Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

13 mars 2014 4 13 /03 /mars /2014 06:31

Les aveugles.

Connaissez-vous Alain Le Goff ?

Non ?

Si vous avez un peu de curiosité, vous pouvez aller voir son site:

http://www.alainlegoff.com/

Sinon je peux juste vous dire qu'il s'agit d'un conteur Breton. J'ai eu l'occasion de le rencontrer à plusieurs reprises il y a plus de vingt ans. Je l'ai perdu de vue mais il y a quelques jours une de ses histoires m'est revenue à l'esprit.

"Les aveugles" .

 

Alain Le Goff

Nom de Zeus, ce dessin, quelle merveille ! Si Pieter Brueghel l'avait vu, je suis certain qu'il en aurait fait un tableau !

Bon, passons, je vous raconte l'histoire des aveugles de Le Goff. Elle est très courte. (C'est de mémoire alors, j'en demande pardon par avance à Alain si j'ai un peu estropié son conte, si par hasard il tombait sur mon blog)

Trois aveugles marchent sur un chemin de campagne. Une vache leur barre le passage. Le garçon qui gardait la vache les prévient.

- Attention, il y a une vache devant vous sur le chemin !

- Une vache ? Mais ça ressemble à quoi une vache ? disent les aveugles.

Alors le garçon les fait approcher un par un de l'animal. Le premier attrape les cornes et dit:

- Je comprends, une vache ça ressemble à une fourche.

Le second touche le ventre et dit:

- Pas du tout, une vache c'est comme une barrique.

Le troisième qui attrappe la queue dit:

Vous n'y êtes pas du tout, une vache ça ressemble à un balai.

Je crois me souvenir que Le Goff terminait son histoire en disant qu'il y avait autant de contes que de conteurs...

Personnellement j'en tire une autre morale.

 

 

Alain Le Goff
Alain Le Goff
Alain Le Goff

Quand j'entends ça et là tout le monde donner son avis et faire des affirmations péremptoires sur n'importe quel sujet politique, économique, social,...je me dis que nous nous comportons souvent comme les aveugles d'Alain Le Goff.

Peut-être que si nous avions cette petite histoire  à l'esprit, nous dirions moins de conneries et nous serions un peu plus  humbles dans nos propos ?

Ou peut-être pas ?

 

Mais bien sûr, cette histoire n'est qu'un conte.

 

Correspondance: aristogenes@aliceadsl.fr

 

Alain Le Goff

Alain Le Goff

Repost 0
Dominikos
6 mars 2014 4 06 /03 /mars /2014 07:27

Peut-on en finir avec la rivalité mimétique ?

 René Girard, auquel je me suis référé ici plusieurs fois est certainement un des philosophes contemporains dont la lecture m'a le plus apporté. J'évoquais il y a peu avec quelques amis sa théorie de la "rivalité mimétique" quand je me suis aperçu qu'ils ne le connaissaient pas.

C'est un scandale !

C'est un double scandale !!

1 - D'abord parce qu'étant né en 1923, ça fait un certain temps qu'il partage ses réflexions avec ses contemporains aussi bien par ses cours dans diverses universités américaines dont Stanford en Californie, que par ses nombreux livres publiés en France. Ignorez-vous aussi qu'il a été élu à l'Académie française en 2005 ? (Il faut dire  qu'en 2004/2005 on a bien plus parlé dans les médias du transfert de Didier Drogba de l'OM à Chelsea pour 36 millions d'Euros que de l'éléction de René Girard à l'Académie française)

 

2 - Et surtout leur ignorance prouve qu'ils ne lisent pas ce blog avec toute l'attention necéssaire à une oeuvre d'une si haute tenue !!!

 

Alors reprenons notre souffle en admirant cette fresque qui représente Aristogènes et ses disciples pendant un symposium ampélosophiste au cours duquel ils partagent le pain et le vin, plus quelques quelques idées philosophiques, accompagnées de bricoles commestibles et de beaucoup d'amitié. . 

(Toute ressemblance avec une oeuvre picturale connue est peut-être le fruit du hasard, ou peut-être pas ?)

En suivant René Girard

Quel rapport y a t'il entre cette scène (Cène ?) de repas et la théorie de la rivalité mimétique (ou "mimésis de rivalité") ?

Attendez donc un peu, ça va s'éclairer. Essayez de sortir du "je veux tout tout de suite" si commun et si ravageur dans la société comtemporaine.

Quelle est la thèse de René Girard ? Elle part de la constatation que la violence est cachée au coeur de toutes les civilisations et elle cherche à révéler la cause de cette violence masquée.

L'homme est un animal qui a un besoin fondamental d'imiter son semblable. Ce désir d'imitation (cette "mimésis") lui est indispensable pour apprendre tout ce qui lui est nécessaire pour s'intégrer à la société (langage, marcher, coutumes...) C'est la "mimésis d'apprentissage". Mais ce comportement imitatif fait qu'il cherche aussi à s'approprier les "objets" de ses semblables, et dans ce cas on passe à une "mimésis de rivalité" qui débouche sur la violence.

