Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

22 juillet 2009 3 22 /07 /juillet /2009 21:50
  Message aux amis des bêtes*

( *  le message s'adresse aussi aux amis des humains )

 
Je lis ça et là des articles enflammés de braves gens qui se présentent comme des défenseurs des animaux et j'ai tendance à trouver à priori ces gens plutôt sympathiques même si parfois leurs propos me semblent un peu démesurés. C'est vrai qu'en tant qu' ampélosophiste dont la sagesse ( sophia )  se fonde non seulement sur la spiritualité tirée de la dégustation ( pas toujours modérée ) des produits de la vigne ( ampélos ) mais s'appuie aussi sur les piliers de la philosophie grecque, je m'efforce d'être dans ma pensée et dans mon comportement quotidien en accord avec la "Diké" ( Dikh = la loi, l'équilibre parfait ) et non du côté de " l'Ubris", ( UbriV = la démesure forcenée ).

Alors, ce matin ( mercredi 22 juillet ) quand j'apprends que " suite au test de la souris, la commercialisation des huîtres du Bassin d' Arcachon  est à nouveau interdite par les autorités préfectorales jusqu'à nouvel ordre", moi qui ai mangé des huîtres à peu près chaque jour depuis 3 semaines ( ainsi que les gens autour de moi ) sans avoir le moindre signe pathologique, pas la moindre diarrhée, pas la plus petite chiasse,   quand je vois le désespoir et la colère des professionnels de l'ostréiculture, je me sens moi aussi saisi par la colère.

Mais, la colère étant mauvaise conseillère comme disait ma grand-mère, observons si possible avec un peu de logique la question qui nous occupe.

1 - En quoi consiste "le test de la souris" ?  On injecte une forte dose d'extrait d'huîtres à une souris qui n'a rien demandé, et on attend le résultat une heure, 2 heures ...6 heures...12 heures... et tout à coup il arrive qu'au bout de "x heures" la souris crève. 
De quoi crève-t-elle ? Les scientifiques n'en savent rien !!! ( je vous assure que c'est vrai vous pouvez faire des recherches sur Internet ), mais à titre de précaution on déclare que les huîtres du Bassin d'Arcachon sont impropres à la consommation humaine. 
Moi, ça me rappelle "la question" ( qui était le joli nom donné à la torture ) qui se pratiquait  sur les prisonniers afin de les faire avouer avant leur procès au moyen âge et sous "l'ancien régime".   

On attachait le " prévenu"  sur un banc et on lui faisait ingurgiter un certain nombre de pintes d'eau ( la pinte de Paris faisait faisait 952, 146 ml, soit presque 1 litre )  
4 pintes pour la "question ordinaire"
8 pintes pour la "question extraordinaire"
Entre chaque pinte on lui posait des questions sur "son crime".

Il arrivait bien entendu que le malheureux meurt en cours d'interrogatoire. Comme il buvait beaucoup mais qu'il bavait aussi énormément on qualifiait  le décès du prévenu de "bavure" 
( inutile de vérifier l'info sur Internet )

Conclusion rapide: Nous pouvons sûrement dire que nos ancêtres avaient des moeurs barbares, ... mais nous nous ne pouvons pas dire que c'étaient des cons ! 
En effet, le fait que quelqu'un meurt en ayant absorbé trop d'eau ne les a jamais conduits à en interdire la consommation !!!

 2 -
Chers amis des bêtes, vous qui êtes si sensibles aux malheurs et aux souffrances
des animaux, pourquoi manifestez vous essentiellement
contre l'assassinat des taureaux de corridas, contre la chasse à la palombe, joli pigeon blanc qui se fait estourbir
 dans la presqu'île du Médoc, contre le massacre des bébés phoques, mais jamais à ma connaissance ( mais je peux être mal informé ) contre la destruction des rats d'égout et des souris ?  

Si on défend la vie des animaux on ne fait pas de hiérarchie entre les espèces, non ? 

Alors pourquoi zigouiller cette malheureuse souris pour un test qui n'a rien de scientifique ?  
  







Aux armes citoyens !
Sauvons les souris !
Protégeons la vie

...et surtout sauvegardons la vie des ostréiculteurs du Bassin d'Arcachon sans lesquels cette magnifique région aurait perdu son âme.

Alors chers scientifiques, et vous  fonctionnaires de la préfecture, inspirez-vous pour une fois de la pensée de Spinoza ( tiens, il n'était pas Grec celui là, mais Hollandais et un peu juif, mais si peu ... ) recherchez donc le bien par amour du bien, et non par crainte du mal.

Repost 0
Dominikos - dans ampelosophisme
13 septembre 2008 6 13 /09 /septembre /2008 16:18
Les belles histoires











Quel est le point commun entre Paris Hilton et le Pape Ben Ouacez ?

( Franchement un Pape avec un nom arabe, moi je trouve ça un peu bizarre...pas vous ? Bien sûr, vous pouvez me faire remarquer que Jésus est le nom latinisé puis francisé d'un nom araméen, Yéshoua Ben Yussuf aux orthographes variées, donc Ben Ouacez, ambassadeur de Yéshoua Ben Yussuf ça va assez bien.)

Alors Paris Hilton et le Pape, vous ne voyez pas le point commun ?

En fait ce sont des "Peoples" des stars, des célébrités qui déplacent les foules.
Et pourquoi déplacent-ils les foules ?
Pour la même raison tous les deux: ils nous font rêver, ils nous font sortir du monde matériel quotidien avec toutes ses petites ou ses grandes misères.

Les religions, on peut en dire ce qu'on veut, mais il faut leur reconnaître la qualité d'être des mines d'histoires fabuleuses, de contes fantastiques, de fables merveilleuses ( en grec le mot fable c'est muqoV ,  mythos= mythe en français ). Et l'homme a besoin de merveilleux, comme il a besoin d'eau, d'oxygène,  de vin de Pessac-Léognan et d'histoires de cul.
Bien sûr j'entends déjà les remarques critiques:

- La religion c'est l'opium du peuple ! C'est depuis la nuit des temps l'auxiliaire du pouvoir politique, c'est l'exploitation du crétinisme humain.... 

                          VIVE LA RAISON ! A BAS LA CROYANCE !

Oui, je sais, on a entendu ça dans la bouche de Robespierre qui avait tenté d'instituer le "Culte de la Raison et de l'Être suprême " ....En même temps ce fut l'institution de "La Terreur" qui donna une si mauvais image de marque à la Première République française !
- Le fanatisme n'est donc pas que religieux !
- Non. Et ça te rassures ?  ...Pas moi.

Donc l'homme a besoin de belles histoires. Elles font même partie des fondements de chaque culture ( l'Iliade, l'Odyssée, toutes les mythologies du monde, la Bible...).
 Après ce que les gens font de ces belles histoires est très variable. Ou bien elles rendent l'humain plus humain, ou plus barbare et fanatique. C'est comme l'histoire de l'invention du marteau (Voir article "Diable !" du 11/02/2008 ) Alors faut-il développer une "religion positive"? ou une "laïcité positive"?


Il faut dire que toutes ces belles histoires, ces beaux contes, ces merveilleux mythes ont souvent un sens caché qui permet d'en faire des interprétations variées. Un croisé fanatique et un sage chrétien comme Saint Emilionc'est le premier exemple qui me vient ) se réfèrent aux mêmes textes.
Savez-vous que certains psychanalystes ont même découvert des connotations sexuelles dans des contes pour enfants ?
Vous ne me croyez pas ?
Alors lisez la suite.
Je vais vous raconter (en V.O. allemand ), un des contes les plus populaires:

         "DIE BEUDIT JAPERON ROUCH"

DAS IST EIN KLEINE HISTOIRE D'EINE BEUDIDE FRAULEIN KI Z'APPEL "DIE BEUDIT JAPERON ROUCH" BECAUZ EINE ZALOPERIE TE MANDEAU ROUCH MIT EIN KAPÜCH KE ZA MOUTHER LUI FAIT BORTER TOUT LE DEMPS !
 ( Zé ein Konte Allemande, Ja ? Fous zuivez ? )










Voila, c'est tout pour aujourd'hui. Désolé pour ceux qui connaissaient déjà " Die Beudit Japeron Rouch"; c'est une vieille histoire, mais je voulais aussi en faire profiter les nouveaux lecteurs.
Repost 0
Dominikos - dans ampelosophisme
13 février 2008 3 13 /02 /février /2008 13:19

Cynocoprologie(1)

 

Je dois commencer cet article en présentant mes excuses à mon ami Athanase. ( voir article "un être numineux" du 19 janvier ). En effet, je lui faisais remarquer que ..." moi, mon souci Athanase, c'est l'immortalité. J'écris pour dans dix mille ans !".

