Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

10 février 2008 7 10 /02 /février /2008 23:00

Diable !  Dieu existe !

Alors là les amis fini les plaisanteries du précédent article. Certains d'entre vous ont dit "ce test est ridicule" ce à quoi la Comtesse s'est empressée  de répondre "ce testicule ridé" juste histoire de rester dans l'esprit du symposium du 2 février.

Aujourd'hui nous allons aborder un sujet de fond de la philosophie et même d'une partie de la philosophie appelée "métaphysique" qui étudie "les principes de la réalité au delà de toute science particulière" , qui cherche à expliquer la nature ultime de l'être et du monde. 

Alors , arrêtez la musique, coupez votre portable et concentrez-vous.

Ma réflexion est partie d'une révélation , d'une Epiphanie  - ( Epijaneia ) Epiphaneia qui signifie « manifestation » ou « apparition » -(du verbe  phainôFainw « se manifester, apparaître, être évident » ).

Révélation de quoi ?

 

 

Révélation que le diable existe !

Oui, vous rigolez, vous vous dites que je vais encore essayer de vous conduire sur les méandres bourbeux des chemins escarpés et glissants de la pensée nébulo-pinardière ! Pas du tout. Suivez-donc mon raisonnement.

Prenons un peu de recul et observons l'histoire de l'humanité. Depuis le paléolithique, des milliers de nos ancêtres ont essayé d'améliorer les conditions de vie de leurs contemporains. Un exemple simple: l'invention du marteau outil de base de l'humanité depuis la nuit des temps.

Ce brave néandertalien dont l'histoire ( et même la préhistoire ) a oublié le nom, a droit, sans nul doute, au titre de "bienfaiteur de l'humanité". Gloire au marteau, symbole du travailleur des usines, du prolétaire courageux dont la sueur fertilise telle une fine pluie printanière, le compte en banque du patron, bourgeois adipeux dont il fait croître et fructifier le capital. (1)

Ce génial inventeur du marteau, à peine son prototype réalisé, vit son invention détournée à des fins maléfiques. Et ça, c'est certain, on en a des preuves archéologiques, mais croyez moi sur parole sinon, si je me lance dans l'archéologie, nous allons nous éloigner du sujet. Allez, tenez, juste un document pour vous expliquer.

 Et depuis ce temps là, chaque fois que quelqu'un a trouvé un procédé génial pour améliorer un peu la vie de son prochain, immédiatement un mauvais génie a surgi pour transformer ces perles fines de l'intelligence en excréments nauséabonds sortis du cloaque pestilentiel d'une connerie abyssale. (2)

Mais toutes les inventions bénéfiques ont-elles été détournées de leur fonction primitive ?

Oui, toutes ! Je ne prendrai que quelques exemples.

Après le marteau, la faucille, qui avant dêtre le symbole des travailleurs de la terre dont la sueur fertilise ...etc... a servi à couper des doigts et des têtes et qui installée à l'extrémité d'un long manche a fait une hallebarde populaire tout à fait efficace au cours des jacqueries et autres révoltes paysannes du Moyen Age, jusqu'à la Révolution de 1789 et à Jaquou le Croquant.

 

Autre exemple: la monnaie.

Au cours des millénaires obscurs du paléolithique, les échanges étaient rudimentaires. Le troc suffisait à satisfaire le paiement des maigres transactions. Il suffisait d'un simple accord de conversion des valeurs accepté par la petite communauté humaine.

Un coup de main au travail vaut trois coups de pied au cul.

Un cuissot de mammouth vaut 10 cuissages de ma loute.

Je te taille un silex, tu me tailles une ...fripe, par exemple. ( Petit vêtement en peau naturelle ) ...etc...

 Mais avec la "révolution néolithique" l'homme passe du stade de prédateur à celui de  producteur.  Les échanges se multiplient. Le troc n'est plus pratique, plus très ad hoc, c'est ça le hic. Quelque part dans le "Croissant fertile" un mec génial invente un moyen de paiement:

la monnaie.

D'abord il ne s'agit pas de pièces, mais d'objets facilement transportables tels que des coquillages, des petits lingots de métal, du sel ( qui servait à payer les légionnaires romains, d'où l'origine du mot "salaire") (3). Et puis vers le VIIème siècle av.JC à l'Est de la mer Egée, on invente les premières pièces frappées.