Effets de la mimésis de rivalité dans l'Athènes antique d'après une sculpture de Phidias sur la frise du Parthénon.

Effets de la mimésis de rivalité dans l'Athènes antique d'après une sculpture de Phidias sur la frise du Parthénon.

L'homme serait donc en proie au "désir mimétique". C'est parce que mon proche désire un objet que je désire le même objet. (Frise du parthénon, ci-dessus). La publicité use sans retenue de cette caractéristique  humaine.

Cette rivalité va entraîner un conflit, soit entre deux individus soit au sein même d'une société et menacer sa cohésion. Toutes les civilisations ont adopté la même pratique pour résoudre le conflit lié au désir mimétique: le sacrifice d'une victime innocente, c'est à dire le meurtre d'un bouc émissaire.

 

En suivant René Girard

D'après cette thèse toutes les civilisations reposeraient donc sur un meurtre, et sur la dissimulation de ce meurtre par l'ensemble des mythes propres à chaque société.

Si vous voulez en savoir plus (beaucoup plus) je ne peux que vous renvoyer à la lecture des textes de René Girard. C'est un peu plus difficile à lire que la recette de la blanquette de veau, mais moi, quand j'ai découvert "La violence et le sacré" au début des années 70, ça m'a ouvert un nouveau regard sur le monde.  

Tout cela est bien joli, mais comment éviter cette rivalité mimétique si dévastatrice.

Par exemple en participant à des cérémonies de partage comme les réunions autour d'une table bien garnie.

Et nous voilà revenus au symposium ampélosophiste !

 

En suivant René Girard

Et bien entendu dans tout symposium ampélosophiste la parité doit être respectée, pas comme dans certains repas anciens ("Le Banquet" de Platon, "La Cène" de Jésus...) dans lesquels les femmes étaient présentes au mieux uniquement dans le discours des hommes.

 

 

René Girard.

René Girard.

Correspondance: aristogenes@aliceadsl.fr

 

D'accord, j'avoue la supercherie, vous avez bien compris que Léonard de Vinci s'est inspiré de ce dessin du symposium ampélosophiste pour composer "la Cène" peinte sur un mur du réfectoire du couvent des dominicains de Santa Maria delle Grazie à Milan.

Repost 0
Dominikos
27 février 2014 4 27 /02 /février /2014 09:00

Je fais genre.

Je n'ai rien à dire, je ne sais pas grand chose sur la plupart des sujets, et je n'ai aucune certitude sur les autres, mais pour rester un homme de mon temps (référence à l'article précédent),  je fais genre de savoir. Voilà.

Et comme je fais genre de savoir on me demande mon avis sur plein de sujets brûlants comme par exemple:

"Que penses-tu de la "théorie du genre" ?

Voilà.
Voilà.
Voilà.

Et puis je m'efforce de ponctuer toutes mes phrases par "Voilà", ça fait genre branché.

Vous avez sans doute remarqué comme moi si vous regardez parfois la télé, qu' à la moindre question d'un journaliste la personne interrogée répond "oui, voilà, moi, je pense, voilà, qu'on aurait pu gagner le match, voilà, mais on est passés près du but ....voilà". Et ce n'est pas un tic de langage réservé aux sportifs, la manie se répand dans à peu près toutes les catégories sociales, et mon oreille a parfois du mal à s'adapter.

Il est vrai que dans le quartier populaire du Bordeaux de mon enfance on aurait dit "Oui, putain, moi je pense, con, qu'on aurait pu gagner le match, enculé, mais bordel de merde on est passés près du but, c'est bien la chiasse  couillon !"

Vous serez je n'en doute pas, d'accord avec moi pour dire qu'à l'époque nous avions un vocabulaire d'une richesse incomparable avec la pauvreté du "voilà" actuel.

Imaginez Saint Jean à Ephèse, en train d'écrire son évangile peinard à l'ombre. Vous vous rendez compte de ce que ça aurait fait s'il avait ponctué ses phrases de "voilà" ?

Voilà.


1 - Au commencement était le Verbe, voilà, et le Verbe était en Dieu, et le Verbe était Dieu, voilà.

...

25 - Et ils l'interrogèrent, et lui dirent: "Pourquoi donc baptisez-vous, si vous n'êtes ni le Christ, ni Elie, ni le Prophète?"

26 - Jean leur répondit: "Moi, voilà, je baptise dans l'eau, voilà; mais au milieu de vous il y a quelqu'un que vous ne connaissez pas, voilà.

27 - C'est celui qui vient après moi, voilà; je ne suis pas digne de délier la courroie de sa chaussure, voilà."

Essayez le "voilà" avec du Molière, du Victor Hugo ou un texte de Freud, ce n'est pas mal non plus.

Bon, voilà, mais ce texte est-il de Jean fils de Zébédée, ou bien d'un certain Jean le Presbytre (et pas "le presbyte" bien que l'étymologie grecque  Presbys ou Prebutéros = l'ancien soit la même), ou encore d'un auteur inconnu ?

Quoi ? Vous n'en avez rien à cirer ?

