Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

25 février 2015 3 25 /02 /février /2015 06:59

... de la Méduse ?

Je n'ai pas envie d'écrire. Je pense que vous comprendrez pourquoi en regardant mon dessin.

Radeau...

C'est assez explicite non ?

Pardon ? Qu'est-ce que tu dis ? Mon dessin est muet ?

D'accord, je te mets le son.

Radeau...

Moi, j'aime mieux la première version, elle laisse un espace de rêve au lecteur qui peut créer lui même les réflexions des personnages.

Oui, je sais bien que tu as l'habitude de bouffer du prédigéré, alors le moindre effort de mastication te nique les mandibules du cerveau !

Remarque qu'en même temps, le fait de mettre une fois l'image sans texte, puis une autre fois avec les bulles me permet d'utiliser deux fois le même dessin.

Avec le temps que ça m'a pris pour le faire, ça me permet de rentabiliser le travail ! C'est bien la première fois que je mets un peu plus d'une heure à faire un dessin. Tu vas voir que si ça continue à ce rythme je vais finir par travailler le dimanche !

 

Correspondance: aristogenes@aliceadsl.fr

 

Repost 0
Dominikos
19 février 2015 4 19 /02 /février /2015 07:00

... ou du Rire au Gai Savoir.

 

Après avoir évoqué "Le Rire" de Bergson, et pour rester dans la franche rigolade et la joyeuseté philosophique, j'ai pensé qu'un passage par "Le Gai Savoir" de Friedrich Nietzsche (1844 - 1900) était incontournable.  

De Bergson à Nietzsche...
De Bergson à Nietzsche...
De Bergson à Nietzsche...
De Bergson à Nietzsche...

Bon, ça va pas être facile ! Mais ne nous laissons pas décourager. Comment aborder "Le Gai Savoir" ?

Et d'abord, d'où vient ce titre ? Nietzsche était-il un incurable adepte de la poilade, de la déconnante, de la blague, du coussin péteur ? Quand on connaît un peu la vie du philosophe (surtout la fin de sa vie), on sait qu'il avait des charançons dans la toiture. L'anecdote du 3 janvier 1889 à Turin où il enlasse en pleurs et en pleine rue un cheval qui était fouetté par son cocher, est significative de l'état mental du pauvre Friedrich à partir de cette date. Mais "Le Gai Savoir" a été publié quelques années plus tôt en 1882.

 

De Bergson à Nietzsche...

"Le Gai Savoir" est en fait la traduction en français du titre allemand "Die fröhliche Wissenschaft" (là, ça calme hein ?) qui est lui même la traduction d'une formule occitane, "la Gaya Scienza" qui désigne en langue provençale l'art de composer les poésies lyriques des troubadours du Moyen Age. La traduction française du titre est-elle fidèle à l'idée que voulait faire passer Nietzsche ? Les spécialistes s'interrogent.

Pour être clair, je dois bien dire que si vous voulez rigoler un peu il vaut mieux lire "Va te marrer chez les Grecs" que "Le Gai Savoir"

Juste une petite blague, de mémoire: C'est un intellectuel, un chauve et un coiffeur qui font un trekking. Un soir ils campent dans un endroit désert et décident de veiller à tour de rôle sur leurs affaires. C'est le coiffeur qui prend la première veille et, pour s'amuser, il rase la tête de  l'intellectuel pendant son sommeil; puis il le réveille, une fois son quart terminé. L'intellectuel, en se réveillant, se gratte la tête et s'aperçoit qu'il n'a plus un cheveu. "Ah! s'écrie-t-il, ce con de coiffeur s'est gouré: au lieu de me réveiller, il a réveillé le chauve !"

 

Je sais, c'est absurde, mais ça me fait rire !

De Bergson à Nietzsche...

Cependant, "Le Gai Savoir" est une mine de réflexions sur la morale, la vie, la société, la religion, la connaissance ...

Je ressens souvent une étrange proximité avec l'auteur à la lecture de ses aphorismes.

Exemples:

52 - Ce qu'autrui sait de nous - (...) On vient plus facilement à bout de sa mauvaise conscience que de sa mauvaise réputation.

130 - Une décision dangereuse. - La décision chrétienne de trouver le monde laid et mauvais à rendu le monde laid et mauvais.

C'est peut-être pour ça qu'il s'est mis à câliner les chevaux !!! ?