Or je ne suis pas certain que le sujet que je vais aborder aujourd'hui soit celui qui me fera entrer dans le panthéon des immortels, sur l'Olympe, car il pourrait sembler à priori un peu futile. Et pourtant, ne sont-ce pas les petits soucis quotidiens qui souvent nous empoisonnent ( j'allais dire "nous emmerdent" ) la vie?

J'ai été fort ému hier par l'appel téléphonique d'un ami qui m'a présenté le juste combat qu'il menait avec quelques dévoués compagnons, dans la prestigieuse ville de Bordeaux, inscrite depuis peu au partimoine mondial de l'UNESCO et actuellement en lice pour le concours de "Capitale Européenne de la Culture " contre l'envahissement des trottoirs par les cacas de chien ! Il ont fondé une association dont on peut trouver les coordonnées sur:

http://comiteanticacabx.free.fr/index.html

 J'ai immédiatement répondu: " Eric, il ne sera pas dit que les ampélosophistes resteront sourds à ton appel. Tu peux compter sur mon engagement total ainsi que sur celui d'Aristogènes, à tes côtés ! " Le temps de déboucher un "Côte de Baleau 1995" , et de lui faire honneur , nous étions, Aristogènes et moi,  au travail.

 Le constat.

D'où est partie la révolte d' Eric et de ses amis ? D'un simple constat. A moins d'être mal voyant, privé d'odorat, et de ne se déplacer sur les trottoirs bordelais qu'en chaise à porteur ( ce qui même dans notre chère ville très marquée par le XVIIIème siècle, est un mode de déplacement de plus en plus rare )  on ne peut pas, ne pas voir l'état lamentable de cette partie de la rue réservé à l'usage des péripatéticiens (  du verbe Peripatew = se promener  /    PeripaththV = Promeneur  ).

La révolte.

Devant l'ampleur du problème, la première réaction est celle de la révolte. Mais la révolte est souvent stérile. Elle permet de libérer le trop plein d'énergie de l'individu révolté sans pour autant changer quoi que ce soit aux causes du malaise.

- Ce n'est pas une révolte qui changera les choses, mais une révolution me dis-je.

Alors que pouvons nous proposer ? Et là Eric, tu vas voir que tu as frappé à la bonne porte. Ouvrons une deuxième bouteille de Château "Côte de Baleau" afin que le bon Saint Emilion nous vienne en aide.  

 

Les solutions.

Première proposition:  Puisque les trottoirs sont pollués, supprimons les trottoirs.

Oui, je sais la mesure est radicale,

mais elle est à l'échelle du problème à

résoudre. Ah, bien sûr les trottoirs

ont une vielle histoire dans

l'urbanisme européen.

 Déjà à Pompéi ...

D'accord, nous cherchons autre chose.

( Vraiment ce "Côte de Baleau" est excellent il faudra en faire le compliment à Sophie)

 

Deuxième proposition:  Etudions la composition  du caca de chien.

Constatation: le caca de chien contient de 66 à 68 % d'humidité. Si nous faisons ingérer à notre animal préféré un médicament qui absorbe l'humidité du caca, et qui recycle le liquide dans l'urine, le chien va chier de la poussière, puisqu'il va chier sec. Un simple coup de vent et le trottoir est nettoyé ! Génial non ?

Ah, bien sûr il y a les jours de pluie. La merde tombant dans une flaque d'eau se réhydrate comme du café soluble (2)  et reprend sa plastique molle et collante. L'argument est sérieux et cette solution est donc à rejeter.

Troisième proposition:  La coprophagie du chien.  ( Aristogènes, passe moi le tire bouchon !)

On trouve sur Internet http://www.dogstory.net/Coprophagie.htm

" Il arrive que le chien mange une partie de certaines selles et se roule dans le reste" et plus loin " Reste le problème du chien qui mange ses propres selles. Chez le chiot, ce phénomène est normal et ne doit pas inquiéter..."

La voilà la solution idéale ! Faire bouffer leur propre merde aux chiens ! Il suffit de les éduquer à conserver cette délicate pratique qu'ils ont spontanément à leur naissance. Le chien devient comme le four à Pyrolyse: autonettoyant !

Ah bien sûr la mémère qui a l'habitude de faire un petit bisou sur le museau de son chien au retour de la promenade devra ensuite se laver les dents au produit WC. Mais enfin, il faut savoir ce que l'on veut et s'en donner les moyens. On la veut cette ville propre oui ou non ?

Quatrième proposition. L'éducation.

( C'est une caisse de 6 ou de 12 bouteilles qu'elle avait apporté Sophie ? Six ? Merde, on risque d'être un peu justes pour aller au bout de notre réflexion. Parce que le "Côte de Baleau" à lui tout seul il inspire encore plus que les neuf Muses réunies ! )

Puisque dans le point précédent nous parlions d'éducation, il n'est pas interdit de penser que c'est dans ce secteur que nous pouvons trouver une solution au problème.

Education des chiens, mais bien sûr d'abord éducation des maîtres. Un tout petit peu plus de sens civique, ou simplement de "politesse" comme disait ma grand-mère qui était philosophe, suffirait comme dans bien des cas à améliorer l'état sanitaire et esthétique des rues de notre ville. Doit-on faire entrer le sens civique et la politesse à grand renfort de répression ? Qu'en pensent les politiques ?

Cinquième proposition: Solution politique.

 

 

 

La période précédant les élections municipales est sans nul doute la mieux choisie pour alerter les élus en place et les candidats au prochain mandat.  La réponse au signal donné par le "Comité anti-caca " ne se fait pas attendre. Les trottoirs de la ville sont en quelques jours envahis par les "moto crottes". Pour peu dans certains quartiers on se croirait à l'Enduro du Touquet ! Attention Mamie, bientôt si ça continue quand tu iras faire tes courses à l'épicerie du coin, tu ne risqueras plus de glisser sur une merde de chien mais il te faudra un casque et des protections de skate board pour te prémunir des fougueux ramasseurs de crottes ! D'ici à ce que tu regrettes les crottes de chien ...!

Conclusion: ( Désolé, on doit conclure, les six bouteilles de "Côte de Baleau" sont vides )

Et si, dans la cité de Montaigne, la sagesse et le bon sens en fin de compte l'emportaient?  Nom d'un chien !  

( T'as le numéro de Sophie à Saint Emilion ? Il faut lui passer commande.)

(1) On peut dire aussi "Cynoscatologie". ( Kuwn - Cyon - = chien en grec ancien  et  SkuloV - Skylos - en grec moderne ) 

(2) Non seulement l'image est heureuse sur le plan des propriétés physiques mais également de la couleur! Quel talent ce Dominikos !  Jacqueline de Romilly.

Repost 0
Dominikos - dans ampelosophisme
10 février 2008 7 10 /02 /février /2008 23:00

Diable !  Dieu existe !

Alors là les amis fini les plaisanteries du précédent article. Certains d'entre vous ont dit "ce test est ridicule" ce à quoi la Comtesse s'est empressée  de répondre "ce testicule ridé" juste histoire de rester dans l'esprit du symposium du 2 février.

Aujourd'hui nous allons aborder un sujet de fond de la philosophie et même d'une partie de la philosophie appelée "métaphysique" qui étudie "les principes de la réalité au delà de toute science particulière" , qui cherche à expliquer la nature ultime de l'être et du monde. 

Alors , arrêtez la musique, coupez votre portable et concentrez-vous.

Ma réflexion est partie d'une révélation , d'une Epiphanie  - ( Epijaneia ) Epiphaneia qui signifie « manifestation » ou « apparition » -(du verbe  phainôFainw « se manifester, apparaître, être évident » ).

Révélation de quoi ?

 

 

Révélation que le diable existe !

Oui, vous rigolez, vous vous dites que je vais encore essayer de vous conduire sur les méandres bourbeux des chemins escarpés et glissants de la pensée nébulo-pinardière ! Pas du tout. Suivez-donc mon raisonnement.