Bon, d'accord, alors on arrête là.

Voilà.

Correspondance: aristogenes@aliceadsl.fr

Repost 0
Dominikos
15 février 2014 6 15 /02 /février /2014 09:00

Doit-on vivre avec son temps ?

"Je veux vivre avec mon temps" est une citation célèbre de Simone Signoret après sa rupture avec le réalisateur Yves Allégret en 1951.

Ouaps ! Voilà un article qui commence mal.

Quelle idée de répondre à la provocation d'une amie qui, à propos  des langues anciennes (grec, latin) soutenait que leur étude n'avait pas d'intérêt car "il faut vivre avec son temps".

J'ai donc immédiatement répondu que "vivre avec son temps" serait le thème de mon prochain article.

Ben voilà, nous y sommes !

Putain de temps !

Langues anciennes.
Langues anciennes.
Langues anciennes.

Mais qu'entend-on par "vivre avec son temps"  et peut-on faire autrement que de vivre avec son temps ?

Pour ma part, je n'ai pas choisi ma date de naissance, donc il me semble bien difficile de vivre dans un autre temps que le mien. (Après enquête approfondie il apparaît que c'est aussi le cas le l'immense  majorité d'entre nous). Brassens s'en désolait pour lui même dans sa chanson "Le Moyenageux"

Le seul reproche, au demeurant,
Qu'aient pu mériter mes parents,
C'est d'avoir pas joué plus tôt
Le jeu de la bête à deux dos.
Je suis né, même pas bâtard,
Avec cinq siècles de retard.
Pardonnez-moi, Prince, si je
Suis foutrement moyenâgeux.

 

Moi, j'aurais bien sûr préféré vivre vers Athènes dans l'Antiquité.

Langues anciennes.
Langues anciennes.

En fait, "vivre avec son temps" c'est adopter les valeurs, les codes sociaux, les "vérités" communément admises dans une époque.

Langues anciennes.
Langues anciennes.
Langues anciennes.

Le racisme, la xénophobie, l'antisémitisme etc ... sont ils vraiment des formes de pensée de notre temps ?

Exemple:

La République est le gouvernement des Juifs, des Juifs traîtres comme Dreyfus, de Juifs voleurs ..., des Juifs corrupteurs du peuple et persécuteurs de la religion catholique, comme l'inventeur juif de la loi du divorce et le Juif inventeur de la loi de Séparation. [...]

La République est le gouvernement des pédagogues protestants qui importent d'Allemagne, d'Angleterre et de Suisse un système d'éducation qui abrutit et dépayse le cerveau des jeunes Français.

La République est le gouvernement des francs-maçons qui n'ont qu'une haine : l'Église [...].

La République est le gouvernement de ces étrangers plus ou moins naturalisés ou métèques, qui [...] accaparent le sol de la France, disputent aux travailleurs de sang français leur juste salaire [...].

Affiche de lancement du quotidien "L'Action française", 21 mars 1908

L'auteur de ce texte vivait-il bien dans son temps ? Ceux qui aujourd'hui partagent ces idées sont-ils d'un autre temps ? Pour être de mon temps dois-je adhérer aux idées communes ?

"La pensée mise en commun est une pensée commune" Léo Férré. - "Préface".

Autre exemple:

Extraits d'un discours du Président de la République

On a vraiment envie d'y croire.

La France a voulu apporter une contribution éclatante à l'avènement de la concorde entre les peuples: Elle a conscience de travailler pour le bien du monde. (...)

C'est, sans doute, un admirable spectacle que celui de l'intelligence disciplinant les forces du monde physique et soumettant la nature à des combinaisons imprévues, d'où nous tirons un surcroît de bien-être et de jouissances esthétiques mais, autant le génie domine l'aveugle matière, autant il est inférieur à la Justice et à la Bonté. (...)

Malgré les rudes combats que se livrent les peuples sur le terrain industriel, commercial, économique, ils ne cessent de mettre au premier rang de leurs études les moyens de soulager les souffrances, d'organiser l'assistance, de répandre l'enseignement, de moraliser le travail, d'assurer des ressources à la vieillesse. (...)

Ah oui, j'ai oublié de préciser que ces phrases sont extraites du discours du Président Emile Loubet lors de l'inauguration de l'Exposition Universelle de Paris en 1900. Vous avez bien compris, juste 14 ans avant la première guerre mondiale !

Allez encore un petit bout c'est trop beau.

La rencontre pacifique des gouvernements du monde ne demeurera pas stérile. Je suis convaincu que, grâce à l'affirmation persévérante de certaines pensées généreuses dont le siècle finissant a retenti, le vingtième siècle verra luire un peu plus de fraternité sur moins de misères de tout ordre, et que, bientôt peut-être, nous aurons franchi un stade important dans la lente évolution du travail vers le bonheur, et de l'homme vers l'humanité.

Un prophète Emile Loubet !

En 1900 la foi dans le progrès qui allait apporter le bonheur des peuples était largement répandue dans l'opinion publique.

