Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

7 juillet 2017 5 07 /07 /juillet /2017 14:42

L'aigrette et le vieux ponton.

Fable
Fable

L'aigrette et le vieux ponton. 

 

Vous connaissez le vieux ponton

Sur la plage de l'Herbe en allant au Canon. 

Un bateau échoué, et un lieu de mémoire

Fabuleux raconteur d'histoires. 

 

Il a le flanc tourné vers le soleil levant,

Et depuis bien plus de cent ans,

La première lumière de chaque nouveau jour

Vient lui parler d'espoir, et de joie, et d'amour. 

 

Ainsi au fil du temps, le vieux ponton raconte,

A qui veut l'écouter, des souvenirs, des contes,

Des fables, des histoires, vécues ou inventées,

Peut-être des salades, mais ça Dieu seul le sait. 

 

Comme celle du jour où, un peu fatiguée, 

Une aigrette, discrète, vint chez lui s'installer. 

Elle lui décrivit, dit-il, ses longs voyages,

Le monde vu du ciel, la vie dans les nuages. 

 

Et quand le soir venu, le ponton nous raconte,

Ses histoires vécues, ses mémoires, ses contes,

Nous nous disons parfois, "Tout ça c'est des sornettes,

"Des salades qu'il sert avec la vie d'aigrette !"

Fable
J'en rajoute une petite couche pour les quelques lecteurs un peu ramollis du bulbe par la canicule.

J'en rajoute une petite couche pour les quelques lecteurs un peu ramollis du bulbe par la canicule.

Pour tenter d'élever un peu le niveau de cet article (et là, ce n'est vraiment pas difficile !) je vous signale un petit texte de Jean Giono qui jusque là m'avait échappé. Je connaissais "Refus d'obéissance" depuis l'adolescence, mais heureusement que mon adolescence s'est prolongée jusqu'à ce jour pour que je découvre "Lettre aux paysans sur la pauvreté et la paix"

 

Fable

Extrait

" Car [...la révolution individuelle...] est la grande révolution. Et vous pouvez y employer sans remords tous vos désirs de violence et de cruauté. Ils sont ici légitimes; ils n'ont à s'exercer que contre vous-mêmes. C'est la grande révolution de la noblesse et de l'honneur. Vous seuls en êtes encore capables. D'abord parce que vous êtes restés des hommes purs malgré l'état d'esclavage dans lequel la monnaie essaie de vous retenir et aussi parce que votre travail est le seul qui puisse se libérer avec aisance des sujétions sociales. Il n'est pas possible qu'un ouvrier des temps modernes puisse se libérer du social; le social le nourrit. Vous, vous pouvez vous libérer aisément du social parce que vous êtes les maîtres de votre nourriture et de la nourriture de tous les hommes. Votre libération entraînera la libération de tous."

 

Fable

Ce texte de 1938 s'adressait à une France dont les paysans représentaient un tiers des actifs (un peu plus de 3% actuellement) 

Ce texte est une utopie ? Sans aucun doute. 

Mais je me dis parfois qu'heureusement qu'il nous reste les utopistes ... les poètes, les artistes, les conteurs,  pour illuminer un peu notre quotidien. 

 

Correspondance: aristogenes@aliceadsl.fr

Partager cet article

Repost 0
Dominikos

Articles Récents

Liens