Prenons un peu de recul et observons l'histoire de l'humanité. Depuis le paléolithique, des milliers de nos ancêtres ont essayé d'améliorer les conditions de vie de leurs contemporains. Un exemple simple: l'invention du marteau outil de base de l'humanité depuis la nuit des temps.

Ce brave néandertalien dont l'histoire ( et même la préhistoire ) a oublié le nom, a droit, sans nul doute, au titre de "bienfaiteur de l'humanité". Gloire au marteau, symbole du travailleur des usines, du prolétaire courageux dont la sueur fertilise telle une fine pluie printanière, le compte en banque du patron, bourgeois adipeux dont il fait croître et fructifier le capital. (1)

Ce génial inventeur du marteau, à peine son prototype réalisé, vit son invention détournée à des fins maléfiques. Et ça, c'est certain, on en a des preuves archéologiques, mais croyez moi sur parole sinon, si je me lance dans l'archéologie, nous allons nous éloigner du sujet. Allez, tenez, juste un document pour vous expliquer.

 Et depuis ce temps là, chaque fois que quelqu'un a trouvé un procédé génial pour améliorer un peu la vie de son prochain, immédiatement un mauvais génie a surgi pour transformer ces perles fines de l'intelligence en excréments nauséabonds sortis du cloaque pestilentiel d'une connerie abyssale. (2)

Mais toutes les inventions bénéfiques ont-elles été détournées de leur fonction primitive ?

Oui, toutes ! Je ne prendrai que quelques exemples.

Après le marteau, la faucille, qui avant dêtre le symbole des travailleurs de la terre dont la sueur fertilise ...etc... a servi à couper des doigts et des têtes et qui installée à l'extrémité d'un long manche a fait une hallebarde populaire tout à fait efficace au cours des jacqueries et autres révoltes paysannes du Moyen Age, jusqu'à la Révolution de 1789 et à Jaquou le Croquant.

 

Autre exemple: la monnaie.

Au cours des millénaires obscurs du paléolithique, les échanges étaient rudimentaires. Le troc suffisait à satisfaire le paiement des maigres transactions. Il suffisait d'un simple accord de conversion des valeurs accepté par la petite communauté humaine.

Un coup de main au travail vaut trois coups de pied au cul.

Un cuissot de mammouth vaut 10 cuissages de ma loute.

Je te taille un silex, tu me tailles une ...fripe, par exemple. ( Petit vêtement en peau naturelle ) ...etc...

 Mais avec la "révolution néolithique" l'homme passe du stade de prédateur à celui de  producteur.  Les échanges se multiplient. Le troc n'est plus pratique, plus très ad hoc, c'est ça le hic. Quelque part dans le "Croissant fertile" un mec génial invente un moyen de paiement:

la monnaie.

D'abord il ne s'agit pas de pièces, mais d'objets facilement transportables tels que des coquillages, des petits lingots de métal, du sel ( qui servait à payer les légionnaires romains, d'où l'origine du mot "salaire") (3). Et puis vers le VIIème siècle av.JC à l'Est de la mer Egée, on invente les premières pièces frappées.

Alors cette invention qui devait au départ faciliter les échanges et accroître le bien être de tous, est immédiatement détournée de sa fonction primitive. Certains cherchent à s'emparer du maximum de monnaie possible, simplement parce que la richesse monétaire, est devenue une des clés du pouvoir. Celui qui accapare le sel devient un "saligot" (4 )

D'Aristophane dans "l'Assemblée des Femmes" ou "Ploutos", à Karl Marx et jusqu'à Arlette Laguiller les méfaits et le pouvoir de l'argent n'ont cessé dêtre dénoncés. ( Sauf par quelques filous qui parlent de "travailler plus pour gagner plus" et qui ne sont crus que le temps d'une élection; mais n'est-ce pas là l'essentiel ? )

Dernier exemple: l'énergie nucléaire. 

En 1896 Becquerel découvre la radioactivité naturelle. En 1898 Pierre et Marie Curie découvrent le radium et le polonium. En 1901 on assiste aux premières tentatives d'utilisation du radium à des fins thérapeutiques et en 1945, les américains lancent deux bombes atomiques sur Hiroshima et Nagasaki. ( Pour Hiroshima l'estimation récente donne de 90 000 à 140 000 morts sur le coup, sans compter les morts " à retardement " des blessures ou radiations subies lors de l'explosion )

1986 Explosion de la centrale de Tchernobyl.

 Arrêtons là ce triste bilan. Nous pourrions multiplier les exemples à l'infini. Que constatons nous ? Effectivement comme nous l'avons dit en introduction, à chaque invention bénéfique pour l'homme correspond un détournement de cette invention pour son malheur. Donc il existe quelque part une puissance créatrice du mal absolu. Et la puissance créatrice du mal absolu a un nom:

c'est le diable !

Mais si le diable existe alors qu'il est  la manifestation de l'inverse ( ou de l'opposé comme vous voulez on n'est pas en mathématiques ) du bien absolu, ,  il est nécéssaire ( ce mot étant employé au sens philosophique  - est nécessaire, ce qui ne peut pas ne pas être, ou ne peut pas être autrement -  ) que le bien absolu existe , ( relisez en sautant les parenthèses, c'est plus facile à comprendre ) car:

l'inverse de quelque chose qui n'existe pas ne peut pas exister !

En mathématiques, "a" désignant un réel non nul

                          l'opposé de a est -a

                          l'inverse de a est 1/a

Pour qu'il y ait un inverse ( ou un opposé )  de a, il faut bien entendu que a existe.

On peut même montrer que l'inverse de l'opposé est égal à l'opposé de l'inverse toujours si le nombre a est un réel non nul.

 L'opposé de a est -a

L'inverse de l'opposé de a est donc 1/-a

ou bien

L'inverse de a est 1/a

l'opposé de 1/a est -1/a

Et                1/-a = -1/a     Génial ! (5)

Donc l'inverse du mal absolu qui existe, étant le bien absolu, le bien absolu existe aussi. Et comme "le bien absolu" est la définition de Dieu,

DIEU EXISTE !

C'est pas une bonne nouvelle ça !

Et quand je pense que pendant des millénaires les philosophes se sont creusés la cervelle pour prouver l'exitence de Dieu !

Conclusion: La question de l'existence de Dieu n'est pas une question de foi, mais une question de logique comme aurait dit Rudolf Otto.  (6) ( Enfin, s'il ne l'a pas dit il a dû le penser très fort )

(1) Avec des phrases si finement ciselées, Dominikos aurait sa place sous la coupole du quai Conti. Jacqueline de Romilly.

(2) Je maintiens qu'il y a sa place ! Jacqueline de Romilly

(3) Ce Dominikos est une source inépuisable de savoir. A quand l'habit vert ? Jacqueline de Romilly

(4) A la réflexion, je me demande s'il n'est pas plus à l'aise en habit d'ostréiculteur ? J. de Romilly

(5) Cette dernière démonstration n'a aucun intérêt si ce n'est d'emmerder un peu les lecteurs nuls en mathématiques. Dominikos

(6) Voir article "Sacré bonhomme"   "Un être numineux".

Repost 0
Dominikos - dans ampelosophisme
1 février 2008 5 01 /02 /février /2008 23:00

KALWS ORISATE !

      ( Soyez les bienvenus )

Je me suis laissé dire qu'il y avait ici depuis quelques temps pas mal de nouveaux lecteurs. J'ai même eu écho des difficultés rencontrées par certains anciens ou nouveaux visiteurs, face à l'hermétisme de quelques concepts abordés dans mes articles. Je tiens donc à donner aujourd'hui quelques "éclaircissements", ( comme l'avait fait Michel Serres, collègue d'Aristogènes, après la publication de son ouvrage "Le Tiers Instruit" en 1991). Mais d'abord je souhaite la bienvenue à tous les nouveaux lecteurs qui de l'Aquitaine au Dodécanèse, du Groenland à la Terre Adélie, de la Californie au Kamchatka en passant par Claouey et le Cap-Ferret, découvrent, tel Christophe Colomb rentrant de voyage à l'improviste dans sa chambre où sa femme...( ...non,  ça c'est une autre histoire )  découvrent dis-je les paysages enchanteurs de ce nouveau continent qu'est l'ampélosophisme.

I - Comment aborder cette philosophie ?

 

Il vaut mieux également avoir lu le premier article du blog qui définit en quelques mots cette philosophie.

II -  Contrôle de connaissances.

