 09:00

  La puissance du rire

Petit rappel de l'article du 2/10/2008
Le mot "gélocratie"( ou "yélocratie" avec la prononciation grecque actuelle - gelokratia) veut dire "la puissance, la force, le pouvoir du rire".
Bien entendu, même si ce mot n'a pas été utilisé à ma connaissance avant Aristogènes, ce n'est pas l'ampélosophiste qui en a inventé le concept !
C'est pourquoi je voulais vous dire quelques mots sur Démocrite qui selon ses biographes "riait de tout".



















        

    Démocrite d'Abdère                                               

( Là il n'a pas l'air très marrant )
                                          

Si Démocrite revenait de nos jours il serait sans doute plié en quatre en apprenant qu'il est classé par la philosophie académique parmi les "philosophes pré socratiques" alors qu'il est né vers 460 av.J.C. ( Il avait donc environ 10 ans de moins que Socrate  né en 470, et qu'il est mort entre 366 et 356, donc une bonne trentaine d'années après Socrate, condamné à mort par les démocrates Athéniens en 399 ! )

On lui accorde donc généralement une vie très longue ( 104 à 109 ans ! )

Il aurait "fait ses études" ( façon de parler ) auprès des "gymnosophiste" ( littéralement  "sages nus") de l'Inde, ( je vous rappelle que le "gymnase" est l'endroit où on est à poil - gymnos - gumnoV - veut dire: nu), des prêtres égyptiens et même des astrologues babyloniens et tout ça sans les bourses "Erasmus" qui font tant aujourd'hui pour les étudiants européens.

 

On attribue à Démocrite la "théorie atomiste" ( mais il s'est sans doute inspiré de penseurs plus anciens ( Leucippe par exemple mais on ne va pas se lancer dans une histoire de sa pensée vous seriez bien capables de zapper de mon blog sur France Culture ! ) Bref, pour Démocrite, la matière est formée de ce qu'il appelle les atomes ( l'être ) et du vide. Et comme les atomes sont d'après lui en mouvement , ils ont besoin pour se mouvoir d'un espace vide. Alors si l'être (atome)  existe, le non être ( vide ) existe aussi !

Putain mais c'est génial non ? Quelle intuition divine !

Divine ?

Non car Démocrite ne voit pas la nécessité de faire intervenir les dieux dans sa conception du monde. C'est un philosophe matérialiste.

 

 De plus Démocrite est un hédoniste, du grec hdonh = plaisir ( hédonê ou idoni  selon la pronociation que vous adoptez, érasmienne ou actuelle ) c'est à dire quelqu'un qui développe une philosophie qui fait du plaisir la fin de toute existence, le souverain bien. Michel Onfray nous dit que "s'il existe une éthique hédoniste chez Démocrite, elle réside dans cette désignation de la joie comme finalité de la morale..." [ Les sagesses antiques - Grasset - 2006].

Donc voila rapidement présenté le père spirituel de la gélocratie.  On dit que Platon, qui fut son contemporain ( - 427 ; - 348 ) le détestait au point de vouloir brûler tous ses écrits ! Il faut rappeler que Platon était un spiritualiste ( philosophe qui proclame la supériorité de l'esprit sur la matière), et non un matérialiste.

 

Quelques citations de Démocrite soumises à votre réflexion:

 

"La parole est l'ombre de l'action". Ami François Hollande, tu aurais pu la méditer. Martine, je ne t'en parle même pas. Mais c'est vrai que dans le monde politique en général, on n'a pas l'air de connaître Démocrite.

 

"L'amitié d'un seul homme raisonnable, vaut mieux que celle de tous les gens déraisonnables ensemble".

 

"Une vie sans fêtes est une longue route sans hôtellerie".

 

De plus, Démocrite est bien un Grec de son temps quand il dit : " Être commandé par une femme serait pour un homme la pire des offenses". Celle là je vais l'envoyer au PS. Bon, je sais que je viens là de perdre toutes mes lectrices !!! Tant pis, il faut savoir faire des sacrifices sur l'autel de la philosophie !!!

 

Et pour finir trois citations sur la raison.

 

" C'est perdre son temps que de vouloir amener à la raison quiconque s'imagine seulement être doué de raison".

 

"Beaucoup de gens sans avoir appris ce qui est raisonnable, vivent néanmoins selon la raison"

 

Beaucoup de gens tout en agissant très honteusement, parlent très raisonnablement".