173 -  Être profond et paraître profond. - Qui se sait profond s'efforce d'être clair; qui aimerait passer pour profond aux yeux de la foule, s'efforce d'être obscur. Car la foule tient pour profond, tout ce dont elle ne peut voir le fond: elle est si peureuse et si réticente à entrer dans l'eau...

334 - On doit apprendre à aimer. - C'est un peu long, (27 lignes) mais vous pouvez aller le découvrir vous même.

On trouve à chaque page de cet étrange ouvrage (étrange par la forme. Nietzsche y inclus même des poèmes) des éclairs de pensée qui nous rendent ce bon Friedrich si contemporain.

"La véritable vertu est aujourd'hui de faire quelque chose en moins de temps qu'autrui." 

Je pourrais encore citer ces passages où il explique que chercher à connaître est se mettre en état d'insécurité, ce qui explique sûrement pourquoi nous avons tant de mal à remettre en question nos certitudes pour aller vers une connaissance plus profonde.

 

Depuis quelques semaines on nous rebat les oreilles avec la dispariton des valeurs. Je pense que notre société a toujours  des valeurs, c'est juste qu'elles ont changé. Les valeurs actuelles sont le fric, la consommation, l'individualisme. Et si on cherchait à mettre au premier plan  l'instruction, l'éducation, la culture ...

Oui je sais, je rêve.

 

 

De Bergson à Nietzsche...

Correspondance: aristogenes@aliceadsl.fr

Repost 0
Dominikos
6 février 2015 5 06 /02 /février /2015 10:00

...c'est pas vraiment drôle.

En août 2008 j'écrivais un article dont le titre était "Peut-on rire de tout ?"

A cette époque j'avais très peu de lecteurs et les textes de mes articles étaient assez longs. Depuis je me suis adapté aux remarques de ceux qui dès que le texte dépasse trois ou quatre lignes sans image, renoncent à la lecture et ne regardent que les dessins.

Sans doute qu'il faut vivre avec son temps comme me l'écrivait  il y a peu une lectrice. Mais si vous avez quelques minutes à perdre pourquoi ne pas y revenir ? J'ai été moi même surpris en le relisant, j'en avais totalement oublié le contenu.

http://ampelosophisme.over-blog.com/page/22

(L'article est vers le bas de la page 22)

Rire avec Bergson...

Un peu lassé par les divers commentaires sur l'humour entendus ça et là depuis le 7 janvier de la part de gens qui ont des opinions sur tout et des connaissances sur pas grand chose, je suis reparti à la rencontre d'Henri Bergson dont j'avais sûrement laissé tomber la lecture depuis ... le milieu des années 60 ?

Henri Bergson: (1859 - 1941)

Henri Bergson: (1859 - 1941)

J'avoue volontiers que Bergson est moins drôle qu'Aristophane. Pourtant son ouvrage le plus connu et semble-t-il le plus lu n'est pas, "Essai sur les données immédiates de la conscience" ni "L'évolution créatrice", ni "Les deux sources de la morale et de la religion", ouvrages dont les titres sont à peine plus aguichants que ceux des romans de mon ami Philippos (Philippe Couillaud que je vous ai présenté ici à plusieurs reprises et dont la dernière publication s'intitule: "Léonard ou les odonymes du cancer"). Le Best-seller ( ="succès d'édition" en langue vulgaire, c'est à dire en français !!!) de Bergson est bien entendu: "Le rire".

Je vous livre le dernier paragraphe de l'ouvrage. (Pour ceux qui trouvent ça trop long allez voir un peu plus loin il y a des dessins !)
 

"C’est ainsi que des vagues luttent sans trêve à la surface de la mer, tandis que les couches inférieures observent une paix profonde. Les vagues s’entre-choquent, se contrarient, cherchent leur équilibre. Une écume blanche, légère et gaie, en suit les contours changeants. Parfois le flot qui la fait abandonne un peu de cette écume sur le sable de la grève. L’enfant qui joue près de là vient en ramasser une poignée, et s’étonne, l’instant d’après, de n’avoir plus dans le creux de la main que quelques gouttes d’eau, mais d’une eau bien plus salée, bien plus amère encore que celle de la vague qui l’apporta. Le rire naît ainsi que cette écume. Il signale, à l’extérieur de la vie sociale, les révoltes superficielles. Il dessine instantanément la forme mobile de ces ébranlements. Il est, lui aussi, une mousse à base de sel. Comme la mousse, il pétille. C’est de la gaîté. Le philosophe qui en ramasse pour en goûter y trouvera d’ailleurs quelquefois, pour une petite quantité de matière, une certaine dose d’amertume."