Vous ne pensez quand même pas qu'on va vous laisser partir comme ça en exploration culturelle sans avoir vérifié vos bagages ! Les ampélosophistes sont conscients du danger que représente la pratique de cette philosophie pour les novices.

Tentez de répondre aux questions suivantes, et vérifiez vos connaissances avec les solutions données à la suite du questionnaire.

A) Culture générale .

1 - Quel est l'avantage du port de la feuille de vigne, sous vêtement ampélosophiste par excellence, par rapport au slip Athéna ?

  

 

 2 - Qui a dit: "Encore un effort, je sens qu'ça vient !"

a) Martin Luther au Pape  Léon X qu'il essayait de convertir aux thèses réformatrices.  

b) Jacques Martin à un candidat de "l'Ecole des Fans" qui avait oublié les paroles de sa chanson.

c) Martin Guillot à une parturiente dont la grossesse en était au 10ème mois

d) Yves Saint Martin, le jockey au 3314 victoires à l'oreille de son cheval au Prix d'Amérique en 1967.

3 - Avant de prendre la mer un véritable ampélosophiste vérifie s'il a bien à son bord:

a)  Son tire bouchon.

b) Ses fusées de détresse et ses brassières

c) Son guide Parker

d) Sa Bible.

B) Philosophie

4 - Qui a dit : " L'homme est la mesure de toutes choses"

 

a) Rocco Siffredi.

b) Protagoras.

c) Un gros cochon.

d) Le Corbusier, inventeur du "modulor".

5 - Le philosophe Aristoclès fils d'Ariston du dème de Kollytos est plus connu par son surnom. Quel était son surnom ?

  a) Socrate             b) Platon          c) Aristote       d) Diogène

 

 6 - Les "gymnosophistes" philosophes  indiens cités par Plutarque,  avaient la particularité d'enseigner:

a) Complètement bourrés.

b) A poil

c) Dans un bassin avec des poissons rouges.

d) En pratiquant des exercices de gymnastique

C) Le vin

7) " Le vin est chose merveilleusement appropriée à l'homme, si en santé comme en maladie, on l'administre avec à propos et juste mesure, suivant la constitution individuelle." Cette citation est de:

 

a) Hippocrate le célèbre médecin de l' île de Cos.                      

b) Un copain d'Hippocrate.

c) Le caviste d'Hippocrate.                     

d) La femme d'Hippocrate.

8 ) Le Savatiano est un cépage grec utilisé dans :

a) le "résiné".

b) Le Samos.

c) Le Picratos.

d) Le Néméa ou  "Sang d'Héraklès".

9) Il a été acheté en 1977 par un esthète de la vigne et du vin né en Grèce.  C'est le seul château du Médoc ayant été classé "Premier Grand Cru Classé" avec la note de 20/20 au classement de 1855. Il s'agit de: 

a) Château Latour.

b) Château Mouton Rothschild.

c) Château Margaux.

d) Château Baron Pichon-Longueville.

Réponses

1 - La  feuille de vigne ne porte jamais témoignage des émanations gazeuses consécutives (parfois) aux agapes trop chargées en produits féculents.

2 - Tous l'ont sûrement dit mais à coup sûr Martin Guillot, disciple de Socrate, qui pratique avec succès comme le philosophe athénien, la maïeutique depuis une trentaine d'années. C'est un ampélosophiste de la première heure.

3 - Ses fusées de détresse et ses brassières. Le fait d'être ampélosophiste n'implique pas la nécéssité de se conduire comme un crétin, bien au contraire.

 4 - Protagoras ( 485 - 420 ) Ami de Périclès, originaire d'Abdère comme Démocrite, et assez sceptique en ce qui concerne les dieux.  « Pour ce qui est des dieux, je ne peux savoir ni qu' ils sont ni qu' ils ne sont pas, ni quel est leur aspect. Beaucoup de choses empêchent de le savoir : d'abord l'absence d'indications à ce propos, ensuite la brièveté de la vie humaine ».

5 - C'est Platon dont le surnom qui lui a été donné dans sa jeunesse par son maître de gymnastique signifie "le large d'épaules" ( "le costaud" )

6 -  GumnoV = Gymnos = nu . Les gymnosophistes étaient sûrement des sortes de brahmanes indiens qui vivaient à poil. Chez les anciens Grecs la gymnastique se partiquait nu, d'où son nom. C'est pourquoi comme le fait si justement remarquer Jacqueline de Romilly dans son ouvrage " Mou deixe  o poutsoV sou ! " (que l'on a traduit en français assez appoximativement par "L'image du sacré dans le sport hellénique" ) on n'a jamais entendu un entraineur antique crier: "Allez les gars, il faut mouiller le maillot !" ( En grec moderne "à poil" c'est TsitsidoV - Tsitsidos).

7 - Je crois qu'il s'agit d'Hippocrate, mais vous pouvez vérifier.

8 - Le Savatiano est le cépage du résiné qui est un vin, généralement blanc ou parfois rosé, sans  grand arôme particulier. On y ajoute de la résine de pin d'Alep au moment de la fermentation. La résine stabilise le vin, qui ne s'améliore donc pas en vieillissant, et lui permet de résister à la chaleur. Elle est ensuite retirée, avec les lies, par soutirages.
Le meilleur "Retsina" ( retsina ) vient semble-t-il de l'Attique.

9 - Château Margaux  acheté en 1977 par André Mentzelopoulos ( 1915 - 1980 ) . Le bâtiment actuel construit en 1810 est l'oeuvre de l'architecte néo-classique Louis Combes ( 1754 - 1818 ) né à Podensac dans les Graves.

Bilan

 *** Si vous avez 7 bonnes réponses ou plus, il n'y a pas de doute vous êtes un ampélosophiste. 

** De 4 à 6 bonne réponses, vous suivez les pas de Dionysos. Kalo taxidi , ( Bon voyage ) c'est la bonne voie.

* 3 bonnes réponses ou moins: vous aller devoir travailler ou alors chercher une autre voie d'épanouissement spirituel ( Télé, football, sudoku, prêche à la palourde...à vous de voir).

 

III Eclaircissements.

 Bon, d'accord, je n'insiste pas, mais après ne venez pas vous plaindre que certains passages de mes textes sont trop difficiles!

Enfin, en ce qui concerne celui-ci au moins, il était vraiment "tout public" non ?

 

Dernière minute: On me fait remarquer à l'instant que " Mou deixe  o poutsoV sou ! " aurait été par erreur attribué à Jacqueline de Romilly. Il faut que je vérifie. Je vous tiendrai au courant de mes recherches .

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

Repost 0
Dominikos - dans ampelosophisme
28 janvier 2008 1 28 /01 /janvier /2008 20:37

Nous philosophons

ou 

nous filons au fond ? 

" Il faut souhaiter que philosopher soit la manière la plus naturelle de parler de l'homme, aux hommes." Cette citation est du philosophe danois Søren Aabye Kierkegaard, ( 1813 - 1855 ), à la pensée pas vraiment rigolote bien qu'il ait été parfois qualifié "d' humoriste". Il faut comprendre que son nom qui veut dire en danois "la ferme de l'église"   ("gaard" = la ferme, "kierke" = l'église ) est proche du mot " kirkegård qui signifie "le cimetière" ! Tout un programme. Est-ce pour cela qu'il publie en 1844 " Le concept d'angoisse" ? Toujours est-il que je n'aurais jamais dû commencer cet article en partant d'une pensée de Kierkegaard, car ce mec a un don certain pour plomber l'ambiance !

Voilà que le pessimisme me reprend ! Et pourtant je pensais à quelque chose de drôle !

Est-ce que je n'aurais pas comme le roi Midas, des oreilles d'âne (1) ? C'est la question que je me posais il y a quelques jours, un matin entre 8 et 9 heures,  dans ma voiture.

 J'avais  la radio branchée sur  "France Culture". Il était question des "caucus" démocrates en vue de la  prochaine élection présidentielle aux Etats-Unis. ( Caucus déjà évoqués dans l'article "Il faut boire" ). Les intervenants expliquaient que  Barack Obama en tant que noir, allait avoir pour lui un grand nombre de suffrages de la communauté noire alors qu'Hillary Clinton en tant que femme  recueillait le soutien de nombreuses femmes. Mais qu'en est-il donc des femmes noires se demande alors un intervenant.   Et voilà que chacun donne son avis sur le vote des femmes noires !