 

Alors, j'espère que cette lecture va vous inciter  à connaître un peu plus un des maîtres d'Aristogènes. Et puis faire la connaissance des anciens penseurs nous permet aussi de nous confronter un peu avec nous mêmes, car comme l'a si bien écrit un autre philosophe contemporain:

 

"Le dur c'est de faire avec soi même, les autres on s'en arrange toujours vu qu'on s'en cogne l'os à moelle."   (1)

 

 

 

 

 

 

(1) Frédéric Dard dans un magnifique ouvrage du "Commissaire San -Antonio"  intitulé : "Les eunuques ne sont jamais chauves"

 

Tant que nous sommes avec Frédéric Dard je dois avouer que je lui dois aussi l'histoire précédente en BD: "La bonne fée".  La chute " Être con ça doit être reposant",  est tirée du même ouvrage, dont la lecture me semble aussi indispensable aux gens cultivés que les citations de Démocrite.

 

 

Repost 0
Dominikos
24 novembre 2008 1 24 /11 /novembre /2008 20:34

      La bonne fée

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Dominikos
20 novembre 2008 4 20 /11 /novembre /2008 15:00

           Philippos

 

 

 Il y a quelques jours, alors que  mon inspiration était à marée basse, je reçois  le message suivant.

 

"L'indemnité est ce qui est accordé au nom d'un dommage subi. Je ne vais pas mettre en cause le rôle de l'argent dans notre bonne vieille société, rassures-toi !
    Je relève seulement une information que je souhaite te répercuter. Le génial Bernard Tapie vient de percevoir 46 millions d'euros d'indemnités pour préjudice moral. Je comprends fort bien que la bonne image laborieusement acquise et si injustement écornée suite à ses petits soucis justifie une telle réparation.
         Mais, au cas où tu l'aurais oublié, je tiens à préciser que l'indemnité perçue par les victimes de l'amiante s'élève , elle, à 30 mille euros.
    Inutile de chercher l'erreur, il n'y en a pas.
         Ou plutôt, si. Il faudrait peut-être corriger les manuels scolaires qui annoncent à propos de la Révolution française, la fin des privilèges. Il faudrait peut-être penser à gommer Fraternité et Egalité de la devise bien connue."

Ce message émanait de Philippos.

Vous connaissez tous Philippos, le vieux complice avec qui des années durant nous avons refait le monde au cours de discussions dominicales et péripatéticiennes ( au sens d'Aristote bien sûr, puisque nous philosophions en faisant notre jogging hebdomadaire ). Philippos c'est un humaniste hédoniste, un rien idéaliste, très philogyne ( le contraire de misogyne, le mot n'est pas de moi, il existe, vérifiez sur Internet si vous avez des doutes) et bien entendu ampélosophiste. Et c'est par dessus tout un formidable coureur de fond. Il a même en commun avec l'Himantolophus groenlandicus ou "poisson lanterne" d'être un adepte des "grands fonds" ayant participé à de nombreuses courses de 100 km !

Philippos apparaît même dans certaines BD aux côtés d'Aristogènes.


J'ai donc décidé pour répondre au message de mon ami, de rédiger un petit dialogue entre Aristogènes et Philippos que je vous livre immédiatement.

 