(C'est moi qui écrit les dernières lignes en caractères gras)

 

Une des questions dont je cherche la réponse est: peut-on faire de l'humour sans offenser personne ? Et celle qui me vient à la suite est: l'humour ne doit-il pas être nécessairement caustique, c'est à dire être une sorte d'aiguillon psycho-social ? Ne doit-il pas avoir un petit goût d'amertume, pour reprendre le mot du philosophe ?

 

Pour ma part , j'aurais envie de dire à priori, qu'il est possible de faire de l'humour sans offenser (presque) personne.

Rire avec Bergson...

Mais poursuivons notre étude.

Comment Bergson aborde-t-il le sujet ?

Il développe son argumentation en trois points.

1 - Le rire est nécessairement humain.

On rit des gens, pas des objets. Dans "Le gros dégueulasse" de Reiser ce n'est pas le calbute mais le personnage qui est risible. ...quoi que ...

Rire avec Bergson...

2 - Le rire est purement cérébral.

Être capable de rire exige un certain détachement, une certaine  distance émotionnelle par rapport au personnage qui est censé déclencher le rire. C'est là à mon idée que ça commence à coincer !

Explication scientifique:

Coupe de deux cerveaux

Rire avec Bergson...
Rire avec Bergson...

Je pense que c'est assez clair comme ça ? On voit nettement sur les images produites par IRM (Imagerie Relativement Merdique) comment la structure interne du cerveau est modifiée en fonction de l'environnement socio-culturel et de l'éducation d'un individu.

 

3 - Le rire a une fonction sociale.

Pour comprendre le rire il faut le replacer dans son contexte naturel qui est la société, et nous devons essayer de déterminer son utilité sociale. "Le rire doit répondre à certaines exigences de la vie en commun. Il doit avoir une signification sociale".

Rire avec Bergson...

Mais si comme le pense Bergson, le rire à une fonction sociale, il est tout à fait normal que l'humour qui le déclenche appuie parfois à un endroit particulière sensible de l'individu moqué, et provoque chez ce dernier une certaine "amertume" ou plus encore selon l'intensité et la puissance du trait d'humour.

 

Rire avec Bergson...

Conclusion:

1 - Réfléchir sur le rire et les mécanismes du rire n'a rien de très drôle.

2 - Alors que l'opinion généralement admise serait plutôt de dire que rire est un comportement naturel de l'homme, il s'avère après réflexion que si le rire est naturel, le sens de l'humour s'apprend, comme pour chacun de nous sa langue maternelle, ou comme la recette de la garbure béarnaise (1). Dans la culture occidentale la tradition d'une ironie impertinente vis à vis du pouvoir politique, religieux, ou même des dieux remonte au moins à Aristophane. (Voir les travaux du philosophe britannique Paul Grice dans le domaine de la linguistique)

3 - Dans le "village planétaire" (ou "village global" selon l'expression de Marshall Mc Luhan - 1911 - 1980)  qui est bien la réalité du monde contemporain, les informations circulent et se croisent à une vitesse des millions de fois supérieure à celle d'un pet d'anguille glissant sur une toile cirée. Or les productions humoristiques (caricatures, blagues, photos détournées...) sont d'abord des messages, et ces messages sont décodés par chacun en fonction de sa langue, sa culture, son éducation. Tant que le message (le dessin, la blague) reste dans un milieu culturellement homogène, il n'y a pas, ou peu de problèmes. Mais nous vivons aujourd'hui dans un village global. On peut toujours le regretter, penser que "c'était mieux avant" mais la mondialisation est devenue la réalité quotidienne.

Alors ?

Alors, on va peut-être s'arrêter là et prendre le temps de réfléchir ?

(1) Vous pouvez remplacer dans cette phrase "garbure béarnaise" par "potée auvergnate" ou "flamenkuche alsacienne" sans que ça change profondément l'idée générale exprimée dans ce 2ème point.

Rire avec Bergson...
Rire avec Bergson...
Rire avec Bergson...

Correspondance: aristogenes@aliceadsl.fr

Repost 0
Dominikos
29 janvier 2015 4 29 /01 /janvier /2015 20:02

Devoirs de vacances.

