Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

30 mars 2007 5 30 /03 /mars /2007 13:42

Au chapitre XXVII du livre I des Essais de Montaigne dont le titre est , "De l'institution des enfants", on peut lire: " On a grand tord de la peindre [ la philosophie ] inaccessible aux enfants, et d'un visage renfrogné, sourcilleux et terrible. Qui me l'a masquée de ce faux visage, pâle et hideux ? Il n'est rien plus gai, plus gaillard, plus enjoué, et à peu que je ne dise folâtre. Elle ne prêche que fête et bon temps." Et  quelques lignes plus loin, il prète au philosophe grec Héracléon le Mégarien, la phrase: "[les discours de la philosophie...]... sont accoutumés d'égayer et de réjouir ceux qui les traitent, et non les renfrogner et contrister."

L'ampélosophiste n'aurait dans ces extraits du texte de Montaigne, pas un mot à changer. Mais pour pouvoir élaborer une pensée " gaie, gaillarde, enjouée et folâtre" encore faut-il se mettre dans les conditions intellectuelles et physiques favorables.

Etudions la technique de préparation psycho-physique d'Aristogènes.

Pour certains philosophes, c'est par l'ascèse que l'on met son corps et son esprit en condition. Aristogènes, fondamentalement hédoniste, ne partage pas vraiment leur point de vue.

Bien sûr parfois le recours à certains "remontants" ou "stimulants " peut s'avérer utile. Mais chez Aristogènes, jamais d'anxiolitiques, d'antidépresseurs et autres médicaments chimiques. Que du naturel et du "Bio".

Repost 0
Dominikos - dans ampelosophisme
28 mars 2007 3 28 /03 /mars /2007 09:47

On me demande souvent si je ne connais pas un coin sympa en Grèce pour passer les vacances. Bien sûr que si ! J'en connais même beaucoup.

Mais comme vous êtes des amis, je vous informe sur un petit bijou à louer, sur la minuscule île de Télendos à quelques centaines de mètres de la côte de Kalymnos. Si vous êtes intéressés, vous avez le n° de téléphone sur la photo.

Ne me remerciez pas, c'est avec plaisir que je vous fais découvrir ce produit rare de l'immobilier locatif de ce joyau de la Mer Egée.

 

Repost 0
Dominikos - dans ampelosophisme
25 mars 2007 7 25 /03 /mars /2007 06:03

Quand Aristogènes répondit un jour à une question sur les femmes, "Les femmes,...ma Muse", son interlocuteur comprit: "Les femmes m'amusent", ce qui était bien entendu un contre sens total.

Voici deux fables qui éclairent la réponse d' Aristogènes. Elles sont pour cet esthète une source d'inspiration, génératrice d'une véritable effervescence spirituelle qui produit chez lui un émoi cataclysmique à l'origine d'un souffle poétique  peu commun  depuis Homère !

LE POULPE ET LA NYMPHE

Un poulpe fatigué après une tempête

Qui avait agité le fond de l'océan,

Cherchait un endroit calme, tranquille, reposant,

Pour faire un gros dodo, tout en faisant trempette.

 

Une nymphe était là, étendue sur la plage,

Exposant au soleil ses formes arrondies.

Le poulpe en la voyant se dit: "C'est un mirage !"

Il prend trois pas d'élan, il saute, il bondit,

Atterrit en douceur sur le cul de la belle

Dont le corps est troublé par un frémissement;

Mais elle ne bouge pas, ne dit mot ni n'appelle,

Elle émet seulement un doux gémissement.

Elle croit que c'est ma main qui soudain la caresse,

Et elle m'imagine, attendri, extasié,

Emu, le souffle court devant ses belles fesses,

Espérant ma viguer pour être rassasiée.

                       Moralité

Si vous êtes jaloux de ma chance incroyable...

Arrêtez de râler, ...écrivez-donc des fables !

