Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

4 juin 2007 1 04 /06 /juin /2007 12:45

La jeunesse d'aujourd'hui ne respecte plus rien.

Oui, vous allez me dire, il est inutile de faire un article là dessus. Tout le monde le sait, le voit, le constate, la jeunesse d'aujourd'hui ne respecte plus rien.

Ni les personnes âgées, ni les professeurs, ni les parents, ni la police, ni les magistrats,...ni aucune règle, loi, limite. Et tout ça à cause de quoi ? Demandez donc à notre Président il connaît la réponse.  Je sais, j'en vois déjà qui disent : 

" Bien sûr qu'il connaît la réponse, il a réponse à tout ! "

" Et alors ? C'est pour ça qu'il est président de la République et pas vous ! "

Donc la cause de ce relâchement de la jeunesse, c'est MAI 68 avec ses slogans dévastateurs.

" Il est interdit d'interdire" ..."Jouis plus"..."Sous les pavés, la plage" ...

Dans le coup, les barrières s'effondrent, l'image d'autorité paternelle ( qui peut d'ailleurs aussi être représentée par  la mère ) que les psychanalystes appellent "sur moi"  fout le camp, et la jeunesse désemparée erre à la merci du premier gourou venu capable de la remettre dans le droit chemin tout en lui donnant une image positive d'elle même.

Ah ! qu'il est loin le temps où la belle jeunesse française  était prête à se sacrifier pour la Patrie et partait en août 1914 la fleur au fusil, le regard fixé sur la ligne bleue des Vosges, récupérer les deux provinces orphelines, l'Alsace et la Lorraine, honteusement dérobées à notre glorieuse nation en 1870 après le désastre de Sedan.

Le nom des 1,3 millions de jeunes Français tombés sur les champs de bataille reste gravé dans l'histoire de France et dans la pierre des monuments aux morts qui décorent si joliment les places de nos villes, jusqu'au plus petit village de notre beau pays.

 

 Mais voilà qu'après la seconde guerre mondiale, une frénésie démographique s'empare de la France. Les bébés jaillissent des ventres de leurs mères comme les boutons d'acné sur le visage d'un ado. C'est le "Baby boom".

En 1968 les bébés du "Baby boom" ont vingt ans. Ils ne se reconnaissent plus dans les valeurs de leurs parents. A l'accordéon ils préfèrent la guitare électrique, à la java, le rock, à de Gaulle, leur gaule ! ( enfin au moins pour les garçons ). Ils contestent la société de consommation, l'enseignement universitaire au service des intérêts du capital, "métro ,boulot, dodo" la famille , le travail, la patrie, ils veulent jouir de tout, tout de suite.

C'est MAI 68, grand mouvement d'émancipation de la jeunesse, des femmes, ( et alors quand on est femme et jeune... ); les professeurs sont "les chiens de garde de la bourgeoisie" et "le monde sera enfin libre quand le dernier bourgeois sera pendu avec les tripes du dernier CRS"  ...etc...

Dans un grand élan de générosité, la "réforme Haby" crée en 1975 le collège unique afin de "donner le mêmes chances de réussite à tous les enfants de France".

...et tout ça dans un grand esprit de tolérance, d'ouverture, "en plaçant l'enfant au centre du projet éducatif". Généreux - Génial - Grandiose.

Sauf que ...

"Les trente glorieuses" s'arrêtent au milieu des années 70 ( Merde ! Juste au moment du "collège unique" )

Chômage, ghettoïsation des banlieues, montée du nationalisme, stigmatisation de l'immigration cause de tous les maux,  ....Heureusement, Coluche crée en 1985 les Restos du coeur. ( Quand en 1842 Jeanne Jugan et quelques copines fondent "Les petites soeurs des pauvres" ça n'éradique pas la pauvreté en France, mais ça fait du bien quand même ). ( Oui, je sais, il y a aussi "Le Secours Populaire", "Le secours catholique", " L'armée du salut", "Les filles de la charité".... je ne veux vexer personne ! )

En même temps l'école ne sait plus donner les cadres de vie sociale, la famille fout le camp, l'armée n'existe plus et l'Eglise chasse les pédophiles ! Misère ! Tout fout le camp ! Les adultes paniquent.

 Et en plus la pollution de la planète entraîne un réchauffement climatique

 

 Donc, en résumé: Tout fout le camp !

Mais à la réflexion,....

...et si toutes ces idées communément admises sur la désocialisation de la jeunesse, son "je m'en foutisme" son mépris des règles, des adultes, des valeurs de leurs parents, n'était en réalité qu'un amoncellement de lieux communs ?

Les adultes à chaque génération, ne tiendraient-ils pas les mêmes discours sur les jeunes?

Cherchons un peu.

Qui a écrit ça ?

« C'est la décadence, les enfants n'obéissent plus, le langage s'abîme, les mœurs s'avachissent. Puisse venir le jour où l'humanité coupable finira, où les enfants ne naîtront plus, où tout bruit cessera sur la terre, où il n'y aura plus à lutter contre toutes les nuisances. »

Et ça ?
« La jeunesse d'aujourd'hui est pourrie jusqu'aux tréfonds, mauvaise, irréligieuse et paresseuse. Elle ne sera jamais comme la jeunesse du passé et sera incapable de préserver notre civilisation. »

Et encore ça ?