Pas moyen de prendre quelques jours de vacances à respirer l'air (frais, surtout le matin, moins 11°C hier matin à 9h) des "Trois Vallées" de la Tarentaise sans être rattrapé par l'actualité.

...par l'actualité et par la grippe, mais c'est une autre histoire ...

Alors juste deux dessins, et pour les commentaires on verra plus tard.

 

1 - Le dernier article se terminait par une question: Peut-on établir un dialogue entre les grenouilles de bénitier et les rats de bibliothèque ?

J'ai vérifié, on peut !

 

 

2015 commence fort.

2 - Faire le compte de tout ce que la Grèce a apporté à la civilisation européenne et plus largement à l'humanité serait un travail...(j'allais dire "un travail de romains" !) cyclopéen !

A commencer par le nom "EUROPE".

La victoire de Syriza aux élections législatives inaugure-t-elle un nouveau départ vers une Europe plus sociale ou "le début de la fin" d'une organisation dans laquelle les intérêts économiques et financiers défendus selon les doctrines libérales (au sens du "libéralisme économique" que vous appelez peut-être "capitalisme" s'il vous reste un vieux fond de culture marxiste) ont toujours prévalu sur les mesures politiques et sociales ? Le nom officiel de cette union à ses débuts était d'ailleurs  "Communauté Economique Européenne"  qui dans le langage populaire et journalistique devenait, "Marché commun".

 

Alors ?

 

 

2015 commence fort.

Si je n'ai pas fait trop de fautes (s'il y a des fautes je vais recevoir des insultes de mes amis grecs, mais les insultes en grec sont poétiques à mon oreille) les textes des bulles sont:

- A gauche Alexis Tsipras (tu ne l'avais pas reconnu ?) dit:

Je suis le nouveau Miltiade ! (En espérant qu'il ne finisse pas aussi vite que Miltiade un an après son triomphe à Marathon)

- Bien que je ne sois pas un champion de la caricature t'as reconnu les personnages du couple de droite ?

Ils disent:

Nous sommes les barbares ! (allusion à Miltiade qui avait vaincu les Perses - donc pour les Grecs, "les barbares" -  à Marathon. Je t'explique car tel que je te connais, déjà que tu râles parce que mes textes sont d'après toi souvent trop compliqués, là ça va être les bulles de mon dessin !  Nom de Zeus, ça ne m'étonne pas qu'il y ait plein de mous de la coiffe qui ne comprennent pas l'humour de Charlie Hebdo !)

- Au centre Aristogènes qui dit :

A suivre ...

 

On va arrêter là. Vous ne voulez tout de même pas que je vous fasse un dessin sur l'anniversaire de Sarkozy ? D'ailleurs son anniv' des 60 ans c'était hier, alors tant pis.

Je vous fais pas la bise, ma grippe est contagieuse.

 

Correspondance: aristogenes@aliceadsl.fr

 

 

Repost 0
Dominikos
17 janvier 2015 6 17 /01 /janvier /2015 09:50

Les parties culs et les menteurs.(1)

Quelle image donne-t-on  généralement de la classe politique française ?

1 - Une bande de raconteurs de bobards qui n'hésitent pas à lancer les promesses les plus alléchantes avant leur élection, à mentir aux citoyens une fois élus, et donc à prendre les citoyens pour des crétins. (Ce qui ne s'avère pas tout à fait faux une fois qu'ils ont été élus ! )

2 - Des jouisseurs paillards (là ,ça concerne nettement plus les hommes que les femmes, les femmes étant soit moins paillardes, soit plus discrètes) qui profitent de leurs privilèges pour assouvir leurs passions culières et dont on peut suivre les aventures, des "Ballets roses" de 1959 à l'affaire DSK en 2011.

 

Mais attention aux amalgames !

Tous les politiques ne sont pas des menteurs, tous ne sont pas des paillards suivant bien plus la ligne de leurs parties que celle de leur parti.

 

L'amalgame est pourtant une "figure de style" récurrente de la pensée commune ( "La pensée mise en commun est une pensée commune" Léo Ferré).  

L'ensemble des opinions populaires, des préjugés ou des présuppositions plus ou moins fondées qui sous-tendent nos conversations de bistrot (de bureau, d'atelier, de vestiaire, de salle des profs ...) est appelé dans le langage philosophique depuis Parmédine d'Elée (vers 540 av JC - vers 450 av JC.)  "DOXA".