Comme de nos jours l'idée que pour mettre fin à la crise il suffit de changer de dirigeants. C'est aussi ridicule que la solution  proposée par Aristogènes pour résoudre le problème capillaire d'Athanasios.

Langues anciennes.
Langues anciennes.
Langues anciennes.

Alors, est-ce vivre hors de son temps que d'étudier les langues anciennes et par là, essayer de frotter son esprit  à celui des penseurs grecs et romains pour en tirer quelques valeurs morales et un peu d'esprit critique pour vivre un peu mieux notre temps ?

Je ne vais pas me substituer à Jean-Pierre Vernant et Jacqueline de Romilly pour tenter de vous convaincre.

Langues anciennes.
Langues anciennes.

Alors juste un dernier petit dessin ?

Langues anciennes.

Correspondance: aristogenes@aliceadsl.fr

 

Ne m'écrivez pas pour me dire qu'on ne peut pas étudier le grec dans les textes écrits par Socrate. Merci.

Repost 0
Dominikos
8 février 2014 6 08 /02 /février /2014 07:37

"Quand on n'a plus d'avenir, on peut enfin se consacrer au présent"

"Quand on n'a plus d'avenir, on peut enfin se consacrer au présent". Il y a sûrement quelqu'un qui a dit ça. J'ai l'impression d'avoir entendu ou lu  une réflexion de ce genre quelque part, mais je ne sais plus où. Si vous savez d'où ça vient, vous pouvez toujours m'en donner la source.

Sauf qu'au lieu de profiter de ce sentiment qu'on a plus d'avenir pour se consacrer au présent, beaucoup de nos contemporains ne font que regretter le passé; un passé idéalisé, porteur de toutes les vertus et de tous les bonheurs aujourd'hui disparus.

 

 

Colibri

Il faut bien admettre cependant que le thème du "c'était mieux avant" ou du "paradis perdu", n'est pas nouveau. C'est même un des grands sujets traités depuis des siècles par les artistes plasticiens mais aussi poètes ou écrivains.

1543 Cabinet des estampes et dessins de Strasbourg.

1543 Cabinet des estampes et dessins de Strasbourg.

Enluminure Jean Bondol 1372

Enluminure Jean Bondol 1372

Ottavio Vannini. (1585 - 1644) Né à Florence

Ottavio Vannini. (1585 - 1644) Né à Florence

Michel-Ange (1475 - 1564)

Michel-Ange (1475 - 1564)

On pourrait multiplier les exemples.  

Et la nostalgie du passé remonte à une période bien antérieure au christianisme.

Colibri

Le problème avec le passé, ...c'est qu'il est passé. Et nous avons souvent du mal (enfin, là, je parle pour moi) à admettre qu'on ne peut pas revenir en arrière. Et pourtant je connais Héraclite d'Ephèse. (vers 544 - 480)

Mais oui, vous savez bien, Héraclite que l'on surnomme "l'obscur" un des premires grands philosophes grecs.

Colibri
Colibri
Colibri

"On ne se baigne jamais deux fois dans le même fleuve" est une de ses citations les plus connues.

Quoi ? Tu veux le décodeur ? Mais non, réfléchis, celle là elle est facile à comprendre (et c'est rare chez Héraclite). Si on se baigne deux fois au même endroit dans un fleuve, ce n'est jamais le même fleuve, puisque l'eau a coulé et qu'à chaque fois on se baigne dans une eau nouvelle.

Ainsi les individus comme les sociétés évoluent en permanence et notre esprit a souvent du mal à mesurer et à admettre cette évolution ou même cette transformation.

Dans une société, il semble que plus la transformation est rapide, plus une partie des membres qui la composent a du mal à accepter l'évolution et  a tendance à idéaliser un passé représenté mentalement comme un âge d'or. D'où l'ampleur de mouvements qualifiés de réactionnaires ?

 

Comment se fait-il que nous ayons du mal à nous adapter aux changements ?

Je propose une petite hypothèse.

Quand j' observe l'histoire de l'évolution humaine des origines à nos jours, ce qui me frappe d'abord est l'immense durée de la "préhistoire" par rapport à "l'histoire". Selon que l'on adopte l'Australopithecus (Lucy) ou le genre "Homo" comme début de l'humanité, on a une préhistoire qui commence il y a 5 ou 3 millions d'années.

Alors que l'histoire qui a pour origine l'apparition de l'écriture, a moins de 5000 ans !

Je vous ai fait un petit dessin pour tenter de visualiser la suite du raisonnement.

Colibri

Si on considère que l'évolution du cerveau humain s'est faite au cours  de plusieurs millions d'années, on remarque que jusqu'à une période très récente (par rapport à la durée de l'évolution humaine) c'est à dire jusqu'à la fin du paléolithique il y a environ 10000 ans l'homme n'a pas connu de grands changements auxquels s'adapter, excepté les changements climatiques (glaciations quatrenaires) qui se produisaient très lentement sur des milliers d'années. D'où le fait que nous ayons un cerveau réfractaire au changement ?