Là je me dis que je me suis gourré,  que je ne suis pas sur "France Culture", mais  sur " Rires et Chansons" où une bande de joyeux rigolards fait une parodie de "France Culture". Les Américains ne sont quand même pas si cons que ça ! Et s'ils étaient vraiment assez stupides pour déterminer leur vote en fonction de la couleur ou du sexe du candidat et non sur son programme politique, les journalistes de "France Culture" seraient les premiers à s'indigner d'une démocratie qui repose sur le suffrage de citoyens qui ont moins de raisonnement qu'une méduse centenaire atteinte de  la maladie l'Alzheimer.

Vérification faite, j'étais bien sur "France Culture" !

Nous tombons tellement bas que nous filons au fond  me dis-je trouvant par là le titre de ce modeste article.  

But it is not the end of the story !

Pas plus tard que this morning, I was dans ma bagnole again ! And the radio was on..."France Culture " of course ! And tout à coup the subject du jour revient sur les élections américaines par un chemin détourné. Voilà qu'un paléoanthropologue évoque la montée aux Etats-Unis des thèses créationnistes ( Dieu a créé l'homme et le monde tel qu'il sont aujourd'hui ) face aux thèses évolutionnistes ( "l'homme descend du singe" ou plutôt," "l'homme et le singe ont un ancêtre commun" ) présentée au milieu du XIXème siècle par Darwin, reprise et étayée depuis par l'essentiel de la communauté scientifique. D'où la question politique: comment un candidat à l'élection présidentielle, peut-il récupérer les voix des électeurs favorables à la thèse créationniste sans se couper des tenants des thèses scientifiques évolutionnistes ?

Et voilà t'y pas que le débat s'engage sur cette question fondamentale sans que personne ne l'interrompe en s'écriant:

" Oh, les intellos , STOP ! Ne coyez-vous pas que la question qui se pose est de savoir ce qu'est devenue la démocratie environ 27 siècles après Clisthènes ! " 

Le vieux Clisthènes ( le fondateur de la démocratie athénienne - 570 - 507 av JC-) quand il entend ça il doit se mordre les couilles !

Vous allez me dire qu' à son âge il n'a sans doute plus de dents alors ça ne va pas lui faire bien mal !

Oui, vous avez raison, depuis 27 siècles ses couilles sont sûrement plus sèches que de vieux raisins de Corinthe. Elles sont même tombée en poussière? Bon d'accord, mais c'était juste une image ! C'est fou quand même la faculté que vous avez de vous attacher spontanément aux détails et à laisser tomber le fond du problème !

 Lui, ( Clisthènes, vous avez déjà oublié ? ) qui croyait avoir trouvé un mode de gouvernement fondé sur la raison des citoyens et non sur la force du tyran ou la croyance dans le pouvoir divin du roi ou de l'empereur ! Un vrai gouvernement d'hommes civilisés qui se distiguait par là des gouvernements des "barbares"! Nom de Zeus, y'a de quoi se reconvertir en ostréiculteur, en montreur d'ours, en proxénète, en prof, enfin n'importe quoi sauf en philosophe philanthrope ( en grec = ami des hommes ) fondateur d'institutions politique !

« On aurait remarqué que la démocratie est la pire forme de gouvernement, à l'exception de toutes les autres éprouvées. » Winston Churchill.

Au mieux, la démocratie contemporaine est élitiste parce que promouvant du politicien professionnel. Cette race trop spécialisée semble avoir maîtrisé toutes les complexités du pouvoir civique et de l'opinion populaire. Les politiciens démocrates n'ont pourtant maîtrisé très peu au-delà des ruses électorales et de leur financement. ( Vous ne vous sentez pas visés Nicolas S. ou Bernard K. ? Ah bon, tant mieux parce que ce texte n'est pas de moi.)

La laocratie(1) exigerait une équité de base absolue quant aux individus, de l'émancipation personnelle, des sauvegardes compliquées contre l'exploitation, soit de l'intérieur du groupe, soit externe, et beaucoup plus de temps libre pour philosopher .( Là, c'est moi qui souligne, mais si Montesquieu ou J.J. Rousseau avaient lu cet article  ils auraient souligné aussi.) 

 Mark Mulligan.

(1) Laocratie = Du grec "laos" = le peuple: "pouvoir du peuple" ( voir l'article "L'air mythe" sur le sens du mot démocratie.)
                                                                                   

 http://peaceworld.freeservers.com/190LAOCRACYfr.htm

Ce qui distingue fondamentalement la démocratie contemporaine de la démocratie antique de Clisthènes c'est que notre notion de "peuple" a changé. Pour les anciens  Grecs, les femmes les enfants les étrangers ( métèques ) les esclaves, ne faisaient pas partie du "Peuple" tout au moins pas dans le sens du mot "démos". Ils faisaient partie du "laos" ou de l' "ochlos" . Seuls les membres du "démos" qui avaient accès à l'instruction et qui avaient le temps libre pour s'informer,  et une solide éducation civique fondée sur les devoirs des citoyens envers leur cité ( il est à remarquer que les textes anciens ne parlent pratiquement jamais des droits, mais des devoirs des citoyens ). Alors que dans les démocraties actuelles en assimilant la quasi totalité des membres de la société au "démos", et en crétinisant(2) la masse des individus, les classes ( ou "catégories sociales", si vous trouvez le mot "classe" trop marxiste) dominantes ont, comme le faisait remarquer  Jean Jacques Rousseau, pu conserver leur pouvoir sans risque.

- Alors il n'y a pas que les américains qui se font avoir par les politiciens au service de la classe dominante ?

- Mais non Ginette ! Bien sûr que chez nous aussi ça fonctionne pareil. Regarde moins d'un an après les élections présidentielles, la majorité des Français ne fait plus confiance à Sarkozy. Est-ce Sarkozy qui a changé ou les électeurs qui s'aperçoivent qu'ils n'ont pas élu le président de leurs rêves ? Est-ce que lors de la prochaine élection nous en aurons tiré la leçon? Bien sûr que non ! On va nous maintenir dans "le degré zéro de la réflexion" (emprunt à Roland Barthes qui ne m'en voudra pas )  jusque là et bien plus loin encore !

Le problème, c'est que t'as quelque chose de mieux que la démocratie ( au sens contemporain ) à proposer toi ? Moi non plus !

Clisthènes !

Réveille toi nom de Zeus !

Au secours ! Y'a urgence !

Ah! Bien sûr, si personne ne veut se coller au problème de l'organisation politique du monde contemporain, je vais m'y mettre moi ! Mais après ne venez par râler si c'est moi qui entre dans l'histoire et pas vous, les grands philosophes professionnels !

Et puis moi, vous croyez que je n'ai que ça à faire ? Tiens si vous voyiez mon emploi du temps, il est plus noirci de notes de rendez-vous, qu'un mur de pissotières de jardin public. D'ailleurs tant que j'y pense, c'est quand Gigi qu'on va visiter les deux châteaux de tes potes à La Brède ? (3)

  (1) Midas roi mythique de Phrygie ( Asie mineure ) est appelé pour être le juge d'un concours de musique entre Apollon qui joue de la lyre et le satyre Marsyas, joueur de flûte. Midas qui bien qu'ayant été élevé par Orphée a autant le sens de la musique, que la méduse d'Aristogènes a le sens de la philosophie. Donc ce couillon de Midas déclare le satyre Marsyas vainqueur et Apollon pour se venger lui colle des oreilles d'âne .

Alors bien sûr Midas se dit qu'il n'a pas l' air malin, surtout que cet amphoiré ( du mot "amphore" un amphoiré est quelqu'un de mis en amphore, forme ancienne de la "mise en boîte" )  d'Apollon ne lui a donné que les oreilles de l'âne mais pas la queue, ce qui aurait pu être une compensation avantageuse dans ses rapports avec les dames. Donc il cache ses obarasses ( "oreilles" en "patois bordelais ) sous des cheveux longs et un bonnet phrygien. Un jour un esclave en lui coupant les cheveux découvre les obarasses monstrueuses. Ne pouvant pas garder le secret pour lui, il creuse un trou et le confie à la terre. Il rebouche le trou, en pensant ainsi  enfermer le secret. Mais des roseaux poussent à l'endroit du trou et le vent qui les agite leur fait murmurer la pharse: "LE ROI MIDAS A DES OREILLES D'ÂNE" 

(2) Le mot est un peu violent ?

(3) A La Brède il n'y a pas que le château de Montesquieu à visiter.