Aristogènes
- Philippos,  malheureux, il ne faut surtout pas gommer "Fraternité" ni "Égalité" de la devise de la République française.
Voyons, réfléchis un peu.
- D'où proviennent les idées de la Révolution française ?
Philippos
- Essentiellement des idées des philosophes des Lumières qui sont des admirateurs de la monarchie parlementaire anglaise.
Aristogènes
- Bien. Et qui a lu les philosophes des Lumières dans les années 1780 ?
Philippos
 - La noblesse parfois ( La Fayette, Mirabeau ),  quelques ecclésiastiques comme l'archevêque de Bordeaux Champion de Cicé et la bourgeoisie.
Aristogènes
- Excellent. Mais ces personnages éclairés peuvent-ils renverser la monarchie absolue par leurs propres forces ?
Philippos
 - Sûrement pas.
Aristogènes
- Alors sur qui peuvent-il s'appuyer ? Les cosaques du Don, les tirailleurs Sénégalais, les mameluks Ottomans ?
Philippos
- Arrête de déconner, ils ne peuvent que s'appuyer sur le "peuple" ( les prolos ) français et en particulier sur le peuple des villes.
Aristogènes
- Absolument d'accord. Mais comment convaincre le peuple de soutenir ce mouvement bourgeois ?
Philippos
 - Voila une bonne question. Il ne s'agit pas d'expliquer au peuple les idées des Lumières, ça serait trop compliqué faute de moyens d'information de masse et peut-être aussi du niveau intellectuel des prolos de l'époque.  De plus s'il parvenait à comprendre, le peuple verrait bien que ce mouvement a pour but de transférer une partie du pouvoir politique aux catégories aisées ( on ne parle  pas encore de "classes sociales" ) et donc se dirait qu'il va l'avoir dans le cul !
Aristogènes
- Bravo Phillipos ! Tu viens de toucher ( si j'ose dire  ) le point sensible et crucial ! Le peuple risque de sentir qu'il l'a dans le cul ! Donc dans ce cas là, pour faire glisser et atténuer la douleur, il faut ....de la vaseline !
Et qu'est-ce qui sert de vaseline ?
Philippos
- Ca va, j'ai compris, le discours révolutionnaire bourgeois va se développer sur un fond de décor "populaire" pour ne pas dire populiste. On va leur coller des Liberté, Egalité, Fraternité, Démocratie ( en assimilant le "démos" des anciens athéniens au "peuple" ) ...etc... Ce fond de scène populaire est la condition "sine qua non " de la réussite de la mise en oeuvre des idées nouvelles qui affirmeront le triomphe de la bourgeoisie. Et en fait plus de deux siècles après la Révolution, nous fonctionnons toujours sur les mêmes symboles.
Aristogènes
- Philippos, mon ami, quel talent, quel sens aigu de la déduction ! Non seulement tu es un homme de persévérance qui réussit à faire un marathon en moins de six heures, mais la finesse de ton esprit est plus élégante que le vol de la libellule un soir d'été, sur le miroir immobile formé par la surface d'un étang Solognot.


 

Franchement les amis, vous ne trouvez pas que c'est aussi beau et puissant qu'un dialogue de Platon?

Non ?

Ah bon.

Repost 0
Dominikos
5 novembre 2008 3 05 /11 /novembre /2008 08:00

   UNE VICTOIRE CONTRE
         LE RACISME

Ce matin nous n'entendons que ça:

"Obama le premier noir élu Président des États-Unis.
Une victoire contre le racisme !
"

Oui, c'est sans doute vrai.
Enfin, ce qui est vrai , c'est qu'Obama soit élu Président des États-Unis.
Qu'il soit noir c'est un peu vrai aussi puisque son père était noir ...et sa mère blanche.
S'il avait été élu Président du Kenya, pays d'origine de son père, est-ce que la presse aurait titré:
Obama, le premier président blanc du Kenya.
Peut-être ?

Si le nouveau Président avait été de père Norvégien et de mère américaine d'origine Irlandaise, nous aurait-on rebattu les oreilles* avec la remarque :

"Le premier Président blanc d'origine norvégienne". ???

Rien n'est moins sûr.
On aurait sûrement insisté sur son parcours universaitaire, sur ses capacités intellectuelles, sa carrière politique.

Alors que là, ce qui intéresse fondamentalement les journalistes "qui ne sont pas racistes", c'est qu 'Obama est noir.

Au début de son livre paru en 1906, "Folkways" ( "Coutumes populaires" ) le sociologue américain William Graham Summer introduit et définit ainsi le concept d'ethnocentrisme:
" Le point de vue suivant lequel le groupe auquel on appartient est le centre du monde et l'étalon auquel on se réfère pour juger tous les autres, mérite en langage technique, le nom d'ethnocentrisme." (  Pierre-André Targuieff: "Le racisme" - Dominos - Flammarion - 1997 )

Moi, je ne peux pas m'empêcher de penser que cette élection d'Obama est peut-être une victoire contre le racisme mais pas contre l'ethnocentrisme !
Et du racisme à l'ethnocentrisme ...


*On ne dit pas "rabattre les oreilles" comme on l'entend très souvent, mais "rebattre les oreilles".