Ce n'est que depuis moins de 10000 ans avec l'apparition de l'agriculture, la sédentarisation, ...etc... que les sociétés humaines ont évolué, et depuis le XIXe siècle avec la "Révolution industrielle" le phénomène s'est accéléré au point d'en arriver aujourd'hui à ce que l'homme modifie non seulement son organisation sociale mais aussi le climat de la planète !

Et pourtant, la modification climatique est peut-être un bon moyen de relancer l'économie française et de créer des emplois. Vous ne me croyez pas ? Regardez !

Colibri

Bon, si je n'ai pas réussi à vous convaincre, ce ne sera pas faute d'avoir essayé !

J'ai tenté de justifier les positions  réactionnaires de certains de mes contemporains (dont moi même parfois, je dois bien le reconnaître) qui comme le colibri volent parfois à reculons.

 

Tiens, à propose de colibri ....

Colibri

Euh ... comment doit-on interpréter la symbolique de ce dessin ?

Comme vous voulez ! Cet article est assez long je ne vais quand même pas vous fournir en plus une explication de mes graffitis  !!!

Allez, la bise et à bientôt.

 

Correspondance: aristogenes@aliceadsl.fr

N.B. La pub pour les entreprises PIGANIOL, GUY COTTEN et LE CHAMEAU est absolument gratuite.Je n'ai pas reçu de chèque, ni même un parapluie auvergnat, un ciré jaune ou des bottes en caoutchouc pour me remercier de ce petit coup de pouce.

... mais ça va peut-être venir ?

 

Colibri

Et enfin, toutes mes excuses à Pierre Rabhi et aux Colibris pour qui j'ai à la fois respect et admiration. J'espère qu'ils m'excuseront d'avoir un peu dévoyé leur beau symbole.

https://www.colibris-lemouvement.org/colibris/aux-origines-du-mouvement/pierre-rabhi

Repost 0
Dominikos
30 janvier 2014 4 30 /01 /janvier /2014 18:12

Question de transparence

Vous avez sans doute remarqué comme moi que le thème de la "transparence" revient sans cesse dans les médias.

"Pas de démocratie sans transparence",

"La transparence est une valeur essentielle en démocratie"

"Mon quinquennat sera placé sous le signe de la transparence" ...

Autant d'affirmations dont on nous rebat quotidiennement les oreilles.

Gnomécratie

En fait si nous nous déclarons tous si favorable à la transparence, c'est:

1 - Parce qu'il est de nos jours grâce aux technologies de l'information, de plus en plus difficile de cacher quoi que ce soit. (Cf article du 28 octobre 2013 "Le panoptique planétaire")

2 - Parce qu'afficher publiquement sa vie privée est devenu un des passe-temps favoris d'une partie d'entre nous par l'intermédiaire des "réseaux sociaux".

Ex: La semaine dernière je skiais à Méribel, station très en vue depuis quelques temps, dans le domaine des "Trois Vallées".   

 

 

Gnomécratie

3 - Parce que nous sommes avides de voir, de connaître, de vivre par procuration, la vie des autres en général et des "peoples" en particulier.

Gnomécratie
Gnomécratie

Ok, celle là elle est nulle, usée, pitoyable, elle me ferme définitivement les portes du quai Conti, mais je connais deux ou trois lecteurs qui vont rigoler, alors que les références à Platon, Démocrite, Pyrrhon, Bentham ou Thomas d'Aquin les laissent totalement indifférents.

Le problème me semble-t-il  est que dans une  démocratie le pouvoir devrait être exercé par le peuple (même si le mot "démos" ne désigne pas à l'origine "le peuple" dans son acception contemporaine) et un peuple qui pense et qui a des connaissances claires sur le fonctionnement de l'Etat (la politique) et l'organisation des activités de production de richesses (l'économie).

Or, nous ne pensons plus. Par contre nous sommes noyés sous les informations diverses que bien entendu nous ne vérifions pas puisque "nous l'avons vu à la télé" ou bien "un ami nous a envoyé l'info par mail".  

Gnomécratie

Par contre si nous n'avons pas vraiment de connaissances précises sur le sujets fondamentaux (politique, économie, société ...), nous avons des opinions ! D'ailleurs, vous avez remarqué comme moi que de nombreuses émissions de télé nous demandent notre opinion sur tous les sujets de société puis nous donnent le lendemain en général le résultat du sondage !!!

Exemple: "D'après le sondage d'hier 76 % des téléspectateurs pensent que la politique économique du gouvernement est mauvaise"

Ah bon, elle est mauvaise ? Et tu ferais quoi toi Maurice à la place du gouvernement ? Tu donnerais quoi déjà comme définition de l'économie ? ....

Bref, Maurice, t'es comme moi, t'en sais rien, mais toi tu ne sais pas que tu ne sais pas ! C'est juste la différence entre nous.

C'est ce qui me fait penser que nous ne sommes plus vraiment dans une démocratie, mais dans une gnomécratie.

Ne vous barrez pas tout de suite, je vous explique en quelques mots.