Repost 0
Dominikos - dans ampelosophisme
19 janvier 2008 6 19 /01 /janvier /2008 13:58

Un être numineux.

- Tu devrais écrire quelque chose sur la mise à trois voies de la rocade de Bordeaux, alors qu'une partie reste à deux voies et sur les embouteillages qui vont en consécuter...

C'est pas français "consécuter" ?

Tant pis, j'invente ce verbe et j'en fais cadeau à la langue française ! Et en même temps je passe à la postérité.

C'est ce que j'expliquais à l'ami qui me demandait d'écrire sur la mise à trois voies de la rocade. Mon souci de la postérité.

Tu comprends Athanase, ... ( je l'appelle Athanase pour plus de discrétion parce que si je l'appelle Philippe on risque de le reconnaître ) ( et en plus Athanase, en grec, ça veut dire immortel, alors ça va bien avec ce que je veux expliquer par la suite ) , ... moi, mon souci Athanase, c'est l'immortalité. J'écris pour dans dix mille ans ! Mes sujets sont intemporels. Ils traversent les âges, les époques, les modes, ils surfent sur le temps, glissent sur l'éternité, avec la douceur d'une miction de prostatique sur la tôle inox d'une pissotière d'autoroute.

Alors si je me mets à parler de la rocade de Bordeaux, t'imagines l'intérêt du sujet dans dix mille ans ? Comment veux-tu que j'entre dans l'histoire de la pensée unverselle avec un sujet pareil ?

En fait, la question que je me pose est: le sentiment religieux, comme l'anthropologie, est-il ou non un sport dangereux? ( Donc rien à voir avec les trois voies de la rocade d'accord ? )

Remarquez que pour l'anthropologie, on a la réponse. ( Lisez les bouquins de Nigel Barley si ce n'est déjà fait, c'est un ampélosophiste anglais à l'humour " so british" ! )

Ce qui m'a fait me poser cette question c'est le discours de notre Président en Arabie.

«ce n'est pas le sentiment religieux qui est dangereux, c'est son utilisation à des fins politiques régressives au service d'une nouvelle barbarie»

"Ce n'est pas le sentiment religieux qui est dangereux". Mais voyons, le sentiment religieux est-il commun à tous les hommes ?

Ah! ça sûrement pas ! dirait sans doûte un ami qui "se croit" et se proclame athée.

Euh, c'est à dire que ...en ce qui me concerne...mais enfin je ne peux pas faire de mon cas une généralité...alors...il faut étudier la question, dit Aristogènes.

L'homme est-il un être numineux c'est à dire, a-t-il nécéssairement le sentiment d'être dépendant à l'égard d'une puissance supérieure ? ( Dieu ou Dieux ? )

Ah, oui, désolé, le mot "numineux" existe vraiment . Ce concept qui désigne " l'expérience affective du sacré" est proposé par Rudolf Otto ( 1860 - 1937 )  dans "Le Sacré" . Il  vient de "numen" qui est un esprit dans la religion romaine primitive.

Bon, et alors, si l'homme s'est toujours senti dominé par des puissances supérieures c'est qu'il est un peu mou de la coiffe, et s'il a inventé des religions, des rituels pour se mettre bien dans les petits papiers des Dieux, des prières, des cérémonies, des pélerinages, des sacrifices, des hosties, des circoncisions ( Aïe ! ), c'est bien que quelques dégourdis ont exploité sa crédulité et sa connerie à leur profit et sont devenus les dignitaires des différentes communautés, Eglises ou assemblées religieuses ( Ecclésia= assemblée en grec ) pour exploiter avec la caste des guerriers le pauvre travailleur naïf et transpirant abruti sous le fardeau de son labeur.

 

 

                Un  pour tous , tous pourris !

Maintenant je dis STOP !

Si j'ai écrit le paragraphe ci dessus illustré par Benoît de Rome et Bartholomeos de Constantinople, c'est juste pour montrer aux microcéphales que je suis capable comme tout le monde, d'écrire des conneries au ras des pâquerettes.

Affirmer que depuis le commencement de l'humanité l'homme est un con me semble relever bien davantage de la philosophie du "Café du Commerce", que de l'ampélosophisme. En 1972 Cavanna avait écrit "et le singe devint con" ouvrage dans lequel il développait avec humour l'idée ci-dessus.

En tant qu'ampélosophiste je suis donc "sophiste" et par là, adepte du syllogisme.

Je me souviens bien entendu du fameux exemple :

Tous les hommes sont mortels.

Socrate est un homme.

Donc Socrate est mortel.

Alors sur le même modèle je me dis:

Tous les hommes sont des cons.

Je suis un homme.

Donc...

Ah, non, merde ! Il doit y avoir une erreur quelque part !

Comme le fait que je sois un homme est peu discutable, l'erreur est dans la première proposition ( ou prémisse pour les puristes ): " Tous les hommes sont des cons."

Alors le "numineux" serait donc un sentiment plus ou moins inconscient commun à l'ensemble de l'humanité ? Karl Gustav Jung rattache le numineux aux formes symboliques constitutives de ce qu'il nomme l'inconscient collectif.

Ce sentiment à la base du religieux est-il exploitable à des fins d'asservissement de l'humanité ? Il y a des chances.

Les athées seraient-ils donc à l'abri de cette dépendance à l'irrationnel ? Seules les religions produisent-elles des phénomènes de crétinisation de masse ?

 

 Qu'il soit religieux ou non, le rituel est omniprésent dans les activités humaines. Qui peut affirmer après y avoir sérieusement réfléchi qu'il est étranger à toute forme de rituel, qu'il n'est pas un être "numineux" ?

 MOI !

 

Hé couillon, tu vois où ça mène de manger les huîtres avec la coquille !

Et puis ce terme de religion lui même, ne vient-il pas du latin "religare" ( = relier ) ?

La religion est donc fondamentalement un ensemble de pratiques, de rites, de croyances communes qui relient les hommes au divin et surtout qui

relient les hommes entre eux 

 

 Donc quand j'entends Nicolas Sarkozy dire:

«ce n'est pas le sentiment religieux qui est dangereux, c'est son utilisation à des fins politiques régressives au service d'une nouvelle barbarie»

pour une fois, il me semble que je suis assez d'accord avec cette affirmation. Le sentiment religieux, il est humain, donc pas plus dangereux qu'un autre sentiment comme par exemple l'amour. Combien de crimes sont commis au nom de l'amour ?

Ce qui est dangereux chez l'homme, nous l'avons souvent évoqué ici, c'est la connerie !

Ceci dit ne vous inquiétez pas mon rapport aux monothéismes reste encore assez réservé.

 Je reste profondément un adepte du polythéisme.



 

Repost 0
Dominikos - dans ampelosophisme
14 janvier 2008 1 14 /01 /janvier /2008 08:49

Parti et parties

Il y a quelques jours en lisant un ouvrage de Socrate sur la politique athénienne, je tombe sur la phrase: "L'homme d'action n'est pas un homme de parti, mais de parties".

Quoi ? Socrate n'a écrit aucun livre ? T'es sûr ? Ah bon, alors c'était peut être en lisant un vieux San-Antonio. Bref, tout à coup deux images me viennent à l'esprit.

L'homme de parti... il faut nous adapter à l'économie de marché donc au libéralisme, nous n'avons pas le choix...et puis je suis le chef du parti, alors je vous suis !

 

 

 

 

 

 

 

 

...et l'homme de parties.

"Yo soy el maestro !"

Ce qui a attiré mon attention c'est d'abord l'expression "homme d'action" . ( On peut aussi dire "femme d'action" sauf que dans ce cas l'image de "femme de parties" est plus discutable ) (encore que la femme d'action puisse aussi en avoir une belle paire )

La femme d'action:

En fait, homme ou femme, peu importe, ce qui me préoccupe c'est la notion d'action. Combien de fois ai-je entendu dire par des politiques, des enseignants, des journalistes, des retraités.....en un mot, des citoyens, devant une question touchant soit leur propre activité, soit le monde contemporain ( l'echec scolaire, la discipline dans les établissements... la marginalisation d'une partie de la population, la montée des inégalités sociales à l'échelle nationale et à l'échelle planétaire, ...les grands problèmes écologiques...la politique...) , " on ne peut rien faire ! "

Serions nous devenus des "Jacques le fataliste" ? "Tout ce qui nous arrive de bien ou de mal ici bas est écrit là haut."