Doxa
Doxa
Doxa

La doxa est formée d'opinions toutes faites qui ne sont pas fondées sur une connaissance, mais sur des "on dit", des impressions, de vagues sentiments. Elle s'oppose chez Parménide à "l'être qui est" qui est le chemin qui mène à la vérité.

Pourquoi tout à coup cette réflexion sur la doxa ?

Simplement parce que comme vous je suis un peu surpris par le consensus qui semble se dégager depuis les attentats des 7 et 9 janvier. A la première impression cela m'a semblé réjouissant, mais très vite cette fraternité citoyenne face à l'émotion causée par les 17 morts m'a semblée un peu artificielle. D'où vient ce sentiment d'inquiétude, d'insécurité qui m'accompagne depuis l'enfance ?
 

Doxa

Il est vrai que cette réaction de masse en soutien à la liberté d'expression même de la part de gens qui, quel que soit leur engagement aussi bien religieux, athée ou politique, se mobilisent pour défendre une liberté fondamentale de notre République est plutôt rassurante. Il m'évoque immédiatement le célèbre poème de Martin Niemöller (1892 - 1984) 

 

Quand ils sont venus chercher les communistes,

Je n'ai rien dit,

Je n'étais pas communiste.

Quand ils sont venus chercher les syndicalistes,

Je n'ai rien dit,

Je n'étais pas syndicaliste.

Quand ils sont venus chercher les juifs,

Je n'ai pas protesté,

Je n'étais pas juif.

Quand ils sont venus chercher les catholiques,

Je n'ai pas protesté,

Je n'étais pas catholique.

Puis ils sont venus me chercher,

Et il ne restait personne pour protester


 

Doxa

Martin Niemöller était pasteur. Ancien combattant de la 1ère guerre mondiale, commandant de sous-marin, il avait d'abord été favorable au régime hitlerien avant de s'en éloigner. Il a été interné au camp de concentration de Sachsenhausen en 1937 puis à Dachau en 1941.

Alors ?

Alors pour revenir à notre réflexion sur la doxa, le problème avec les opinions toutes faites, les présupposés, les préjugés, c'est que ce sont justement des opinions toutes faites, des présupposés et des préjugés, (oui, je sais, ce n'est pas avec des phrases de ce niveau là que je me prépare un fauteil sous la Coupole) et que ces préjugés varient d'un individu à l'autre en fonction de sa culture, de son éducation, de la richesse de son langage qui est la base de la pensée.

"Qu'est-ce que la pensée ? Un nouveau né pense-t-il ? Peut-on penser sans mots ?" Boris Cyrulnik - Les âmes bléssées - Odile Jacob - Sept 2014 - page 47.

Et l'humour ? L'humour est-il le propre de chaque civilisation ? Existe-t-il des sociétés sans humour ? Pourquoi l'humour fait-il si peur à certains ?

Bon, je crois qu'il y a là encore plein de sujets à explorer à travers la méthode (peu académique ?) de l'ampélosophisme.

Nous verrons ça dans quelques semaines, je m'accorde un peu de vacances.

A bientôt

Doxa

(1) Tout rapport avec le titre d'un roman de Michel Houellebecq n'est peut-être que le fruit du hasard

Correspondance: aristogenes@aliceadsl.fr

Repost 0
Dominikos
9 janvier 2015 5 09 /01 /janvier /2015 09:50

...

Deuil

Depuis mercredi je reçois des messages du genre "T'en penses quoi ?"

Ben, comme toi mon pote. Si j'avais des choses géniales à dire on s'en serait aperçu il y a longtemps non ?

Quand j'ai appris l'attentat contre Charlie Hebdo il était environ 13h et je prenais ma voiture pour partir de chez moi pour 24 heures. On disait qu'il y avait des morts mais pas encore le nombre ni leur identité. Je retarde mon départ de 3 minutes le temps de faire le premier dessin qui me passe par le crayon et de le mettre sur Facebook.

Deuil

C'est dans la voiture que j'ai appris l'ampleur du massacre.

Retour à la maison hier soir.

Nouvelles questions.

Bon, écoutez les amis, je n'ai rien à dire d'intelligent, surtout pas de drôle, et pour l'instant ni Platon, Démocrite, Spinoza ou Diderot ne me sont d'un grand secours. Même pas Dieu ! C'est vous dire !

Si je fais des petits dessins merdiques depuis l'époque (lointaine) où j'étais étudiant, c'est parce que les dessinateurs de l'équipe d'Hara-Kiri puis Hara-Kiri Hebdo, puis Charlie Hebdo m'en ont donné envie.