Gnomécratie

D'accord, le mot "gnomécratie" n'est pas encore dans le dictionnaire, mais il existe...puisque je viens de le créer !

Toutes les opinions s'affichent avec pour justification qu'en démocratie, on a le droit de tout dire.

Ah bon, vous en êtes certain ? Pourriez vous le justifier ? Non ? Donc, c'est comme ça, c'est un postulat ? Ok, n'en parlons plus.

Alors, par exemple, on peut dans une société en crise, afficher à la vue du public qu'il faut "sauver les riches" et celà n'a rien de choquant ? Pas plus que des propos antisémites, ou islamophobes, ou homophobes, ou...

Vous avez sans doute raison ?

Voici une photo que j'ai faite la semaine dernière dans une station de ski savoyarde.

Gnomécratie

Bien sûr qu'il faut sauver les riches, car sans riches, il n'y a pas de pauvres. Imaginez la monotonie des sociétés paléolithiques dans lesquelles le niveau de vie était à peu près le même pour tous. Pas de riches, donc pas de pauvres, que des minables qui survivent dans une société uniforme où la seule satisfaction de l'homme le plus fort est de pouvoir tabasser de temps en temps le gringalet du clan, ses gosses ou sa femme !!! Et même pas la télé ! Heureusement que leur espérance de vie n'était que d'une vingtaine d'années, ça abrégeait leurs souffrances.

Gnomécratie

Oui, vous l'avez compris, le dernier paragraphe était une forme d'hommage à François Cavanna.

Je sais, t'avais 90 balais François, mais quand même ...

 

Correspondance: aristogènes@aliceadsl.fr 

Repost 0
Dominikos
11 janvier 2014 6 11 /01 /janvier /2014 18:00

Plaidoyer pour une BD aniconique.

Son et image.
Son et image.
Son et image.

L'image détourne l'attention du texte ou de la parole.  

C'est l'opinion soutenue par les différents courants iconoclastes qui se sont manifestés depuis l'antiquité dans l'Egypte ancienne, jusqu'à nos jours comme en Afghanistan en 2001 avec la destruction des Bouddhas de Bâmiyân.

Bien que je ne ressente pas de pulsions iconoclastes, l'observation quotidienne de notre société dans laquelle l'image est omniprésente et masque parfois le texte ou la parole, peut susciter une réflexion.

Explication par l'exemple.

Imaginons Aristogènes assistant à une conférence sur le "Discours sur l'origine et les fondements de l'inégalité parmi les hommes" de Jean-Jacques Rousseau.

a) La conférence est faite par Mamie Fermarin:

 

Son et image.

b) La conférence est faite par une jeune et jolie conférencière.

 

Son et image.

Vous suivez le raisonnement ?

L'image tend souvent à nous distraire du texte en nous empêchant la concentration nécessaire pour assimiler pleinement la parole de l'auteur. D'où les divers mouvements iconoclastes apparus au cours de l'histoire.  

" Tu ne te feras point d’image taillée, ni de représentation quelconque des choses qui sont en haut dans les cieux, qui sont en bas sur la terre, et qui sont dans les eaux plus bas que la terre."  Exode 20: 4-6

Si certains s'opposent aux images, c'est simplement pour respecter les textes qu'ils considèrent comme sacrés. Mais  une réflexion un peu plus poussée peut permettre d'expliquer les fondements de tels textes.

L'image s'adresse directement à l'émotion de celui qui la regarde (cf.Aristogènes et la jeune conférencière) alors que la parole, (ou le texte écrit) s'adresse à la réflexion, à la capacité de compréhension, capacité variable d'un individu à l'autre en fonction non seulement de paramêtres culturels mais aussi de la richesse du vocabulaire de l'auditeur (ou du lecteur) On pense avec des mots, et plus le vocabulaire est riche plus la pensée peut être foisonnante.

On comprend alors le succès de l'image dans la société contemporaine où la richesse du vocabulaire diminue encore plus vite que le pouvoir d'achat d'un français moyen.

Conséquence. La profonde crise sociale et politique que nous traversons n'est pas due au pouvoir exorbitant qu'ont pris les milieux financiers qui aujourd'hui dirigent effectivement le monde et continuent à faire s'enrichir une minorité alors que la majorité de la population s'appauvrit, mais elle est due à tous ces dessinateurs de BD, illustrateurs, artistes plasticiens, professionnels de la télé, cinéastes ... qui passent leur temps à nous distraire au lieu de nous inciter à penser !

Et je vais même vous montrer l'origine du malaise.

 

Son et image.

Le voilà le responsable !

Il y a environ 40 000 ans ce mec dont la préhistoire n'a pas retenu le nom à fait basculer l'humanité dans la civilisation de l'image. (Vous remarquerez qu'en même temps est née la critique d'art).

 Pourquoi le peintre et son escabeau (en ces temps lointains la femme déjà soutenait l'homme)  sont ils à poil ? Est-ce  une façon de se distinguer physiquement dans la société comme le font de manière si commune de nombreux artistes contemporains ?   Pas du tout, c'est simplement parce qu'ils craignaient de dégueulasser leurs fringues et que les taches de peinture sur des vêtements en peau, c'est bien la galère à faire partir.