« Ils manqueront d'égards et de respect pour leurs parents, sitôt qu'ils vieilliront et durement, sans redouter la justice divine, ils les accableront des plus cruels reproches au lieu de prendre soin de leur vieillesse. Je n'ai plus aucun espoir en l'avenir de notre pays si les jeunes d'aujourd'hui doivent être les dirigeants de demain, car ils sont insupportables, inconscients voire effrayants. Si l'avenir de notre peuple est entre les mains de la jeunesse frivole d'aujourd'hui, il y a de quoi désespérer. Cette jeunesse se conduit avec une suffisance vraiment intolérable. Elle croit avoir la science infuse. Quand moi j'étais jeune, on nous apprenait les bonnes manières et le respect que l'on doit à ses parents. Mais la nouvelle génération n'a de cesse de contester et elle veut avoir raison. Il est un fait certain que les jeunes sont d'une extrême insouciance. »

 Alors, ces textes sont ils sortis de la plume de sociologues contemporains, d'enseignants, de magistrats, d'éducateurs, de pédopsycho....??????????????????

Vous avez déjà entendu parler du musée de Leiden aux Pays-Bas? Quoi? vous ne connaissez pas Leiden, entre Amsterdam et La Haye ? C'est qu'il ne doit pas y avoir une grande équipe de foot, sinon vous en auriez entendu parler ! Regardez Eindhoven par exemple. Tout le monde connaît, non pas parce que c'est la ville de la société "Philips" mais grâce au PSV, "Philips Sport Vereniging" (en français Association sportive de Philips). Donc, à Leiden, pas de grand club de foot, mais un musée. Et dans ce musée un papyrus dit "papyrus d'Ipuwer" découvert à Thèbes en 1828 qui transcrit un texte de vers 3000 avant JC attribué à un certain Ipuwer, et cité par l'historien grec Polybe. Il est classé sous le code "Lieden 344". C'est le là que vient le premier texte.

Le deuxième texte est tiré d'une tablette d'argile mésopotamienne en écriture cunéiforme qui date aussi de vers 3000 ans avant JC. Décidément à cette époque les jeunes qu'ils soient d'Egypte ou de Mésopotamie manquaient franchement d'éducation !

Le troisième texte est bien plus récent. Il a à peu près 2200/2300 ans de moins que les précédents. C'est un extrait "Des travaux et des jours" d' Hésiode poète grec à peu près contemporain d'Homère qui a vécu au VIIIème siècle avant JC.  ( Autant dire un texte tout neuf, l'encre est à peine sèche ! )

On pourrait s'amuser à multiplier les exemples.

Il semble donc bien que de tout temps, en tout lieu, des adultes se sont indignés du comportement des jeunes de leur époque.

" Ah ! De mon temps, ..."

Mais en réalité, les jeunes changent-ils beaucoup d'un époque à l'autre, d'un pays à l'autre ?

Un jeune est un jeune, et n'est-il pas fondamentalement ce qu'en ont fait...les adultes ? C'est bien pour cela que Platon insiste tant sur le rôle de l'éducation. ( On peut aussi aller consulter d'autres auteurs comme Sénèque, Marc-Aurèle, Rabelais, Montaigne, Rousseau, ...jusqu'à Aristogènes bien sûr). La citation la plus célèbre de Platon concernant les jeunes est tirée du livre VIII de "La République". ( Je vous la donne dans la traduction la plus courante qui n'est peut-être pas celle que je trouve la meilleure, mais je ne vais pas chipoter, mes connaissances en grec ancien étant nulles.  )

« Lorsque les pères s'habituent à laisser faire les enfants, lorsque les fils ne tiennent plus compte de leurs paroles, lorsque les maîtres tremblent devant leurs élèves et préfèrent les flatter, lorsque les jeunes méprisent les lois, parce qu'ils ne reconnaissent plus, au-dessus d'eux, l'autorité de rien et de personne, alors, c'est là, en toute beauté et toute jeunesse, le début de la tyrannie. »

Donc, d'après Platon pour éviter cela il faut que la cité prenne en main l'éducation de la jeunesse, cette éducation étant d'abord fondée sur la gymnastique et la musique. ( Déjà le rôle éducatif du sport si présent dans le rugby )

 

Si nous revenons à le réflexion d'Aristogènes dans la première BD: "Moins y'a d 'heureux pères, moins y'a de repères"  on voit bien en somme que le problème de la jeunesse est fondamentalement un problème d'adultes.

Alors reprenons un peu le texte de Platon, il me pardonnera.

« Lorsque les pères s'habituent à laisser faire les enfants, lorsque les fils ne tiennent plus compte de leurs paroles parce qu'ils n'ont plus de parole et qu'ils préfèrent suivre le foot à la télé,  lorsque les maîtres tremblent devant leurs élèves et préfèrent les flatter car ils souffrent du syndrome de Peter Pan, ils ne veulent pas vieillir, n'assument pas leur rôle d'adulte et veulent être les copains ( ou les copines ) , les grands frères ( ou les grandes soeurs ) de leurs élèves, lorsque les jeunes méprisent les lois parce que ni en famille, ni à l'école on leur a enseigné que le respect de la loi était le fondement de la vie en société,  qu'ils ne reconnaissent plus, au-dessus d'eux, l'autorité de rien et de personne car ils ont partout sous les yeux les exemples des adultes qui contestent  les limitations de vitesse, les règlements scolaires, les programmes scolaires, les arbitres de foot..., alors, c'est là, en toute beauté et toute jeunesse, le début de la tyrannie. »

 

Partager cet article

Repost 0
Dominikos - dans ampelosophisme

Articles Récents

Liens