Donc je n'en dirai pas plus.

Juste un petit dessin peut-être ?

Deuil

Correspondance: aristogenes@aliceadsl.fr

Repost 0
Dominikos
4 janvier 2015 7 04 /01 /janvier /2015 18:35

On se la souhaite comment ?

2015

Mais d'où nous vient donc cette tradition de souhaiter une bonne année à nos amis et à notre famille chaque 1er janvier ?

Jules César en 46 avant JC en imposant le calendrier "julien" en remplacement du calendrier républicain qui était jusqu'alors en usage à rome, fixe le début de l'année au 1er janvier pour la fête du dieu Janus. (En France le roi Charles IX en 1564 institue le 1er janvier 1er jour de l'année dans tout le royaume)

Janus est un dieu à deux visages, l'un qui regarde vers l'avant et l'autre vers l'arrière.

2015

Ce n'est pas parce que Janus est le dieu des portes, qu'il faut chercher dans la racine de son nom une étymologie plus ou moins scatologique ! Je vous connais, je sais bien le type de plaisanteries, de vannes de calembours que vous attendez. Mais cette année c'est décidé je ne ferai plus que du haut de gamme. Pas d'histoires de cul, pas de nounours membré façon Priape (un dieu grec celui là). Le seul cul de ce blog sera le CUL-TUREL.

En réalité cette histoire de voeux est une très vieille notion religieuse commune à tous les peuples de la terre aussi loin que remontent nos connaissances. Toutes les cosmologies religieuses de toutes les mythologies du monde opposent le temps historique qui est un temps linéaire, et que l'on ne peut donc parcourir que dans un sens, au temps sacré qui est un temps cyclique et qui se renouvelle chaque année.

Le 1er janvier est donc symboliquement une remise à zéro du compteur du temps et la possibilité d'un nouveau départ dans l'imaginaire collectif de tous les peuples.

Alors "Bonne Année" !

 

2015

Euh, qu'est ce que j'avais dit sur les histoires de cul ?

Bon, laissez moi quelques jours pour m'entraîner. Je ne peux tout de même pas changer de style simplement parce que nous sommes passés en 2015 !

 

Pour aborder ces questions de la représentation du temps dans les mythologies je vous propose deux ouvrages de ma bilbiothèque. (Mais il y en a sûrement beaucoup d'autres)

 

2015
2015

Correspondance: aristogenes@aliceadsl.fr

Repost 0
Dominikos
24 décembre 2014 3 24 /12 /décembre /2014 12:05

Guerre et Paix.

Et si l'UNESCO inscrivait la guerre au patrimoine de l'humanité ?

Mais non, je ne plaisante pas. Attendez un peu, je m'explique.

De "La Guerre du Feu" à "La Guerre des Boutons" en passant par Marathon, les Croisades, la guerre de Cent Ans, les guerres napoléoniennes, les Guerres mondiales du XXème siècle, les guerres du Moyen Orient, d'Afrique et les autres à venir,  les guerres jalonnent l'histoire de l'humanité.

Patrimoine: Tiré du latin "Patrimonium" = héritage du père, le patrimoine de l'humanité représente l'héritage qui nous a été légué par les générations précédentes, comme par exemple "l'Abbatiale de Saint Savin sur Gartempe" qui est inscrite au Patrimoine mondial par l'UNESCO depuis 1983. http://whc.unesco.org/fr/list/230/

Bien sûr, l'abbatiale romane poitevine est moins connue que le Mont Saint Michel, l'Acropole d'Athènes, les pyramides de Guizeh, ou la statue de la Liberté.

Quand on étudie la liste des sites inscrits on s'aperçoit effectivement que certains d'entre eux sont assez peu connus du grand public.

Or que nous ont laissé en priorité les générations passées ? Des temples ?  des cathédrales ? des palais ? ... peut-être, mais surtout de superbes guerres à tel point que chaque génération veut avoir les siennes à léguer aux descendants.  

Et aucune guerre n'est inscrite au patrimoine mondial ! Alors que "la diète méditérranéenne", "le pain d'épice croate" et "la cuisine française" y sont inscrits !!!

Scandaleux non ?

http://www.france.fr/arts-et-culture/la-gastronomie-francaise-au-patrimoine-culturel-immateriel-de-lhumanite.html

 L'UNESCO veut-elle nous faire croire que nous vivons dans un monde de "Bisounours" ou nous prend-on pour des "Lapins crétins"?