Allez, encore une petite, je sens bien que vous êtes sensibles à la poésie ampélosophiste.

DUVET MELANESIEN

Les cocotiers penchaient doucement vers la plage

Que les vagues ondulantes de l'océan Indien

Léchaient au rythme lent de leur doux va et vient.

Au loin, sur l'horizon, montait un ciel d'orage.

 

L'éclatante lumière qui inonde le jour,

Déclinait lentement en allongeant les ombres.

Etendu près de moi, le splendide corps sombre

D'une déesse noire qui m'inspirait l'amour.

 

C'est ainsi que quand fut venu le crépuscule,

Fixant les poils frisés de son duvet pubien,

Je pensais au bonheur d'être mélanésien,

En rêvant: " Qu'il est beau, mais qu'il est crépu s' cul ! "

 J'ai trouvé les photos par hasard sur Internet je ne sais plus où.

Repost 0
Dominikos - dans ampelosophisme
24 mars 2007 6 24 /03 /mars /2007 19:57

"... et par fréquentes anatomies, acquiers-toi parfaite connaissance de l'autre monde qui est l'homme."

Ces mots de Gargantua  à son fils  Pantagruel sont devenus un des piliers de la présentation classique de l'humanisme.  Aristogènes, lui, écrirait plutôt à son fils: " ...et par fréquentes tatonneries, acquiers-toi parfaite connaissance de l'autre monde qui est la femme...et ...bonne chance garçon !" C'est vrai, pour Aristogènes, la psychologie féminine est un sujet de questionnement perpétuel ...

Même les réactions de sa femme  qu'il fréquent quotidiennement l'étonnent toujours....

...surtout les réactions de sa femme...

...si bien qu'il lui est arrivé de chercher des réponses à son questionnement chez les anciens philosophes Grecs.

Repost 0
Dominikos - dans ampelosophisme
22 mars 2007 4 22 /03 /mars /2007 19:02

Bien que voyageant entre le polythéisme antique, le monothéisme circonspect et l'athéisme radical, Aristogènes n'en est pas moins à quelques moments privilégiés de son existence, touché par la grâce. C'est alors qu'il rédige des fables, toutes emptreintes d'un mysticisme qui n'échappera pas au plus mécréant des lecteurs.

LE CURE LE PAUVRE ET LES DEUX SOURICEAUX

Un jour qu'il revenait de son chemin de croix,

Un curé vit un pauvre qui avait perdu la foi.

"Misère se dit-il, ce pauvre est malheureux,

Je vais le reconduire sur le chemin de Dieu !"

Brandissant son missel, il franchit le fossé,

S'élance vers le pauvre pour le réconforter,

Imaginant déjà les Saintes Ecritures,

Sauvant le malheureux par leur simple lecture.

A quelques pas de l'homme jouaient deux souriceaux,

Batifolant dans l'herbe, se montant sur le dos,

Faisant mille pirouettes; ils avaient l'air joyeux

Comme saint Paul de Tarse ayant rencontré Dieu.

Et soudain le bon père se sent bien ridicule,

En voyant les rongeurs qui gentiment s'enculent,

Tout à coup à ses yeux c'est la révélation:

"Oui, le chemin de Dieu passe par le croupion"

Le judaisme a aussi inspiré Aristogènes dans la fable suivante.

  LE CHAT, L'ABLETTE ET LE PETIT RABBIN

Un rabbin et son chat faisaient une prière,

Un matin de Shabbat, auprès d'une rivière,

Leurs pensées s'élevaient vers le Dieu Eternel

Qui protège à la fois les chats et Israël.

Une ablette gracieuse nageait dans le courant.

Le chat et le rabbin pensaient en la voyant,

Que le Dieu créateur des biens de la nature,

Pourrait pour le diner leur offrir la friture.

"Mais aujourd'hui Seigneur, nous sommes samedi,

En ce jour de Shabbat, tout travail interdit

Ne nous permet donc pas de pratiquer la pêche.