Alors cette invention qui devait au départ faciliter les échanges et accroître le bien être de tous, est immédiatement détournée de sa fonction primitive. Certains cherchent à s'emparer du maximum de monnaie possible, simplement parce que la richesse monétaire, est devenue une des clés du pouvoir. Celui qui accapare le sel devient un "saligot" (4 )

D'Aristophane dans "l'Assemblée des Femmes" ou "Ploutos", à Karl Marx et jusqu'à Arlette Laguiller les méfaits et le pouvoir de l'argent n'ont cessé dêtre dénoncés. ( Sauf par quelques filous qui parlent de "travailler plus pour gagner plus" et qui ne sont crus que le temps d'une élection; mais n'est-ce pas là l'essentiel ? )

Dernier exemple: l'énergie nucléaire. 

En 1896 Becquerel découvre la radioactivité naturelle. En 1898 Pierre et Marie Curie découvrent le radium et le polonium. En 1901 on assiste aux premières tentatives d'utilisation du radium à des fins thérapeutiques et en 1945, les américains lancent deux bombes atomiques sur Hiroshima et Nagasaki. ( Pour Hiroshima l'estimation récente donne de 90 000 à 140 000 morts sur le coup, sans compter les morts " à retardement " des blessures ou radiations subies lors de l'explosion )

1986 Explosion de la centrale de Tchernobyl.

 Arrêtons là ce triste bilan. Nous pourrions multiplier les exemples à l'infini. Que constatons nous ? Effectivement comme nous l'avons dit en introduction, à chaque invention bénéfique pour l'homme correspond un détournement de cette invention pour son malheur. Donc il existe quelque part une puissance créatrice du mal absolu. Et la puissance créatrice du mal absolu a un nom:

c'est le diable !

Mais si le diable existe alors qu'il est  la manifestation de l'inverse ( ou de l'opposé comme vous voulez on n'est pas en mathématiques ) du bien absolu, ,  il est nécéssaire ( ce mot étant employé au sens philosophique  - est nécessaire, ce qui ne peut pas ne pas être, ou ne peut pas être autrement -  ) que le bien absolu existe , ( relisez en sautant les parenthèses, c'est plus facile à comprendre ) car:

l'inverse de quelque chose qui n'existe pas ne peut pas exister !

En mathématiques, "a" désignant un réel non nul

                          l'opposé de a est -a

                          l'inverse de a est 1/a

Pour qu'il y ait un inverse ( ou un opposé )  de a, il faut bien entendu que a existe.

On peut même montrer que l'inverse de l'opposé est égal à l'opposé de l'inverse toujours si le nombre a est un réel non nul.

 L'opposé de a est -a

L'inverse de l'opposé de a est donc 1/-a

ou bien

L'inverse de a est 1/a

l'opposé de 1/a est -1/a

Et                1/-a = -1/a     Génial ! (5)

Donc l'inverse du mal absolu qui existe, étant le bien absolu, le bien absolu existe aussi. Et comme "le bien absolu" est la définition de Dieu,

DIEU EXISTE !

C'est pas une bonne nouvelle ça !

Et quand je pense que pendant des millénaires les philosophes se sont creusés la cervelle pour prouver l'exitence de Dieu !

Conclusion: La question de l'existence de Dieu n'est pas une question de foi, mais une question de logique comme aurait dit Rudolf Otto.  (6) ( Enfin, s'il ne l'a pas dit il a dû le penser très fort )

(1) Avec des phrases si finement ciselées, Dominikos aurait sa place sous la coupole du quai Conti. Jacqueline de Romilly.

(2) Je maintiens qu'il y a sa place ! Jacqueline de Romilly

(3) Ce Dominikos est une source inépuisable de savoir. A quand l'habit vert ? Jacqueline de Romilly

(4) A la réflexion, je me demande s'il n'est pas plus à l'aise en habit d'ostréiculteur ? J. de Romilly

(5) Cette dernière démonstration n'a aucun intérêt si ce n'est d'emmerder un peu les lecteurs nuls en mathématiques. Dominikos

(6) Voir article "Sacré bonhomme"   "Un être numineux".

Partager cet article

Repost 0
Dominikos - dans ampelosophisme

Articles Récents

Liens