 

 

Patrimoine de l'humanité
Patrimoine de l'humanité

Donc quand Rabelais dit que "Le rire est le propre de l'homme" ...

"Mieux vaut traiter du rire que des larmes,

Parce que le rire est le propre de l'homme."

...il se fout le doigt dans l'oeil ! Le propre de l'homme c'est la guerre.

"C'est ben vrai ça !" comme disait Spinoza (à moins que ce soit la mère Denis ?) la guerre est bien la plus humaine des inventions de l'humanité... si j'ose dire.

Bon, j'ose.

Vous connaissez une autre espèce animale qui fasse la guerre, c'est à dire qui déploie autant d'efforts intellectuels, matériels et humains dans le seul but de détruire ses semblables parce tout à coup, ils ne lui semblent pas aussi semblables qu'on pouvait l'espérer. L'ennemi est donc celui qui n'a pas la même couleur de peau, parle une autre langue, a une autre religion, d'autres coutumes ou voudrait bien s'approprier ce que nous avons courageusement et légalement volé au prix de la sueur et du sang de nos soldats à un peuple voisin moins habile, moins bien armé, moins courageux ?  

L'homme sait depuis longtemps que "Gewalt geht vor Recht" = "La force prime le droit"  (Expression faussement attribuée à Bismarck mais qui est bien plus ancienne; on la trouve par exemple chez Luther).  

Patrimoine de l'humanité
Patrimoine de l'humanité

Je sais bien qu'en France on fait des efforts pour honorer les grands chefs de guerre. Combien de rues d'avenues, de boulevards, de places portent les noms des grands généraux morts pour la France:  Joffre (mort des suites d'une artérite) , Foch (crise cardiaque) , Gallièni (cancer de la prostate), ... J'aurais bien aimé qu'on donne aussi des noms de rues aux jeunes gens morts sur les champs de bataille. Au hasard, un boulevard Henri Pomparat par exemple ?

Patrimoine de l'humanité
Patrimoine de l'humanité

Mais non, je plaisante ! Je sais bien qu'on ne va pas donner le nom d'un boulevard à un soldat encore plus inconnu que celui qui repose sous l'Arc de Triomphe, ni même le nom d'une modeste rue, pas même d'une impasse. Pourtant se faire tuer à 33 ans c'est bien une impasse non ?

 

Heureusement il existe des gens qui ont consacré leur vie à la défense de la paix dans le monde, depuis Aristophane (auteur de "La Paix") jusqu'à Gary Davis.

Non, ne me dites pas que vous ne connaissez pas Aristophane ! Je le cite régulièrement dans ce blog. D'ailleurs, vous savez bien qu'Aristogènes tire la moitié de son nom de celui du poète athénien.

Quoi ? Vous ne connaissez pas Gary Davis ? Si vous ignoriez son existence, vous ignorez aussi qu'il est mort le 24 juillet 2013 ?

Il avait créé en 1948 le mouvement des "Citoyens du Monde".

Patrimoine de l'humanitéPatrimoine de l'humanité
Patrimoine de l'humanité

Bon, en fait Gary Davis était un pacifiste. Le pacifisme ça fait pas rêver. Essayez donc d'offrir un jeu vidéo pacifiste à vos enfants ou à vos neveux pour Noël, vous allez voir leur surprise en ouvrant le paquet cadeau ! Heureusement les jeux vidéos pacifistes n'exsistent pas (du moins à ma connaissance). Ouf !

Patrimoine de l'humanité
Patrimoine de l'humanité
Patrimoine de l'humanité

Alors en ce 24 décembre, fêtons donc l'utopie et acceptons de croire un moment au Père Noël.

Correspondance: aristogenes@aliceadsl.fr

 

Patrimoine de l'humanité
Repost 0
Dominikos
12 décembre 2014 5 12 /12 /décembre /2014 20:05

Juste un dessin.

Dignité

D'accord, ça ne valait pas plus.

Mais pas moins non plus ?