Mais toi, Ô Eternel, qu'est-ce qui t'en empêche? "

"Tu peux en un instant faire sortir de l'onde,

Plein de petits poissons dont la rivière abonde,

Un chat et un rabbin te prient avec ferveur,

De remercier ainsi tes deux pieux serviteurs."

Mais quand Dieu eut reçu la drôle de prière,

Après avoir souri, il se mit en colère,

"Pourquoi privilégier ceux de ma création,

Qui veulent à tout prix capter mon attention?"

Et soudain sans raison, le petit rabbin glisse,

Entrainant dans sa chute le chat plein de malice.

Ils finirent tous deux dans le cours d'eau profond,

Comme plat principal d'un festin de poissons.

 

Alors, a quoi ressemble Dieu ? A un barbu comme Zeus, il n'est pas représentable, comme le Dieu du judaïsme ou de l'islam, ou bien peut-il être partout, dans une pierre, un arbre, un animal,....présent dans toute Sa création? Aristogènes a réfléchi à la question.

L'ANACHORETE, LE CENOBITE ET LE CRAPAUD

"Quand le chant grégorien s'élève vers les cieux,

C'est la foi des chrétiens qui monte jusqu'à Dieu."

Disait en cheminant un moine cénobite

A son vieux compagnon, un pélerin , ermite,

Qui bien qu'anachorète, pour un pélerinage,

Avait pris le bâton, quitté son ermitage.

Le moine solitaire prétendait à son tour,

Que "Dieu n'est que tendresse, compassion et amour"

Et que pour l'honnorer, rien ne vaut la prière

Que l'on fait en silence, isolé, solitaire.

"Nul n'est besoin fastes, de musiques et de chants,

Laissons là ces pratiques, rites extravagants."

Le chemin serpentait en suivant un ruisseau.

Dans les joncs, sur la rive, se tenait un crapaud.

"Pensez avec le coeur " dit l'animal odieux

"Ne voyez-vous donc pas que c'est moi qui suis Dieu?"

Un rire fuse alors des gorges des deux frères,

"Dieu serait un crapaud ? Pourquoi pas une pierre !"

Juste à l'instant d'après on vit sur le chemin,

Deux crapauds étonnés, un bâton à la main,

Et le premier crapaud transformé en lumière,

Partit illuminer un autre coin de terre.

Alors, deux batraciens, des larmes plein les yeux,

Comprirent un peu tard le nature de Dieu.

Repost 0
Dominikos - dans ampelosophisme
22 mars 2007 4 22 /03 /mars /2007 14:30

Le philosophe matérieliste est par définition non croyant... encore que...croyant que dieu n'existe pas, il croit, mais il ne croit pas en dieu mais en la non exitence de Dieu.

Donc en fait, le non croyant est un croyant qui s'ignore ! Si ! s'ignore ! (comme on dit à Rome.)

L'ampélosophisme est-il un matérielisme ?

Oui. La vigne ( ampélos ) qui a donné son nom à l'ampélosophisme, est une plante aux racines profondes ( jusquà 6 ou 7 mètres ) donc bien attachée au sol, à la terre, au concret. Quant à son produit, le vin, c'est le sang, de la terre, du Christ, la sève qui transporte la vie.

Mais on parle aussi de "l'esprit du vin"

 "Partons à cheval sur le vin
 Pour un ciel féerique et divin"

 Charles Baudelaire

 "Philosophes rêveurs qui pensez tout savoir,
 Ennemis de Bacchus, rentrez dans le devoir ;
 Vos esprits s’en font trop accroire.
 Allez, vieux fous, allez apprendre à boire !
 On est savant quand on boit bien.
 Qui ne sait boire ne sait rien. "
 Nicolas Boileau

    Alors ?

Bon laissez tomber un peu vos questions théoriques et regardez donc vivre Aristogènes.

D'abord il fait souvent référence aux Dieux de la Grèce antique.