Repost 0
Dominikos
29 octobre 2008 3 29 /10 /octobre /2008 23:01
             MARCELLINE

Je viens de lire un article sur la revue en ligne "remue.net" et ça m'inspire les lignes suivantes

Tricot
Tricoter
Tricoteuse.
Tiens, "les tricoteuses" étaient les femmes qui suivaient les séances de la Convention. Drôle de convention entre elles et les conventionnels qui leur avaient attribué une prime de 50 sols par jour pour assister aux réunions.
Ben, quoi, les réunions devaient être publiques. On était en Ré-publique oui ou non ? Oui puisque la Convention était la première République française.
Alors une Ré-publique ( Res publica ) c'est la chose de tous. Et tous, c'est le peuple. Le peuple, enfin, pas le "démos"de ces putains d'athéniens qui ne considéraient comme faisant partie du démos que les:
- Hommes
- Libres
- De père et de mère athéniens.
- Majeur ( plus de 20 ans )
Mais la Révolution avait enfin créé une véritable "démocratie". Et comme le peuple, je veux dire les hommes, les prolétaires comme on appellera un peu plus tard les "sans culottes",soit n'avait pas le temps de suivre les débats, soit s'en tapaient le coquillard avec une patte d'anguille, on envoyait le sous prolétariat c'est à dire: les femmes. Je dis "véritable démocratie"car les livres scolaires qui présentent la démocratie athénienne ( quand ils ne parlent pas de "démocratie grecque" - ils n'en sont pas à une approximation près - ) expliquent très sérieusement que "la démocratie athénienne n'était pas une vraie démocratie". Non seulement ces vieux athéniens étaient tous pédés mais en plus ils étaient tellement cons qu'ils n'étaient même pas foutus de trouver le mot juste pour définir leur type de gouvernement.
Non, ne rigolez pas, c'est ce que l'on enseigne à vos enfants.
Vous ne me croyez pas ?
Alors vérifiez et on en reparlera.
Mais comment en suis-je  arrivé à vous parler de la démocratie ?
Ah, oui, les tricoteuses ! Anne-Marie Durou.

http://remue.net/spip.php?article2890

Bon, vous ne connaissez pas Anne-Marie Durou. Alors comment vous dire. Moi je ne sais pas bien parler des artistes plasticiennes tricoteuses.
Non, ce que je voulais dire au départ, avant de m'engager sur le chemin tortueux des tricoteuses de la Convention, c'est que le mot "tricoteuse" me ramène aussi à Marcelline.
Quoi, vous ne connaissez pas non plus Marcelline ?
Bon, alors comment voulez-vous que je m'en sorte moi avec mes histoires. Si je dois tout vous expliquer, mot à mot, on n'avance plus.
Disons que Marcelline et Anne-Marie Durou sont des passeuses, des traits d'union, des sortes de T.A.F. ( Télégraphie Avec Fil ) qui complètent avantageusement la T.S.F. ( Télégraphie Sans fil )
Et puis Marcelline et Anne-Marie Durou ont donné de la noblesse à ce terme de tricoteuse qui avait il faut bien le dire un sens franchement péjoratif quand on l'a employé pour désigner les femmes du peuples "furies de la guillotine" après la chute de Robespierre. 
En ce temps de Toussaint je pense à Marcelline et à tout ce qu'elle a tricoté.
C'est peut-être aussi un peu grâce à elle que je fais le lien entre les tricoteuses et les tricoteuses.
 
Je vois bien que vous vous en foutez de mon histoire de tricoteuses. Je sais, vous attendez des petits dessins rigolos avec si possible la bite d'Aristogènes bien en évidence.
Vous avez bien raison, car par les temps qui courent il ne faut pas rater une occasion de rigoler, et quitte à rigoler sur les sujets basiques:

Le cul:
(Tiens, ça me fait penser qu'il faut absolument que je vous fasse un petit article sur Démocrite pour compléter l'article sur la "Gélocratie" )
Les femmes:

La sexualité en général:

La philosophie:






...et en conclusion:







PS: J'ai écrit cet article essentiellement pour moi. Le prochain sera pour vous c'est promis.
Repost 0
Dominikos
21 octobre 2008 2 21 /10 /octobre /2008 19:00
      La semaine de l'écureuil

Je ne sais pas si vous avez remarqué comme moi, mais quelle semaine pour l'écureuil !
Il n'y a pas plus de 7 jours on le voyait en train de baiser:
                      La Banque Populaire.

Et puis voilà qu'on nous annonce deux jours plus tard une perte de 600 millions d'Euros suite à une opération boursière hasardeuse. Dans le coup on se dit que l'écureuil a une petite bite !

Et puis voilà que Soeur Emmanuelle est rappelée à Dieu. Mais en partant la sainte femme ayant appris les déboires de l'écureuil nous laisse un message.

Et enfin notre sauveur suprême en rajoute une dernière couche pour nous rassurer.












Tonnerre de Zeus les amis,
quelle semaine !
Repost 0
Dominikos

Articles Récents

Liens