Conclusion. Si je suis mon propre raisonnement il ne me reste plus qu'à abandonner mes petits dessins pour ne plus mettre sur ce blog que des articles mûrement réfléchis et soigneusement rédigés qui me vaudront sans doûte le respect et la considération d'un lectorat érudit.

 

Donc je ne vous dis pas à bientôt, à moins que l'air des cîmes de Savoie que je vais aller respirer quelques temps, me fasse réviser ma position ?

 

Correspondance: aristogenes@aliceadsl.fr

Repost 0
Dominikos
4 janvier 2014 6 04 /01 /janvier /2014 12:00

Quelle position adopter ?

Dans notre souci permanent d'explorer l'ensemble des savoirs, nous allons aborder aujourd'hui le domaine de l'éthologie. Est-il nécessaire de rappeler que l'éthologie est la science qui étudie les comportements des diverses espèces animales (du grec ETHOS = moeurs). L'aventure nocturne d'un lama voyageur dans les rues de Bordeaux va servir de fondement à notre réflexion. D'où le titre de "Lamasoutra" inspiré du "Recueil du désir" ou "Aphorismes du désir" le célèbre "Kamasoutra".

Présentons les faits.

Suite à l'escapade du gentil camélidé dans le tram bordelais, une commission d'experts a été mandatée afin de réfléchir sur les problèmes d'insécurité inhérents à cette intrusion animalière dans un transport en commun. La conclusion des travaux des sages a été : "Il faut absolument éviter que ce type d'incident se reproduise".

 

Profitant de l'obscurité un lama épris d'indépendance s'évade de son cirque de résidence.

Profitant de l'obscurité un lama épris d'indépendance s'évade de son cirque de résidence.

La gestion soudaine de la liberté n'est pas toujours facile à maîtriser.

La gestion soudaine de la liberté n'est pas toujours facile à maîtriser.

Le tram semble un merveilleux moyen de découvrir  la ville sans se fatiguer les pattes. Mais les "experts" ont prévu la parade aux intrusions des indésirables.

Le tram semble un merveilleux moyen de découvrir la ville sans se fatiguer les pattes. Mais les "experts" ont prévu la parade aux intrusions des indésirables.

Note :  Les enseignants et étudiants d'une grande école d'ingénieurs de Bordeaux ont mis au point le détecteur à rayons LAMA* qui a été installé à titre expérimental à l'entrée de quelques stations de tram du centre ville.

*Rayons LAMA = Limiteur Anthropologique de Migrants Acculturables.

... et ça fonctionne !

... et ça fonctionne !

L'expérimentation du systhème montre que le coup de pied au cul a un effet immédiat sur le sens de l'orientation du lama. Il y aurait donc vraisemblablement une connection directe entre la bas du dos des vertébrés et la partie droite de leur cerveau qui commande le sens de l'orientation dans l'espace.

Effet immédiat du coup de pied au cul.

Effet immédiat du coup de pied au cul.

Retour au point de départ.

Retour au point de départ.

Il n'y avait qu'un pas pour passer ce cette expérience d'éthologie à une application en éthologie humaine. N'aurait-il pas déjà été franchi ?  

Certains articles publiés sur la toile annoncent que l'école d'ingénieux ingénieurs qui a mis au point ce systhème performant aurait reçu des propositions pour améliorer légèrement l'appareil afin de l'adapter au contrôle des frontières.

 

Mais il ne faut pas croire tout ce que l'on trouve sur Internet !

 

 

Isidore Geoffroy Saint-Hillaire (1805 - 1861)

Isidore Geoffroy Saint-Hillaire (1805 - 1861)

Nous devons la première utilisation du terme "éthologie" au zoologiste Isidore Geoffroy Saint-Hillaire (1805 - 1861). Il était le fils du grand naturaliste Etienne Geoffroy Saint-Hillaire (1772 - 1844)

La notion "d'éthologie humaine" est plus récente. Voir l'article de Boris Cyrulnik

http://australie.uco.fr/~cbourles/Ethology/Couretho/Etho_hum.htm

 

 

 

 

Repost 0
Dominikos
21 décembre 2013 6 21 /12 /décembre /2013 09:50

...et bonne année.

 

Allez, juste trois ou quatre dessins pour ne pas se surmener  l'encéphale avant les fêtes.

Et d'abord un petit truc pour se faire en cette période difficile pour beaucoup, un joli décor de Noël "low cost".

Joyeux Noël...

C'est vrai quoi, l'année 2013 n'a pas été vraiment une année de prospérité pour l'économie française en général ni une grande année de progrès social.

Mais que cela ne m'empêche pas de souhaiter un bon Noël à tous !

Joyeux Noël...

Et puis le Père Noël va passer, il me l'a dit.

Pour 2014 il va nous faire de chouettes cadeaux.

Joyeux Noël...

Vous allez voir en 2014 nous aurons tous un train de vie de banquier.

Joyeux Noël...

Que voulez-vous que je dise de plus ?