 

Correspondance: aristogenes@aliceadsl.fr

Repost 0
Dominikos
6 décembre 2014 6 06 /12 /décembre /2014 08:27

"L'existence précède l'essence."  (Jean-Paul Sartre)

La Nausée

Le 29 octobre 1945, Jean-Paul Sartre fait à Paris une conférence dont le titre est "L'existentialisme est un humanisme". Une publication suivra en 1946. Il semble bien que le philosophe de Saint-Germain-des-Prés ait emprunté ce titre à Aristogènes qui a écrit: "L'ampélosophisme est un humanisme...de bistrot"

Je sais bien que certains vont prétendre que c'est Aristogènes qui a pompé sur Sartre, mais il ferait beau voir qu'on lui fasse un procès pour ça !

C'est de là que vient l'affirmation sartrienne: "L'existence précède l'essence"

La Nausée
La Nausée
La Nausée

C'est à la suite d'une discussion avec un ami et profitant du loisir forcé donné par une courte hospitalisation que je me suis mis à relire (1)  "La Nausée", roman existentialiste de Sartre. Mais c'est aussi sans doute parce que l'observation du monde me donne souvent la nausée que j'ai voulu revoir comment Antoine Roquentin (le personnage central du roman) se dépatouillait de ses propres symptômes de nausée.

Les causes de ma propre nausée sont multiples.

La Nausée

Mais non, il n'y a pas que le retour de Sarkozy qui m'afflige. Pour tout dire j'en suis même assez heureux sur un certain plan. En effet comme j'ai un peu de mal avec les caricatures (avec les autres dessins aussi mais je fais ce que je peux), je trouve que Sarko est le personnage que je dessine le moins mal. Hollande je ne le sens pas du tout (sauf quand il a son casque de scooter) quant à Marine j'ai essayé une fois mais ... bon...

 

La Nausée

Je ne vais quand même pas vous dresser la liste des sujets qui me filent la gerbe ! A la réflexion, je n'aurais peut être pas dû relire "La Nausée" ?

Qu'est-ce que tu dis ?

Ah, oui, d'accord, je n'ai pas expliqué les notions d'existence et d'essence en philosophie ?

T'as la flemme de chercher sur Internet ?

Bon, OK. En deux mots

L'existence  désigne le fait d'être. Je suis moi depuis ma naissance. Voilà, c'est comme ça. De la même façon, un phoque est un phoque et un pingouin est un pingouin.

L'essence est ce qui constitue la nature d'un être. Je suis ce que je suis un peu par accident. Si j'étais né ailleurs dans une autre culture je serais peut-être en train d'essayer de créer un Etat islamique au Moyen-Orient au lieu d'écrire des conneries ampélosophiste !

Alors Antoine ce qui lui colle la nausée c'est cette hyperconscience d'exister sans raison au milieu des être et des choses qui l'entourent sans plus de raison.

"Ils n'avaient pas envie d'exister, mais ils ne pouvaient pas s'en empêcher; voilà".

"Tout existant nait sans raison, se prolonge par faiblesse et meurt par rencontre."

On arrête là ? La bonne question à se poser me semble être: "Comment échapper à la nausée ?"

 Antoine Roquentin pour combattre son mal, se lance dans l'écriture d'un roman. Bon. Est-ce que ça fonctionne ?

Je pense à mon vieil ami Philippos qui a écrit et publié  "Une pluie grise et fine" (2) . Avec un titre comme ça, si t'as la nausée tu ne vas pas te précipiter chez le libraire du coin pour l'acheter. Est-ce que ça a fait du bien à l'auteur ? Sans doute.

Moi, mon truc c'est de faire des petits dessins. et d'y ajouter quelques commentaires. Faire fonctionner l'imaginaire et faire de petits actes de création... ça peut aider à supporter le monde tel qu'il est ?

...ça peut.

Et puis il y a la pratique du jujitsu au Dojo 114, quand la santé le permet.

 

Correspondance: aristogenes@aliceadsl.fr

 

(1) J'ai lu "La Nausée" pour la première fois en 1963 !!! (je n'y ai rien compris mais j'avais entendu parler de Sartre comme d'un grand philosophe et la curiosité ... )

(2) "Une pluie grise et fine" Philippe Couillaud - Editions Pierregord - 2011

 

 

La Nausée

Notez que Philippe Couillaud va publier en janvier 2015 un nouveau roman au titre encore plus aguichant aux Editions Chloé des Lys:

"Léonard, ou les odonymes du cancer"

Bonne lecture.

PS : Suite à une étude marketing, j'ai suggéré à Philippos de changer son titre pour :"Léonard, ou les jarretelles de la Vierge" mais il n'a rien voulu entendre.

 

Repost 0
Dominikos

Articles Récents

Liens