 Mais où sont donc passées les "Lumières" dont Kant nous parlait si bien en 1784 ?

Qu'est-ce que les Lumières ? La sortie de l'homme de sa minorité dont il est lui-même responsable. Minorité, c'est-à-dire incapacité de se servir de son entendement (pouvoir de penser) sans la direction d'autrui, minorité dont il est lui-même responsable (faute) puisque la cause en réside non dans un défaut de l'entendement mais dans un manque de décision et de courage de s'en servir sans la direction d'autrui. Sapere aude ! (Ose penser) Aie le courage de te servir de ton propre entendement. Voilà la devise des Lumières.

Paresse et lâcheté sont les causes qui font qu'un si grand nombre d'hommes...restent sans un état de tutelle et qui font qu'il est si facile à d'autres de se poser comme leurs tuteurs.

Heureusement , il n'y a pas que les toréros qui en ont une belle paire et qui en même temps doivent faire fonctionner leur "entendement" ( oui je sais la corrida est un spectacle sanglant je l'avais remarqué aussi, mais cela est une autre sujet ) . Voilà une info qui date du 13 janvier 2008.

RAMALLAH, Cisjordanie (Reuters) - À titre d'exemple et pour servir la cause de la paix au Proche-Orient, le pianiste et chef d'orchestre israélien Daniel Barenboïm a acquis la nationalité palestinienne.

il se bat depuis des années pour favoriser les échanges entre jeunes musiciens arabes et israéliens.

"J'ai aussi accepté l'offre parce que je crois que les destinées (...) du peuple israélien et du peuple palestinien sont inextricablement liées", a-t-il expliqué. "Nous avons le bonheur - ou le malheur - de vivre ensemble. Je préfère croire le premier au second".

Il a ajouté: "Le fait qu'un ressortissant israélien puisse recevoir un passeport palestinien peut être vu comme le signe que c'est possible dans les faits".

C'est possible ! Merci Monsieur Barenboïm ! Enfin quelqu'un qui montre qu'il y a des choses possibles à faire pour peu que l'on ait un minimum de courage et de convictions.

"Ce n'est pas parce que c'est difficile que l'on ose pas, mais parce que l'on ose pas que c'est difficile" ( Luis Ansa ) .

Monsieur Barenboïm, je soupçonne le rabbin qui a officié pendant votre Brith Milah ( nom hébreu de la circoncision ) de s'être écrié :

 "Oh la belle paire !"

 en découvrant vos génitoires de nourisson déjà prometteuses. 

Sûr que vous pouviez être matador ou chef d'orchestre, mais pas jockey ou coureur cycliste! Votre anatomie ne s'y prêtait pas.


Remarquez qu'en vérité, cette histoire de courage proportionnel à la grosseur des couilles moi , j' y crois pas trop. 


D'ailleurs comme l'a écrit si bien Saint Augustin ( ou Saint Antoine, ou San-Antonio )dans 
" Dégustez gourmandes" ( Editions "Fleuve Noir " 1985 )

"Quand tu te penches sur la rivière et que tu te vois deux paires de couilles, n'en tire pas un orgueil trop hâtif, cela signifie simplement que tu es en train de te faire sodomiser."

Remarquez que si une partie de la population considère "qu'on ne peut rien faire" on a depuis le mois de mai à la tête de l'Etat un Président qui lui au moins pense qu'il peut tout faire. Enfin, il le pense ou du moins il le dit, ou cherche à nous le faire croire. Le problème c'est que depuis qu'il est au pouvoir, il fait " la moitié comme il veut et le reste à sa façon" comme dit un  copain  ostréicolosophiste. Même les membres de son gouvernement semblent parfois avoir du mal à le suivre! . Il est épuisant. ( cf. l'article Spéculum  "Voir le fond des choses" ). Je me demande s'il en a une grosse paire ? Non, je ne crois pas car ça le gênerait pour courir.  

On parle de la politique de Sarkozy ? Non hein ? Ce n'est pas la peine ? Et si après les bourses on parlait un peu de la Bourse, on resterait dans le sujet non ?

PARIS (AFP le 12/01/08) ? La Bourse de Paris, toujours pénalisée par les incertitudes sur l'ampleur et le calendrier du ralentissement économique américain, scrutera la semaine prochaine une première salve de publications d'entreprises, avant-goût de la saison des résultats annuels .
Même la Bourse se dégonfle ! .

Quand je pense qu'Aristote disait que "le citoyen est celui qui est capable de gouverner et d'être gouverné" il serait bien étonné de voir dans nos démocraties contemporaines que beaucoup de citoyens pensent " qu'on ne peut rien faire" et s'en arrangent. Est-ce uniquement une histoire de couilles? Je crains que le mal ne soit plus profond.

Enfin, heureusement qu'il reste encore la conscience de quelques ampélosophistes pour éclairer l'humanité avec un peu d'humour car comme l'a dit Démocrite " La conscience a été donnée à l'homme pour transformer la tragédie de la vie en une comédie".

Repost 0
Dominikos - dans ampelosophisme
11 janvier 2008 5 11 /01 /janvier /2008 06:04

SYMPOSIUM

     A intervalle (plus ou moins) régulier  les ampélosophistes se réunissent afin de débattre sur les grandes questions philosophiques qui de tout temps ont mis en branle les neurones vigoureux des intellectuels qui d'Héraclite à Aristogènes sont l'honneur de l'humanité pensante.

Aucun sujet n'échappe à la réflexion de ces humanistes (Homo sum, et humani nihil...voir article précédent ).

Parmi les sujets abordés dans ces réunions, on peut citer:

"Vénerie et chasses traditionnelles d'Artémis à Jacob Delafon"

"Le sens et l'essence à travers bois, ou sur les pas de Laurent le Magnifique "

"De la graine à la plante, ou La Roquebrou symbole du syncrétisme boogie-woogie fromager ?"

"La dégustation oenologique en croix nous rapproche-t-elle de Dieu ? "

 

Remarque: La dégustation en croix est fortement déconseillée aux débutants. Elle demande pour être menée à bien de longues années d'entraînement tant physique que spirituel, et un haut degré d'initiation à l'ampélosophisme.  

Alors, pourquoi appeler ces rencontres "symposium" ?

Le dictionnaire nous dit qu'un symposium est "une réunion de personnes destinée à l'échange des idées et à la communication de travaux accomplis sur une question".

Colloque ou séminaire ou simplement débat sembleraient bien pouvoir également qualifier ces réunions savantes. L'étymologie du mot symposium nous éclaire.

Sumposia   (Symposia)  action de boire ensemble, de se régaler ensemble

 Sumposion  (Syposion)   Banquet, festin ( Le titre grec du « Banquet »  de Platon est « Sumposion » )

 SumpothV    (Sympotis  ou Sympotès pour les adeptes de la prononciation érasmienne)  Celui qui boit avec d'autres, convive.

 Inutile de vous en dire plus ?

Le sujet du prochain symposium (dont la date a un peu de mal à être fixée cette année suite aux obligations diverses des sympotes ) est:

"Contribution à l'étude des relations entre l'ondulation des orins dans le fond du Bassin et l'ondulation des bassins dans le fond des caves du Haut-Rhin".

(Le "Bassin" étant bien entendu le Bassin d'Arcachon. )

Et les orins ?  qu'est-ce que c'est ?

"Les orins servent de liaison entre les bouées et les extrémités de la ligne-mère ou, dans le cas des lignes calées, entre les bouées et les ancres ou autres mouillages". 
Les orins les plus communs dans le Bassin d'Arcachon sont:

Mais j'entends d'ici vos remarques !

Les caves du Haut-Rhin c'est le Riesling le Sylvaner, le Pinot Gris, le Pinot Noir, le Pinot Blanc, le Gewurtztraminer..., le Bassin c'est les huîtres, les fruits de mer, les poissons qui vont bien avec les vins d'Alsace. Donc leur histoire de symposium n'est qu'un vulgaire prétexte à faire quelques agapes bien arrosées sous couvert de réunion philosophique ! Ah, c'est sûr qu'ils le prennent au sens étymologique le symposium !