 

Alors, joyeux Noël et

 

bonne année à tous !

Correspondance: aristogenes@aliceadsl.fr

Repost 0
Dominikos
12 décembre 2013 4 12 /12 /décembre /2013 17:45

"Il faut y croire"

(Epistémologie évolutionniste)

Foi et bandaison.
Foi et bandaison.
Foi et bandaison.

J'aurais pu dire quelques mots sur Nelson Mandela, mais tout n'a t-il pas été dit ?

Dans un jardin public de la ville de Luxembourg où je suis allé la semaine dernière placer quelques économies, je découvre le buste d'un autre grand homme qui passa sa vie au service de la justice, de l'égalité des droits, de la non violence et commença sa carrière politique en Afrique du Sud (1895 - 1915) . Lui aussi aurait bien mérité un petit article.  

Foi et bandaison.

Mais, plutôt qu'un sujet d'actualité, j'ai décidé de réfléchir sur un sujet de fond: la foi.

J'envie les gens qui croient en Dieu. Je me dis qu'il doit y avoir un confort certain à être persuadé que notre vie est entre les mains d'une puissance divine, que nous allons réssusciter après notre mort et que nous retrouverons les êtres aimés au paradis.

Le problème, c'est que la foi, c'est bien comme la bandaison (cf: la chanson de Brassens "Fernande") ça ne se commande pas.

 

 

Foi et bandaison.
Foi et bandaison.

Oui, je sais, ce dessin je vous l'avais déjà placé il y a quelques temps, mais je suis sûr que certains d'entre vous l'avaient oublié.

Autre sujet de préoccupation: Je profite de mon passage au Luxembourg pour aller à Trèves ville de naissance de Karl Marx et quelques années avant, de saint Ambroise qui convertit saint Augustin au christianisme.

Trèves en temps normal ça ressemble à ça...

Foi et bandaison.

...et moi je découvre ça : La fièvre de la consommation symbolisée par le Marché de Noël.

 

 

Foi et bandaison.

Là encore je me sens un peu en décalage. Il y a plein de gens qui espèrent un jour gagner au loto pour pouvoir s'offrir les signes extérieurs de la richesse: belles voitures, châlet à Courchevel, villa au Cap Ferret (Euh...c'est juste un exemple), bateau, croisières...etc... Le problème chez moi, c'est que ce qui me fait envie et que possédent certaines personnes, ne s'achète pas. Ce que j'aimerais par dessus tout c'est être très intelligent, apprendre facilement plein de langues étrangères, écrire des bouquins qui feraient avancer la pensée de l'humanité sur le chemin lumineux de l'esprit et de la raison (Là, j'essaie juste une phrase, on ne sait jamais, si du côté du Quai Conti on lit Aristogènes !)

Platon, Thomas d'Aquin, Spinoza, Diderot, René Girard, Michel Serre et tant d'autres dont je ne partage pas forcément les idées mais dont l'agilité intellectuelle est pour moi encore plus belle qu'un dribble de Ribéry. C'est vous dire !

Seulement le problème, c'est que de la même façon que je ne peux pas m'acheter la foi, je ne peux pas m'acheter la moindre particule d'intelligence de Diderot ! (Pourtant, lui, il y a longtemps qu'il ne s'en sert plus !)

Et David Bohm ? Et Karl Popper ?

 

Foi et bandaison.
Foi et bandaison.

Il y a quelques jours dans un resto japonais où je vais parfois, un serveur me parle de sa passion pour la physique et la philosophie puis il me dit :

-Vous avez lu David Bohm ?

- Euh, non.

Mais si, David Bohm le physicien qui a travaillé sur la physique quantique, et qui essaie d'établir un lien avec la philosophie et la neuropsychologie !

- Ben, non, je ne vois pas ...

- Alors vous connaissez ...

et là il me cite encore deux ou trois noms qui me semblent inconnus. Et puis enfin il cite Popper.

- Ah là oui, Karl Popper, je connais, pas intimement mais je connais.

Notre discussion cesse par là car je comprends que son travail au resto ne consiste pas uniquement à instruire les clients.

Ah, mais vous ne connaissez pas Karl Popper ? C'est l'auteur entre autres choses de la théorie de l'épistémologie évolutionniste.  Je vous explique :

Foi et bandaison.
Foi et bandaison.
Foi et bandaison.

Vous n'avez rien compris ? Bon, dites vous que ce n'est pas bien grave, mais si vous avez un peu de curiosité essayez de frotter vos neurones à ceux de Popper, ça changera des soirées télé.

J'ai retrouvé le livre que j'avais lu sur la "nouvelle physique" dans les années 80. "La Danse des éléments" de Gary Zukav publié en France en 1982. Il a été réédité avec une nouvelle couverture. L'auteur cite dans ses sources David Bohm, mais j'avais totalement oublié.

 

 

 

Foi et bandaison.
Foi et bandaison.

On se revoit avant Noël ?

 

Correspondance: aristogenes@aliceadsl.fr

Repost 0
Dominikos

Articles Récents

Liens