Il lui arrive aussi de prier Zeus ou les divinités locales...on ne sait jamais, ... ça peut marcher.

Il ne manque jamais une occasion de partager en sacrifice, quelques gouttes d'un grand cru.

Si Aristogènes est parfois proche des Dieux, sa position par rapport aux religions est beaucoup plus critique 

Repost 0
Dominikos - dans ampelosophisme
22 mars 2007 4 22 /03 /mars /2007 07:50

En cette période électorale la question des banlieues revient régulièrement dans les propos de tous les candidats. Chacun a sa proposition pour résoudre le problème, mais aucun ne cherche à comprendre comment on en est arrivé là. Comme Aristogènes n'est pas ( encore ) enseigné à Sciences-Po, les politiciens ne comprennent pas le fond du problème, qui a pourtant été abordé par notre ampélophilosophe dans une de ses fables.

LE RAT ET LES CAILLES

Dans la campagne froide balayée par le vent,

Et couverte de neige, errait un rat des champs.

Sous un buisson touffu, un instant il s'abrite,

Pour réchauffer ses pattes et dégeler sa bite.

C'est alors qu'il remarque, blotties contre la mousse,

Dix cailles silencieuses, la onzième qui tousse.

"Onz'cailles ! " dit le rat qui avait de l'esprit.

"On s'caille , ça c'est sûr !" disent les oiseaux gris.

"Je vais vous réchauffer mes petites mignonnes"

Il s'approche, les serre et bientôt les trombonne,

Et après onze coups tirés entre les plumes,

Le bon rat réchauffé s'en va seul dans la brûme.

C'est ainsi que plus tard au fond d'un nid douillet,

Des sortes de batards, un beau matin son nés.

Comme on ne leur trouvait aucun nom qui leur aille,

On se contenta donc de les nommer "Rats-cailles".

Le peuple des campagnes ne les acceptant pas,

Ils partirent en ville, se disant que là-bas,

Dans les grandes cités ils seraient acueillis.

De la ville pourtant, furent aussi bannis,

Alors pour s'installer ils n'eurent plus qu'un lieu,

Et les rat-cailles se posèrent en banlieue.

Repost 0
Dominikos - dans ampelosophisme
22 mars 2007 4 22 /03 /mars /2007 06:28

A quoi sert la philosophie?

Voilà une question que l'on entend souvent et à laquelle bien entendu Aristogènes a répondu.

Donc à l'exception des méduses pour lesquelles la philosophie a peu d'utilité, pour l'homme, elle est le chemin qui mène à une réflexion fondamentale sur la connaissance ( ontologie ) , mais elle peut avoir aussi des aspects tout à fait pratiques dans la vie quotidienne.

Un exemple à partir de la notion de "Kairos" aristotélicienne.

 Il est vrai que parfois la rencontre avec la pensée des anciens peut laisser perplexe. Mais une bonne connaissance de l'ampélosophisme d'abord théorique, puis pratique, permet de se sortir de tous les labyrinthes intellectuel.

 

 

 

 

 

Repost 0
Dominikos - dans ampelosophisme
20 mars 2007 2 20 /03 /mars /2007 07:18

Aristogènes est le fondateur de l'ampélosophisme, école de pensée dont le nom est tiré du grec "ampélos" = la vigne et de "sophia"= la sagesse.

 Le nom " ampélosophisme" lui même est une véritable "apocalypse" ( du grec "révélation" ou "dévoilement" ) du contenu intellectuel, spirituel de cette forme d'approche de la connaissance, ainsi que des pratiques méthodologiques utilisées par les ampélophilosophes ( ou ampélosophistes ).

L'ampélosophisme est donc une philosophie fondamentalement dionysiaque, qui se développe au mieux dans le cadre des symposiums ( du grec "symposio = banquet, festin, action de boire ensemble ) qui se déroulent en marge des universités, par exemple dans les tavernes grecques des rivages de la mer Egée, ou autour d'une table conviviale joliement décorée de précieux flacons de saint Emilion, saint Julien, Pessac-Léognan (1), ou autre nectar favorisant l'élévation de l'esprit, tout en flattant les papilles.