Alors là je ne vous répondrai qu'une chose. Regardez moi bien droit dans les yeux. Vous y êtes? Alors je vais vous dire la vraie vérité, là entre nous , les yeux dans les yeux. Vous nous prenez donc pour une bande de joyeux fêtards ? Eh bien vous avez raison !
Enfin, vous avez ...en partie raison. Car vous pensez que le sujet du symposium n'a pas d'autre sens que celui de mettre en relation les vins d'Alsace et les produits du Bassin ? Et pourtant, si derrière cette question à priori absurde, se cachait la question fondamentale. Ne vivons-nous pas dans un univers dans lequel toutes les choses sont liées?

Quel est le poète qui a dit: "Qui oserait prétendre que le parfum de l'aubépine est indifférent aux étoiles ?" ou quelque chose comme ça, je ne me souviens plus exactement, j'ai entendu cette phrase citée il y a longtemps par Théodore Monod. ( Il me semble que c'est de Victor Hugo ? )

Un des grands maux de notre époque ne serait-il pas que l'homme contemporain a perdu le sens du lien entre les choses ? N'y a t-il plus que les poètes pour nous le rappeler?

La nature est un temple où de vivants piliers
Laissent parfois sortir de confuses paroles;
L'homme y passe à travers des forêts de symboles
Qui l'observent avec des regards familiers.

Comme de longs échos qui de loin se confondent
Dans une ténébreuse et profonde unité,
Vaste comme la nuit et comme la clarté,
Les parfums, les couleurs et les sons se répondent.

Et Baudelaire? C'était un ampélosophiste celui là, même s'il ne le savait pas lui même !

Terminer sur du Baudelaire vous trouvez ça un peu sérieux ?  Alors d'accord, je vous livre un tout petit poème d' Aristogènes. Il a pour titre: " La voleuse"

 

La voleuse napolitaine

Traîne

Près du port de Santa Lucia.

Elle a volé une Vespa.

Elle s'arrête rue Sanfelice*.

Alors sur elle un homme pisse.

Moralité

 Normal, elle a fait la Vespa sienne.

( *Sanfelice : A prononcer à la française: Sanfélisse )

Je sais, c'est nul, mais ça détend.

Je vous signale, si vous ne la connaissez pas déjà, cette très jolie édition du "Banquet" de Platon illustrée .

 

Un autre dessin de Joann Sfar



 

 

 

Repost 0
Dominikos - dans ampelosophisme
4 janvier 2008 5 04 /01 /janvier /2008 17:00

NUNC EST BIBENDUM

La citation latine complète est :

"Nunc est bibendum, nunc pede libero

Pulsanda tellus"

Pourquoi commencer ce premier article de l'année 2008 par une citation latine ? L'ampélosophisme serait-il en train de renier ses racines grecques ? Alors là vous n'y êtes pas du tout !

"Homo sum, et humani nihil a me alienum puto."

Donc vous voyez bien que je n'abandonne pas la culture hellénique, d'ailleurs la culture latine est en grande partie héritière de la Grèce. Bon, alors SVP, ne me posez plus de questions stupides et laissez moi continuer.

Remarquez que je ne sais pas si je suis vraiment en état de continuer.

 

 Qu'est-ce qui me met dans cet état ? Vous avez vu l'actualité ?

 - L'assasinat de Benazir Bhutto

 - Le pétrole à 100 dollars le baril.

 - Les otages des FARC toujours pas libérés.

 - Carla Bruni est toujours avec Sarkozy.

 - Annulation du Rallye Paris-Dakar. "Un drame pour l'Afrique" nous dit-on à la télé. ( Par contre on ne nous parle pas des APE qui risquent d'accroître encore plus la misère en Afrique) http://reseaudesbahuts.lautre.net/article.php3?id_article=178

 - Mon copain Yiorgos complètement réfractaire à mes tentatives d'initiation à la philosophie...

...et quand je dis réfractaire, c'est réfractaire !

Et moi qui voulais simplement vous souhaiter une

bonne et heureuse année

Vous croyez que j'ai le moral, vous croyez que j'ai l'air d'y croire moi même à mes voeux ?

Tiens, dans le coup, je suis tellement perturbé que je m'aperçois que je ne vous ai même pas traduit les citations latines ! ( car je dois bien avouer à Jacques et Cathie que certains de mes lecteurs ne comprennent ni le grec, ni le latin !  Oui je suis d'accord, c'est une honte, mais que voulez- vous, c'est comme ça ! )

Donc première citation: Nunc est bibendum : Mais non, ce n'est pas une histoire de pneu Michelin ! La traduction est:  Maintenant il faut boire.

Nunc pede libero pulsanda tellus : ça n'a rien à voir non plus avec une une quelconque relation homosexuelle entre hommes libérés, mais ça veut seulement dire :  Maintenant il faut frapper la terre d'un pied léger. C'est tiré de vers du poète latin Horace composés après la bataille d'Actium. ( voir le film "Cléopatre" de 1963 avec Elisabeth Taylor )

Et la deuxième citation est du poète latin Térence. On la traduit par: Je suis homme est rien de ce qui est humain ne m'est étranger. Le latin ne peut pas être étranger à un  ampélosophiste humaniste.

Donc nous revoilà au point de départ. Nunc est bibendum ! Il faut boire ! Il faut boire pour oublier.

Mais si j'oublie de vous souhaiter une bonne année, je vous connais, vous allez me faire la gueule et moi je vais culpabiliser !

Donc cherchons des raisons de nous réjouir .

Nadir Belhadj signe à Lens . C'est pas une chouette nouvelle ça ? Voila une information qui me met en joie depuis que je l'ai trouvée sur Internet. Enfin ce brave garçon dont j'ignorais l'existence il y a encore une minute et qui est un joueur de foot de Lyon se plaignait de ne pas assez jouer. ( C'est sûrement pour ça que je ne le connaissais pas ) ( ou peut-être parce que je ne regarde pas le foot à la télé. ) Bref, il signe à Lens. Et s'il signe à Lens ça prouve déjà qu'il sait signer. Donc, pas con le mec ! Bonne chance mon gars !

Le sénateur Barack Obama a remporté les caucus Républicains dans l'Iowa.

Alors là c'est superbe ! Un mec qui a un prénom qui à la sonorité de "CASERNE" en anglais ( Barracks ) qui remporte les caucus de l'Iowa !

Les caucus pour Obama, les caucus pour Obama...     Les caucus sont les futurs électeurs !

Ah non, ce n'est pas une blague !   Je vous précise ( enfin, je précise aux mal comprenants )  que les caucus sont aux Etats-Unis, des rassemblements de militants d'un même parti politique. Les caucus Démocrates de l'Iowa sont donc le premier rassemblement de militants qui a pour fonction de désigner le candidat du parti à l'élection présidentielle.  Donc les caucus sont bien les futurs électeurs !!!

C'est pas drôle ? Tant pis !

 Dubet entarté ! 

Alors là François tu m'épates ! Tu es victime d'un attentat pâtissier en plein cours dans un amphi de la vénérable fac de la place de la Victoire à Bordeaux ! Comme BHL !  Dis, tu te souviens des batailles à coup de poissons séchés et de fromages coulants une certaine nuit du 10 au 11 novembre 1988 dans la rue en bas de chez toi ? C'était prémonitoire ? Allez, dis moi, juste à moi , entre nous, tu l'as organisé toi même cet attentat pour entrer dans le club très fermé des entartés ? T'en fais pas je ne dirai rien. Si tu pouvais me monter un petit entartage d'Aristogènes, juste histoire qu'on parle un peu plus de lui. Tu donnes mon adresse à tes potes et ils font le coup un samedi après-midi de préférence pour qu'il y ait plus de spectateurs, quand le philosophe se promène rue Sainte Catherine ou devant le Grand Théâtre, ou mieux encore dans la librairie Mollat ! Oui, chez Mollat ça serait top !

Bon, et puis si ce n'est pas toi qui l'a organisé alors là chapeau ! C'est presque aussi chouette que d' être enterré au Panthéon de son vivant ! Je te le dis , Jacques N. grand lecteur de ce blog et professeur à la Sorbonne doit être jaloux. Je vais être obligé de l'entarter moi même pour lui remonter le moral !

Voilà ce que j'ai trouvé pour l'instant comme infos susceptibles de nous illuminer un peu ce début d'année, mais je sens que d'ici peu, sans nul doute, nous allons en trouver d'autres.

Alors courage pour affronter 2008, ...car dans un an il nous faudra affronter 2009.

Et puis tant que nous aurons du bon vin, la situation ne sera jamais désespérée.

Repost 0
Dominikos - dans ampelosophisme

Articles Récents

Liens