Aristogènes se reconnaît donc comme maîtres, Socrate et Diogène, Rabelais et Montaigne, Claude Tillier (2) et Alfred Jarry, Reiser et Frédéric Dard, sa grand-mère (qui était philosophe ) et Michel Onfray....Aristippe ( "un des rares philosophes dont la cave valait la bibliothèque"  nous dit Michel Onfray dans "Les Sagesses antiques" ) et tous les sophistes victimes du mépris de Platon et de la philosophie officielle et scolaire depuis des siècles. C'est pourquoi Aristogènes se qualifie lui même d'ampélosophiste.

Enfin, l'ampélosophisme se veut totalement indépendant des autres courants de pensée philisophiques politiques ou religieux et par là affirme son attachement à ses seules références sacrées que sont la vie en général et l'homme en particulier.

Donc si quelqu'un  affirme que l'ampélosophisme est un humanisme ...de bistrot, il n'est pas très loin de la vérité.

Dominikos

   (1) Aristogènes a des origines hellénico-bordelaises.

   (2) Claude Tillier était Bourguignon, ce qui montre bien l'ouverture d'esprit et de goût   d'Aristogènes !

Repost 0
Dominikos - dans ampelosophisme
20 mars 2007 2 20 /03 /mars /2007 07:18
L'ampélosophisme est un humanisme


Aristogènes est le fondateur de l'ampélosophisme, école de pensée dont le nom est tiré du grec AmpeloV ("ampélos") = la vigne et de Sofia ("sophia")= la sagesse.

 Le nom " ampélosophisme" lui même est une véritable "apocalypse" ( du grec Apokaluptw = "révélation" ou "dévoilement" ) du contenu intellectuel, spirituel de cette forme d'approche de la connaissance, ainsi que des pratiques méthodologiques utilisées par les ampélophilosophes ( ou ampélosophistes ).

L'ampélosophisme est donc une philosophie fondamentalement dionysiaque, qui se développe au mieux dans le cadre des symposiums ( du grec "symposio = banquet, festin, action de boire ensemble ) qui se déroulent en marge des universités, par exemple dans les tavernes grecques des rivages de la mer Egée, ou autour d'une table conviviale joliement décorée de précieux flacons de saint Emilion, saint Julien, Pessac-Léognan (1), ou autre nectar favorisant l'élévation de l'esprit, tout en flattant les papilles.

Aristogènes se reconnaît donc comme maîtres, Socrate et Diogène, Rabelais et Montaigne, Claude Tillier (2) et Alfred Jarry, Reiser et Frédéric Dard, sa grand-mère (qui était philosophe ) et Michel Onfray....Aristippe ( "un des rares philosophes dont la cave valait la bibliothèque"  nous dit Michel Onfray dans "Les Sagesses antiques" ) et Bakounine, et enfin tous les sophistes victimes du mépris de Platon et de la philosophie officielle et scolaire depuis des siècles. C'est pourquoi Aristogènes se qualifie lui même d'ampélosophiste.

Enfin, l'ampélosophisme se déclare libertaire, Utopique,  indépendant des autres courants de pensée philosophiques politiques ou religieux et par là affirme son attachement à ses seules références sacrées que sont la vie en général et l'homme en particulier.

Donc si quelqu'un  affirme que l'ampélosophisme est un humanisme ...de bistrot, il n'est pas très loin de la vérité.

Dominikos

   (1) Aristogènes a des origines hellénico-bordelaises.

   (2) Claude Tillier était Bourguignon, ce qui montre bien l'ouverture d'esprit et de goût   d'Aristogènes !

Repost 0
Dominikos - dans ampelosophisme

Articles Récents

Liens